Monthly Archives: October, 2008

I love Jean Charest!

Je suis un étatiste convaincu. Je suis un fonctionnaire pour Santé Canada à Québec et je suis très utile. Une chance que Santé Canada est là même si la santé est une compétence provinciale! Ma grosse truie de femme travaille pour Recherche et développement de la défense Canada à Valcartier et contribue à nous donner des outils scientifiques pour accroître la force de frappe de notre superbe armée pacifique. Mes deux grands jeunes morveux de fils sont de fiers héros de guerre pour les Forces Armées Canadiennes et risquent leurs vies vertueusement pour mieux envahir légalement des territoires étrangers, imposer légalement la démocratie et le capitalisme à travers le monde, appuyer légalement l’impérialisme américain, bouffer des Jos Louis livrés par le gouvernement et assassiner légalement des maudits arabes.

Faudrait surtout pas que les méchants sépartisssss réalisent la sécession du Québec parce nous quatre, on va tous perdre nos jobs pis on va se ramasser dans la rue parce qu’il n’y aura pas de BS dans un Québec séparé. Pis en plus, on va perdre nos Montagnes Rocheuses, on n’aura pus de pain ni de beurre ni de béloney pis l’incertitude politique ce n’est pas une bonne chose en temps de crise économique comme dit notre bon ministre libéral du Québec Raymond Bachand, un ex-séparatiste enfin de retour sur la bonne voie fédéraliste étatiste, parce que euh… parce que c’est incertain bon!

En tant qu’étatiste, j’aime le Canada tel qu’il est, parce qu’il garantit que notre État-Nounou sera gros pour l’éternité et que les crottés d’anarchistes, de libertariens et de sépartisssss n’aient aucune chance de semer le chaos dans notre plusssse meilleur pays au monde! Voilà entre autres pourquoi I love Jean Charest!

En fait, l’avantage le plus important de rester dans le Canada est le suivant: grâce à notre bienveillant État fédéral centralisé, la population du Québec est bien protégée contre elle-même, parce notre bon gouvernement fédéral sait mieux ce qui est bon pour la population que la population elle-même. Voici quelques exemples:

1) 70% des habitants du Québec sont contre la lutte contre le terrorisme des maudits arabes que nos valeureux soldats mènent en Afghanistan au péril de leur vie parce que les sans-coeur qui habitent le Québec approuvent l’attaque des maudits arabes contre les merveilleux américains le 11 septembre 2001, parce qu’ils aiment les maudits arabes, parce qu’ils sont pro-terroristes et pro-Hezbollah et parce qu’ils sont des nazis anti-sémites. Mais grâce à notre bienveillant Canada, nos valeureux soldats sont quand même en Afghanistan pour assassiner légalement des maudits arabes même si la majorité de la population du Québec est trop cave pour appuyer notre merveilleuse mission militaire pacifique!

2) Le Code Criminel ne peut pas être modifié par le Gouvernement du Québec, ce qui fait en sorte que tant que nous serons dans le Canada, des folleries telles que l’abolition de la répression des crimes imaginaires sans victime, comme par exemple la prostitution entre adultes consentants ainsi que la vente et la consommation de drogue chez les adultes consentants, ne peuvent pas se produire même si le Québec le voudrait. En plus, quand le Canada voudra rétablir la peine de mort et la criminalisation de l’avortement, le Québec ne pourra rien y faire! Une crisse de chance que notre bon Canada est là pour pas que nous soyons trop libres!

3) Le CRTC ne peut pas être aboli par le gouvernement du Québec. Une chance que le CRTC est là parce qu’il a permis à d’excellents amimateurs de radio comme André Arthur et Jeff Fillion de s’enrichir et de combattre les méchants séparatissss. D’accord, le CRTC a mal paru quand il a fait semblant de révoquer la licence de CHOI Radio X (pour le remplacer par CHOI Radio X et par CHXX Radio X2), mais c’était une stratégie politique contre les méchants séparatistes et ceux-ci ont été assez caves pour se faire prendre au piège, ce qui leur nuira pendant encore un bout de temps!

4) La population du Québec préfère les terroristes et leurs amis les maudits tartistes que nos valeureux militaires! Mais grâce à notre merveilleux État fédéral, les tartistes se sont fait couper quelques millions pour qu’on puisse les réinvestir dans notre superbe armée. Dommage que les maudits séparatistes aient empêché les Conservateurs d’être majoritaires parce que les tartistes se seraient fait encore plus couper! Quel dommage! Par contre, j’ai trouvé ça génial quand Jean Charest et son parti ont fait semblant de défendre les tartistes pendant la dernière campagne électorale pour aller chercher plus de votes pour les libéraux afin de combattre plus efficacement les crottés de séparatistes pendant la prochaine campagne électorale provinciale. Avec son concept de “souveraineté culturelle“, il y aura même des séparatistes qui vont voter pour Charest! Quelle idée de génie!

Il temps d’éradiquer le cancer séparatissss au Québec et Jean Charest est le seul homme capable de détruire le mouvement séparatisssss une fois pour toutes. La prochaine élection sera une occasion en or pour se donner un gouverment fédéraliste centralisateur le plus fort possible, afin de stimuler l’économie en période de crise financière par des subventions aux grandes corporations comme Pratt & Whitney et accroître les dépenses de l’État afin de faire augmenter magiquement le PIB (les dépenses gouvernementales entrent dans le calcul du PIB) et éviter ainsi la récession!

Mon scénario idéal serait que les libéraux de Jean Charest fassent élire 103 députés contre 22 pour l’ADQ (faut bien faire semblant d’être en démocratie quand même!) et 0 pour les maudits séparatissss péquOUIistes qui seraient enfin rayés de la carte, ce qui serait une très bonne chose pour les étatistes et une très mauvaise chose pour les libertariens et les anarchistes comme ce maudit Anarcho-pragmatiste à marde!

I love Jean Charest! God Bless Liberal Party! God Bless Centralized Statist Canada!

Advertisements

Le soi-disant “Mystère de Québec” expliqué et le foutu vote ethnique (suite)

Voici les résultats pour le OUI lors du référendum sur la séparation du Québec de 1995 dans certains comtés on the Montreal Island et dans le comté de Limoilou (maintenant Jean-Lesage) à Québec:

Hochelaga-Maisonneuve: 65,49%
Mercier: 62,77%
Pointe-aux-Trembles: 60,88%
Sainte-Marie—Saint-Jacques: 58,65%
Gouin: 57,77%
Bourget: 53,74%
Rosemont: 53,59%
Limoilou (à Québec): 51,9%

Pourtant, Limoilou est un comté presqu’entièrement francophone, avec un vote ethnique négligeable! Certains vont me parler des autres comtés du Montreal Island qui ont voté NON en 1995 et vont prétendre que le vote ethnique est le principal problème. Ce que ces gens oublient, c’est que Québec est une ville essentiellement francophone qui profiterait bien plus de la séparation du Québec que Montreal et qu’il y a ainsi beaucoup plus de gens qu’on peut convaincre à Québec qu’à Montreal.

À Montreal, il y a un vote raciste anti-séparatiste des anglophones et des allophones non francophones qu’il est presqu’impossible de faire évoluer ou qui évolue trop lentement. N’oublions pas que, contrairement aux gens de Québec, les allophones non francophones et les anglophones n’ont pas intérêt à ce que le Québec se sépare, alors il est beaucoup plus difficile de les convaincre d’appuyer la séparation du Québec. En fait, essayer de convaincre un anglophone ou un allophone non francophone d’appuyer la séparation du Québec est encore plus difficile que de convaincre un noir américain de ne pas voter pour Barack Obama!

C’est Québec qui détient la clé de la réussite de la réalisation de la séparation du Québec, pas Montreal! Il est temps que le mouvement séparatiste s’en rende compte et réoriente son discours en conséquence! Et si les séparatistes ne savent pas comment réorienter leur discours, qu’ils lisent ce blogue!

Le soi-disant "Mystère de Québec" expliqué et le foutu vote ethnique (partie I)

Je vous rappelle la fameuse déclaration de Jacques Parizeau, alors Premier Sinistre du Culbec, lors de son discours de la défaite du OUI lors du référendum sur la séparation du Québec de 1995:

C’est vrai, c’est vrai qu’on a été battus, au fond, par quoi ? Par l’argent puis des votes ethniques, essentiellement. Alors ça veut dire que la prochaine fois, au lieu d’être 60 ou 61 % à voter OUI on sera 63 ou 64 % et ça suffira. C’est tout.

Cette déclaration n’a rien de scandaleuse et est presqu’entièrement vrai. Sauf pour une chose, le mot “essentiellement”. En fait, le vote ethnique n’est pas le problème principal pour les séparatistes, contrairement aux prétentions de plusieurs d’entre eux, dont Jacques Parizeau et Pierre Falardeau. Le problème principal est le tiède appui à la séparation du Québec dans la paroisse de Québec et je vais vous l’illustrer.

Voici les comtés où le OUI a gagné avec plus de 70% des votes et le pourcentage de OUI correspondant:

Dubuc: 70,3%
Jonquière: 71,02%
Lac-St-Jean: 73,06%
Masson (Terrebonne, Mascouche, Repentigny): 71,02%
Saguenay: 73,33%

On remarque que 4 de ces 5 comtés sont au Saguenay-Lac-St-Jean. Le comté de Masson (un comté adéquiste en ce moment!) est situé au nord-est de Montréal. Pour les résultats dans tous les comtés, allez voir ici.

Voici les résultats pour le OUI dans les 9 comtés de la Rive-Nord de Québec:

Taschereau (centre-ville de Québec): 59,05%
Charlesbourg: 53,20%
Chauveau: 54,50%
Jean-Talon: 48,01%
La Peltrie (chez moi!): 54,75%
Vanier: 55,24%
Montmorency: 57,56%
Louis-Hébert: 53,01%
Limoilou (maintenant Jean-Lesage): 51,90%

On remarque que dans tous ces comtés, le OUI n’a même pas récolté 60% des appuis. Dans Jean-Talon, le résultat est un peu plus compréhensible puisqu’il s’agit du comté où il y a le plus d’anglophones et de riches retraités qui ont peur de perdre leurs pensions canadian, leurs comptes de banque et leurs Montagnes Rocheuses à cause des méchants séparatistes!

Mais pour les autres comtés, ces résultats sont délirants, en principe, quand on constate que Québec est la capitale québécoise de l’étatisme et du BS parasite de luxe, ce qui fait en sorte que cette région profiterait bien plus de la séparation du Québec que le Saguenay-Lac-St-Jean et le comté de Masson. Logiquement, il est anormal que le OUI n’ait pas eu au moins 55% dans Jean-Talon, au moins 75% dans Taschereau et au moins 70% dans les autres comtés. Avec de tels résultats, le OUI l’aurait remporté en 1995, peu importe l’argent ou les votes ethniques. Alors, crissez-moé patience avec le foutu vote ethnique! Le principal problème se situe chez les francophones, surtout à Québec.

Néanmoins, ces résultats s’expliquent principalement par deux choses. D’abord, beaucoup de fonctionnaires sont encore en crisse contre le PCUL en raison de la fameuse baisse des salaires des fonctionnaires décrétée par le PQ en 1982, ce qui fait en sorte qu’ils se tirent dans les pieds en n’appuyant pas la séparation du Québec.

Ensuite, la raison la plus importante est la propagande anti-séparatiste très efficace orchestrée auprès des non-fonctionnaires (pourtant, ceux-ci profitent grassement eux aussi de l’assiette au beurre étatiste à Québec) par André Arthur depuis le début des années 70, qui fait en sorte que le cerveau d’un grand nombre de non-fonctionnaires de Québec est bien programmé pour ne pas être séparatiste.

Voilà, vous avez compris ce qui explique le soi-disant “Mystère de Québec”. Il n’y a aucun mystère là-dedans au fond, car vous savez maintenant pourquoi ce soi-disant “mystère” existe. Les séparatistes doivent réussir à vendre les avantages de la séparation du Québec à la population de Québec s’ils veulent réaliser un jour la séparation du Québec mais il faut d’abord comprendre pourquoi les appuis envers la séparation du Québec sont si tièdes à Québec avant d’essayer de résoudre ce problème, ce que j’ai expliqué dans ce billet.

La compréhension et la résolution du soi-disant “Mystère de Québec” est un problème nettement plus prioritaire que le putain de vote ethnique, dont les discussions sur ce sujet ne font que nuire à la progression du projet séparatiste et alimenter les accusations de racisme et de xénophobie vomies par les fédéraleux contre les séparatistes.

Affaire Vincent Lacroix: le PCUL doit faire preuve de transparence et admettre ses erreurs

D’après plusieurs informations, le dernier gouvernemaman du Parti Culbécois, avec Pauline Marois comme Sinistre des Finances, aurait donné un coup de main d’environ 1 million de dollars en 2001 à Vincent Lacroix, le crosseur derrière l’affaire Norbourg qui a floué des milliers d’investisseurs.

Voici la réaction de l’ADQ à la poursuite intentée par Marois contre le député adéquiste Gilles Taillon à ce sujet, en avril dernier:

Aile parlementaire de l’opposition officielle – 1 million $ à Vincent Lacroix – L’ADQ SOMME PAULINE MAROIS DE S’EXPLIQUER

QUÉBEC, le 18 avril – L’ADQ ne se laissera pas intimider par la cheffe du PQ, Pauline Marois, qui tente délibérément de museler l’opposition officielle et de détourner l’attention des actes posés par son ministère en 2001 pour soutenir Vincent Lacroix. Les 9 200 investisseurs floués ont le droit de savoir pourquoi et comment le ministère de Pauline Marois a versé près d’un million de dollars à Vincent Lacroix en 2001.

En novembre 2001, un chèque de 991 628 $ est envoyé par le ministère des Finances à Vincent Lacroix à titre de crédit d’impôt. Ce montant a permis à Vincent Lacroix de reporter sa faillite et de continuer à grossir le nombre de ses victimes. Selon les experts, une simple analyse comptable aurait démontré que, même à cette époque, l’entreprise n’était pas viable financièrement.

L’ADQ veut toujours faire la lumière sur le scandale Norbourg et demande officiellement une enquête publique à ce sujet. Elle invite la cheffe du Parti Québécois à nous appuyer dans notre demande, elle pourra alors expliquer le rôle joué par son ancien ministère dans cette affaire.

L’ADQ rappelle également que, pas plus tard que la semaine dernière, le député péquiste de Rimouski, Irvin Pelletier, a invité les victimes à oublier, ou à tout le moins pardonner à Vincent Lacroix. Il a même dit que Lacroix serait plus utile pour la société à l’extérieur de la prison. Les investisseurs sont sortis pour condamner ces propos. Selon toute vraisemblance, Mme Marois n’a pris aucune sanction à l’égard du député de Rimouski. Pauline Marois a gardé M. Pelletier comme porte-parole péquiste pour les petits investisseurs.

En guise d’information, voici deux articles du quotidien Le Soleil sur ce dossier épineux. D’abord celui de Michel Corbeil, en date du 7 juillet dernier:

Poursuite de Pauline Marois contre Gilles Taillon : un sous-ministre des Finances pourrait témoigner

Michel Corbeil
Le Soleil

La requête a été déposée devant le tribunal, le 27 juin, par Marc-André Gravel, le procureur de Gilles Taillon. La demande pour un interrogatoire avant procès du sous-ministre adjoint aux politiques économiques et fiscales sera entendue le 9 juillet.

Pauline Marois poursuit en diffamation pour 900 000 $ le député de l’Action démocratique du Québec pour des propos tenus à l’extérieur de l’Assemblée nationale. M. Taillon avait déclaré que des «pressions politiques» de Mme Marois avaient renversé une décision des Finances défavorable à Norbourg, ce qui avait permis à la firme maudite de toucher un chèque de l’État de près d’un million de dollars.

Le document déposé en Cour supérieure revient sur la poursuite de la dirigeante du Parti québécois. L’avocat Gravel signale que Mme Marois y affirme que la demande de crédit d’impôt réclamée par Norbourg ne «relevait pas du ministère des Finances, mais plutôt du ministère du Revenu».

Selon le plaidoyer déposé, «ces allégations de la demanderesse sont textuellement contredites par les discours du budget» du Québec «à compter de 1998» et par la publication de règlements. La requête avance que la «demanderesse comme ministre des Finances et le ministère (…) ont nécessairement été impliqués dans le processus d’analyse et d’attribution du chèque de crédit d’impôt remboursable requis par Norbourg en 2001».

Le document soutient que Mme Marois a détenu d’avril 2001 à avril 2003 le portefeuille des Finances dans le gouvernement de Bernard Landry. Le programme du crédit d’impôt «pour la création de fonds d’investissement» a été instauré en 1998, mais le chèque a été signé en novembre 2001, affirme le défenseur de l’adéquiste.

Le 19 juin, Me Gravel a expédié une missive avisant le procureur de Mme Marois de son intention d’interroger avant le procès Mme Marois de même que Bernard Landry, un de ses prédécesseurs à la tête du PQ.

La même procédure devait être utilisée pour poser des questions à Jean St-Gelais, l’actuel pdg de l’Autorité des marchés financiers et sous-ministre aux Finances au début de 2001, de même qu’à Jean Renaud. Ce fonctionnaire relevant des Finances a été congédié après que la GRC l’eut arrêté à la suite de nouvelles accusations dans l’affaire Norbourg.

La requête «pour interrogatoire d’un tiers» est muette sur leur possible convocation. «Il s’agit d’une première requête», a précisé une source à l’ADQ.

Le député adéquiste a avancé, en avril, que sans le chèque de 1 million $, Norbourg aurait coulé à pic avant que la firme de Vincent Lacroix n’escroque 9000 petits épargnants d’une somme d’au moins 80 millions $.

Et celui de Simon Boivin, en date du 15 août dernier:

Poursuite en marge de l’affaire Norbourg: Taillon remporte une manche

Simon Boivin
Le Soleil

Dans une décision rendue jeudi, la Cour supérieure a autorisé l’avocat de M. Taillon à interroger avant procès un sous-ministre adjoint aux Finances. Élément important, il pourra aussi avoir accès au dossier constitué par le ministère sur le Groupe Norbourg.

Les divers arguments légaux invoqués par le clan Marois pour s’y opposer n’ont pas été retenus par le juge Benoît Moulin.

Le porte-parole adéquiste en matière de Revenu, Jean-François Roux, voit dans la décision de la Cour «une grande victoire pour tous les gens qui ont été floués dans ce dossier-là».

«On a été très surpris par l’opposition de Mme Marois, qui veut cacher des choses au public, soutient M. Roux. C’est carrément ça. Essayer de garder ça privé… Les seules personnes qui peuvent se trouver lésées par ce dossier-là, ce sont les gens qui ont des choses à se reprocher.»

La chef péquiste a intenté une poursuite contre M. Taillon après qu’il ait avancé qu’elle ou son cabinet ont exercé des pressions, en 2001, afin que la firme de Vincent Lacroix touche 991 628 $ en crédits d’impôt.

L’adéquiste l’a accusée d’avoir secouru Norbourg du temps où elle détenait le portefeuille des Finances. Il a soutenu que, grâce à elle, la firme a pu encaisser un gros chèque et ainsi éviter la faillite. Sans cette aide, les quelque 9000 petits investisseurs floués par Vincent Lacroix auraient évité l’arnaque, a-t-il fait valoir.

Mme Marois réclame 900 000 $ à M. Taillon pour atteinte à sa dignité, son honneur, sa réputation et pour diffamation, injure et humiliation.

Jeudi, le PQ n’a pas voulu réagir à la décision de la Cour supérieure. «Comme la cause est devant les tribunaux, nous nous abstiendrons de tout commentaire», s’est limité à dire Éric Gamache, porte-parole.

L’avocat de M. Taillon, Marc-André Gravel, considère avoir remporté une victoire importante. «La première étape était d’avoir le dossier du ministère des Finances, ce que nous avons obtenu, se réjouit-il. On va voir ce qu’il y a là-dedans, et, selon les noms des individus qu’il y aura là-dedans, on verra à faire d’autres interrogatoires.»

Le juriste a déjà fait parvenir des «avis» indiquant qu’il entendait interroger Mme Marois et l’ex-premier ministre Bernard Landry.

Par ailleurs, une autre décision importante concernant l’affaire Norbourg doit être rendue lundi. Un juge décidera de la pertinence de préserver la confidentialité de la preuve contre Vincent Lacroix. Une preuve qui pourrait contenir des éléments intéressants pour la cause de l’adéquiste. «Comme avocat, c’est la première fois que je vois une requête pour qu’une preuve demeure secrète», affirme M. Gravel.

J’exhorte Pauline Marois à faire preuve de transparence, à cesser de prétexter les tribunaux pour cacher des informations au public et à admettre les erreurs de son parti dans ce dossier. Ce serait si dommage qu’elle ne soit pas prête à répondre aux questions sur ce sujet lors d’un débat électoral télévisé! Le silence de la charogne soi-disant libérale dans ce dossier est très curieux…

La même attitude doit être adoptée en ce qui concerne les scandales de la Gaspésia, de Métaforia, du Technodôme et le plus scandaleux de tous, celui de Mosel Vitelic, qui constituent du vol criminel de l’argent des CONtribuables.

Parlant du Technodôme et de Métaforia, voici pour terminer un extrait d’un vieux billet de Richard Martineau, quand il écrivait pour l’hebdomadaire Voir:

Vous souvenez-vous du Technodôme, ce Disney World futuriste qui devait être construit dans le Vieux-Port de Montréal par les frères Reichmann, les artisans d’une des plus grosses faillites de l’histoire de l’humanité?

La Société générale de financement du Québec (SGF) a englouti près de 5 millions $ pour promouvoir ce projet débile qui n’a jamais vu le jour: 3,9 millions $ en honoraires et en coûts d’analyse; 737 000 $ pour la préparation et la production de matériel promotionnel; et 163 000 $ en frais de représentation.

Vous souvenez-vous de Métaforia, ce centre de divertissements high-tech qui devait révolutionner notre façon de nous amuser, et qui s’est royalement planté après quelques jours seulement d’activité?

La SGF y a investi plus de 12 millions $ en capital-actions.

Au fait, à cette époque, la SGF (une société d’État nuisible à abolir) était dirigée par Claude Blanchet, le conjoint de Marois. Mais ne vous en faites pas, Blanchet et Marois sont des grands entrepreneurs, ils ont fait eux-mêmes leur propre réussite et leur propre fortune, sans l’aide du gouvernemaman, comme tout bon capitaliste! 😉

Faudrait d'abord s'indigner contre David Suzuki l'éco-fasciste!

Dans un article publié dans le magazine Ici Montréal le 16 octobre dernier (vous pouvez le télécharger, l’article est à la page 70), Pierre Falardeau, un nationaleux étatiste convaincu mais très intelligent, dit ceci à propos de l’éco-fasciste David Suzuki:

P.S. : Un petit japanouille à barbiche, un autre emmerdeur de la côte Ouest, véritable professeur Tournesol de l’écologisme bien pensant, débarque à Montréal pour nous dire, en anglais, qu’il est déçu des Québécois. Reste donc chez vous, chose, pis crisse-nous patience avec ton mépris colonialiste.

À part le terme “japanouille” qui va un peu trop loin à mon humble avis (nouille aurait été assez!) mais qu’il a tout à fait le droit d’écrire, je suis entièrement d’accord avec son propos. En passant, il ne s’agissait que du post-scriptum de l’article en question. Bien sûr, on écarte le débat de fond, là où j’ai plusieurs désaccords avec lui, mais ce n’est pas le point que je veux soulever dans ce billet.

Ividemment, les éco-fascistes bien pensants et les fédéraleux étatistes crient au racisme de Falardeau et sombrent dans des réactions hystériques:

Par exemple, Steve Prout, le Richard Martineau des pauvres, déverse son fiel méprisant contre l’histoire du Québec, comme si celle-ci n’avait aucune importance.

De toute façon, est-ce que quelqu’un s’intéresse encore aux mêmes vieux discours poussiéreux sur les Patriotes et les rancoeurs de la Conquête que Falardeau chique depuis bien avant ma naissance?

Cécile Gladel, une éco-fasciste convaincue, vomit cette ineptie:

Pourquoi ? Car Suzuki a osé dire qu’il était déçu des Québécois qui appuyaient le parti Conservateur. Falardeau en est fier lui?

Ma chère poufiasse, Falardeau n’a jamais dit ça et à ce que je sache, le Rest Of Canada (ROC) que vous chérissez tant a accordé une majorité aux CONservateurs. Heureusement qu’il y a des méchants séparatistes comme Falardeau qui ont voté pour le Mal-De-Bloc Culbécois et qui ont empêché les Conservateurs d’être majoritaires! À ce que je sache, le Québec appuie beaucoup plus votre éco-fascisme à marde que le ROC, et je n’en suis pas fier!

De plus, Marc Cassivi méprise les artistes subventionnés et les personnes âgées, dans un article-poubelle bien plus méprisant que ce que Falardeau a écrit:

Une épave aigrie en attente du financement d’Elvis Gratton VIII prêt à hypothéquer son oeuvre pour garnir son portefeuille. L’incarnation même de son plus célèbre personnage.

Mais ce que ces journaleux de bécosses, puant le mépris envers tous ceux qui questionnent la vulgate éco-fasciste, ne vous diront pas, c’est que Suzuki et ses zélateurs éco-fascistes de gouttière adoptent un argumentaire étatiste beaucoup plus violent que celui de Falardeau.

Par exemple, Suzuki enverrait en prison les politiciens (ce qui serait très bien à première vue), mais pas parce qu’ils volent l’argent des travailleurs, ni parce qu’ils votent des lois pour punir les crimes imaginaires sans victime, ni parce qu’ils sont complices de génocides militaires à l’étranger, bien sûr que non! En fait, selon lui, il faut envoyer en prison…les politiciens qui osent se questionner sur l’accord étatiste éco-fasciste de Kyoto! Belle mentalité!

Mais pire encore, il propose un contrôle dénataliste étatique, comme en Chine, alors qu’il est lui-même père de cinq enfants, le vieux cochon! Voilà un individu très cohérent, comme Al Gore!

Comprenez-moi bien cependant, les politiques natalistes étatistes ne sont pas beaucoup mieux!

Mais la meilleure perle est dans ce torchon de la Presse à Desmardais. De la démagogie et du colonialisme à son meilleur:

Le Canada serait un chef de file de Kyoto si Lucien Bouchard n’avait pas tourné le dos à l’environnement il y a près de 20 ans. De passage à La Presse, hier, l’écologiste David Suzuki a déploré que l’ancien ministre de l’Environnement du cabinet Mulroney ait choisi, en 1990, de lutter pour la séparation du Québec plutôt que pour sauver l’humanité.

Au cours d’un entretien qu’il a eu avec lui à la radio en 1989, deux mois après sa nomination, M. Bouchard avait fait montre de vision en soutenant que les changements climatiques étaient le principal enjeu environnemental.

«Et lorsque je lui ai demandé à quel point cela était sérieux, il m’a répondu que l’espèce humaine était menacée et que si nous ne faisions rien, nous serions un jour dans le trouble. On était en 1988 ! J’étais très impressionné !» a lancé M. Suzuki.

«Le problème, c’est qu’il a ensuite fait une chose assez folle (a crazy thing) : il a décidé qu’il était plus important pour le Québec de se séparer que de lutter pour la survie de l’humanité… C’est le choix qu’il a fait !» a-t-il ajouté, visiblement ahuri par une telle décision.

Or si le Canada avait suivi les recommandations des scientifiques à l’époque, soit de réduire de 20 % en 15 ans les émissions de gaz à effet de serre, le Canada aurait déjà atteint l’objectif du protocole de Kyoto.

«Le problème serait aujourd’hui beaucoup plus simple, a-t-il dit. Le Canada serait aussi un leader en énergie renouvelable dans le monde.»

Eh oui, pour Suzuki, c’est de la faute des méchants séparatistes si l’éco-fascisme n’est pas assez en vogue au Canada. On aura tout vu!

Falardeau a donc tout à fait raison dans ses propos envers Suzuki. Faudrait d’abord, mes chers éco-fascistes à marde, dénoncer la violence étatique et le colonialisme canadian pronés par Suzuki, qui sont beaucoup plus graves que le soi-disant “racisme” de Falardeau. Voilà qui serait déjà plus honnête intellectuellement!

P.S.: Merci à David Gagnon d’antagoniste.net pour les informations concernant Suzuki (voir ceci). Je suis rarement d’accord avec lui mais quand il apporte des informations intéressantes, je ne me gênerai pas pour le souligner, malgré tout!

Quelques images amusantes

Les deux premières images ont été trouvées chez Ya Basta!, les deux autres chez François Tremblay via l’amusant site sinfest.net.

D’abord, une illustration de la Sainte-Trinité Étatiste du Québec, provenant du site La Conspiration Dépressionniste:

Un clin d’oeil au décès du politicien autrichien Jörg Haider et aux autres fascistes. Bon débarras en ce qui concerne Haider! Pour bien faire, je reviendrai un jour sur la sanctification des morts.

Celle-ci nous parle la crise financière et de l’interventionnisme étatique dans les banques. Au fait, comment peut-on encore croire que le capitalisme est une bonne chose? “Banksta” est la version banquière de “Gangsta” ou autrement dit “Gangster”.

Celle-ci illustre à quel point l’argent est une priorité pour les gens:

Saborder le Bloc serait de jouer le jeu des fédéraleux étatistes

Certains séparatistes ne savent plus quoi inventer et ont une conscience environnementale fort développée, alors ils recyclent des déchets provenant de leurs adversaires, dont la vomissure fédéraleuse suivante: remettre en question la pertinence du Bloc. (Attention : remettre en question sa pertinence ne veut pas dire remettre en question son travail pour Renart) Encore cette merde!

Par exemple, il y a Renart qui dit ceci:

Je sais que c’est utopique ce que je vais écrire, mais je crois que le Bloc Québécois devrait se saborder à l’annonce des prochaines élections fédérales pour aller grossir les rangs des souverainistes au niveau provincial, qui en ont bien besoin.

Comme si les Québécois avaient besoin de 75 députés fédéraleux à Ottawa! Et à ce que je sache, il y a un Parti Libéral à Ottawa et à Québec, un Parti Conservateur à Ottawa et à Québec (ADQ), un NPD à Ottawa et à Québec (Québec Suicidaire) et un Parti Vert à Ottawa et à Québec! Est-ce que cette situation est mauvaise pour les fédéraleux qui ont 8 partis (4 partis + 4 valets French Canadian living in La Belle Province of Quebec) à Québec et à Ottawa contre 2 partis (le PCUL et son valet le Mal-De-Bloc) pour les séparatistes?

De plus Renart me dit ceci, en réponse à mon dernier billet:

Pour ce qui est de la question du sabordage du Bloc, explique-moi en quoi une lente (ou rapide) baisse des sièges de ce parti dans l’avenir, ce qui a failli arriver à cette élection, serait bonne pour l’idée de souveraineté auprès de la population!

Bien sûr que ça ne serait pas une bonne chose mais cette baisse de sièges est purement hypothétique. Qui vous dit que ce ne sera pas 54 la prochaine fois? Le Bloc avait eu 38 députés en 2000 et ils ont réussi à avoir 54 députés en 2004!

De plus, sans le Bloc, Harper serait majoritaire depuis 2006 et il n’y aurait même pas eu d’élection cette automne. Est-ce ça que vous voulez? Voulez-vous encore des gouvernements fédéraleux majoritaires avec la complicité du Québec? Voulez-vous retrouver une situation comme en 1982, avec PET Troudeau et 74 charognards soi-disant libéraux sur 75 au Québec, qui ont tous appuyé le rapatriment unilatéral de la Constitution Canadian sans le consentement du Québec?

C’est l’influence de l’État fédéral sur le Québec, ainsi que l’État à proprement dit, dont il faut remettre en question sa pertinence, pas le Bloc! Cessez d’entretenir des chimères et de croire qu’on peut changer quoi que ce soit politiquement, encore moins de réduire la taille de l’État, en restant dans le Canada, vous n’y arriverez jamais! Le mieux que l’on puisse faire dans ce contexte sclérosé est de perturber le fonctionnement de l’État Canadian en empêchant tout parti fédéraleux d’obtenir une majorité de sièges à Ottawa!

État et arts: une illustration du double-standard de la drouate étatiste

Je vous recommande de lire le dernier billet de Renart concernant la censure politique anti-artistique. En particulier, j’ai bien aimé sa dernière phrase:

L’argent des contribuables ne peut pas servir à financer les rebelles, seulement les guerriers…

Mais après les fleurs, voici le pot pour Renart. Franchement, je le trouve ridicule de songer au sabordage du Mal-De-Bloc Culbécois. Il joue le jeu des fédéraleux!

Maintenant, j’attire particulièrement votre attention sur ce suave commentaire de Christian Rioux, ce fier fédéraleux French Canadian living in La Belle Province of Quebec:

On ne peux pas faire n’importe quoi et ensuite dire que c’est de l’art. Et encore moins quand on demande du financement de l’État. Ils peuvent faire des sculptures avec des excréments s’ils le veulent, mais qu’ils le fassent avec leur argent, pas avec l’argent des contribuables.

Quelle connerie! Par contre, je n’ai aucun problème avec ce qui est écrit en gras. En effet, je suis contre les interventions de l’État pour quoi que ce soit sauf que la même chose doit s’appliquer dans des domaines moins importants, car sinon cela est injuste et il ne s’agit pas d’une mesure efficace qui favorisera la réduction de l’État mais bel et bien une mesure idéologique qui ne sera qu’un détournement à de l’argent volé par l’État aux CONtribuables.

Par exemple, si des gens souhaitent commettre des génocides et imposer la médiocrassie pseudo-représentative avec l’aide de militaires criminels à l’étranger, comme Christian Rioux et plusieurs électeurs dans le Rest Of Canada, dans la région de Québec et en Beauce le prônent, pourquoi ne financent-ils pas eux-mêmes une milice “humanitaire” (sic) et n’envahissent-ils pas l’Afghanistan avec leur propre putain de fric au lieu d’utiliser l’argent volé par l’État aux CONtribuables?

Mais comme tout bon drouatiste étatiste sait si bien le faire, Christian Rioux fait semblant de ne pas avoir pensé à ce détail avant de vomir cette connerie et nous fait une illustration ividente du double-standardisme dans le discours des drouatistes étatistes.

Réinvestissons les coupures en culture dans les génocides à l’étranger, la répression policière des non-agressions et les athlètes drogués! Le sens des priorités des drouatistes étatistes est vraiment extraordinaire!

Dans le dossier des coupures dans le domaine des arts, certaines personnes m’ont reproché que j’étais incohérent pour un anarchiste en défendant les artistes de cette façon. Pourtant, je n’ai jamais dit que l’État devait subventionner la culture à tout prix, j’ai seulement dit qu’il faut dénoncer le fait que les coupures ne servent qu’à détourner l’argent volé par l’État aux CONtribuables pour d’autres fins encore moins pertinentes. J’ose croire maintenant que mes détracteurs vont comprendre la nuance!

Pour terminer, je vous laisse avec cette blague très désopilante de Christian Rioux:

Si je faisais moi-même quelque chose qui ressemble à Riopelle, personne ne trouverait ça intéressant, ça passerait pour un dessin d’enfant. C’est juste le nom de l’artiste qui donne de la valeur à ses choses. Si c’était vraiment de l’art, les gens trouveraient ça intéressant sans avoir à savoir le nom de l’artiste.

Christian Rioux au Festival Juste Pour Rire, ça presse!

Si on peut se permettre de mépriser les artistes à ce point, voilà une raison de plus pour s’exclamer “Fuck The Troops!”.

L'objectif principal est atteint…mais pas d'une manière très éclatante pour les séparatistes!

L’objectif principal est atteint!

Personnellement, je suis relativement satisfait des résultats de ces élections fédérales. L’objectif principal est atteint: un gouvernement conservateur minoritaire en raison d’un appui suffisamment fort pour le Bloc au Québec qui a empêché les conservateurs d’obtenir une majorité de sièges au Canada. Voilà ce que je souhaitais le plus au début de cette campagne électorale et qui constitue le moins pire des scénarios.

De plus, si on se place dans un point de vue strictement étatiste, l’élection de 50 députés du Bloc confirme une fois de plus la pertinence du Bloc à Ottawa, malgré les délires de plusieurs attardés mentaux fédéraleux et même de plusieurs séparatistes frustrés qui remettaient en question la légitimité et l’utilité du Bloc, comme si les partis fédéralistes pouvaient être une bonne chose et étaient plus légitimes et utiles!

Il s’agit tout de même d’un résultat remarquable pour le Bloc considérant les faibles attentes au début de la campagne. Rappelez-vous de ce qu’on disait au début: le Bloc est en crise, le Bloc n’est pas pertinent, Duceppe doit quitter, les Conservateurs vont faire comme l’ADQ au dernières élections provinciales, le Québec va aider les Conservateurs à être majoritaires, etc. Alors, ce résultat est bien moins pire que ce que la plupart des observateurs politiques, incluant votre humble serviteur, avaient prévu au début de la campagne électorale.

Aussi, les défaites de Michaël “je fais semblant de ne pas savoir que le Bloc ne coûte pas plus cher qu’un autre parti” Fortier dans Vaudreuil-Soulanges et de Luc “l’imbécile de Louis-Hébert” Harvey (qui envoyait même des messages téléphoniques pré-enregistrés aux gens afin de brailler contre l’insulte de Duceppe le fils à papa et qui poursuit le bloquiste fils à papa Pascal-Pierre Paillé pour diffamation alors qu’il approuvait la diffamation de Arthur et de Fillion) me font particulièrement plaisir! Eh oui, le seul gain bloquiste (i.e. défaire un député sortant non-bloquiste) a été réussi à Québec! 😉 Alors qu’à Montréal, Justin Troudeau le fils à papa de la charogne soi-disant libérale a enregistré un gain contre la bloquiste fémi-favoritiste Vivian Barbotte dans le comté de Papineau.

Pas très éclatant pour le mouvement séparatiste

Cependant, le résultat du Bloc, en termes de suffrages exprimés, n’est pas très éclatant. Avec 38.1% du vote, il s’agit du 2e pire résultat de l’histoire du Bloc (37.9% en 1997). Il n’y a pas de quoi pavoiser chez les séparatistes! Par contre, il est difficile de mobiliser les séparatistes quand la séparation du Québec n’est pas à l’ordre du jour, ce qui explique en bonne partie le taux d’abstention de 38.9%. Au fait, voici ce qui ressemble plus aux vrais résultats de l’élection au Québec (attention, on ne tient pas compte des bulletins rejetés et des inscriptions le jour du vote, ce qui serait encore pire).

Parti Abstentionniste: 38.9%
Bloc: 23.3% (alors que ça prend au moins 50% + 1 pour se séparer!!!! 😦 )
PLC: 14.5%
PCC: 13.3%
NPD: 7.5%
Verts: 2.1%
Autres: 0.4%

Balayage sans équivoque du Parti Abstentionniste! Ce sont les autres anarchistes qui vont être contents! Malheureusement, ils ne comprennent pas que la séparation du Québec est avantageuse pour les anarchistes.

Par contre, on peut voir les choses autrement, ce 38.9% qui ne s’intéresse pas aux partis politiques est en partie une clientèle intéressante qui pourrait s’intéresser à l’anarchisme. De plus, cet abstentionnisme croissant illustre la nécessité pour le PQ et le Bloc de ne plus évacuer la séparation du Québec de leur discours, et de réorienter l’argumentaire pro-séparatiste en centrant le discours par rapport à l’axe gauche-droite et en désétatisant progressivement le discours pour que le “Vive le Québec Libre” soit autre chose qu’un slogan éculé vide de sens.

Les séparatistes doivent cesser de conditionner la séparation du Québec sur un élitisme étatiste syndicaleux de centre-gau-gauche fémi-favoritiste. Bref, il faut présenter la séparation du Québec comme une meilleure avenue pour accroître nos libertés et réduire la taille de l’État que le fédéralisme étatiste canadian, et non pas présenter la séparation du Québec sous l’angle d’un étatisme socialiste répressif, une perception largement répandue chez ceux qui hésitent à appuyer la séparation du Québec, en particulier chez les sympatisants étatistes adéquisto-conservateurs, les anarchistes, les libertariens et les abstentionnistes.

Réconcillier les deux solitudes: êtes-vous tombés sur la tête?

Voici la répartition des sièges au Québec:

Bloc: 50
PLC: 13
PCC: 10
Arthur: 1
NPD: 1

Celle dans le Rest of Canada (ROC):

PCC: 133 (une majorité claire: dans les provinces maritimes, il y a autant de conservateurs qu’au Québec (10) et même le comté de Nunavut est conservateur)
PLC: 63
NPD: 36 (moins que le Bloc au Québec!)
Ind: 1

Celle du ROC en dehors des provinces maritimes:

PCC: 123 (majorité encore plus claire!)
PLC: 46 (moins que le Bloc au Québec!)
NPD: 32 (moins que le Bloc au Québec!)

Comment peut-on encore croire que les Québécois ont intérêt à rester dans le Canada? Si le ROC souhaite encore plus de militaro-terrorisme, plus de répression policière, moins de libertés civiles et plus de mépris envers les artistes, qu’on les laisse dans leur marde et que le Québec se sépare au plus crisse!

N'oubliez pas de voter pour le Bloc aujourd'hui!

Comme Gilles Duceppe le disait hier:

Ce sont les Québécois qui, en résistant, en votant massivement pour le Bloc Québécois, peuvent empêcher Stephen Harper d’obtenir une majorité à travers le Canada.

De plus, j’en appelle à la logique des séparatistes. Voici la question du référendum sur l’indépendance du Québec en 1995:

Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le cadre du projet de loi sur l’avenir du Québec et de l’entente signée le 12 juin 1995?

Si vous répondez OUI à ce qui est en caractères gras, vous êtes un séparatiste et il est dans votre intérêt de voter pour le Bloc aujourd’hui, pas pour Harper (Conservateur) qui augmente les dépenses militaires sans votre consentement pour agresser un pays étranger, ni pour Dion (Libéral) qui vous faire croire que la question référendaire de 1995 n’était pas claire, ni pour Layton (NPD) qui est le chef du parti le plus fédéraliste et le plus centralisteur, ni pour les Verts, dont la cheffe Elizabeth May a proposé de toute façon un vote stratégique pour contrer Harper.

Il ne faut pas seulement contrer les Conservateurs mais aussi contrer les Libéraux, surtout sur l’Île de Montréal (et aussi dans les comtés de Brossard et de Brome-Missisquoi). Mes chers séparatistes, votez pour le Bloc, parce que c’est dans votre intérêt!

Alea jacta est…