Un texte percutant anti-HADOPI

Voici un percutant texte anti-HADOPI (la loi HADOPI étant une loi française anti-piratage, particulièrement dans la musique, le cinéma et les logiciels informatiques) écrit par un certain Mathieu et publié dans le journal Anarchosyndicalisme de la CNT-AIT Midi-Pyrénées. À part certaines notes que j’ai ajoutées, je suis d’accord avec l’ensemble de cet article.

BOYCOTTEZ LES ARTISTES HADOPIPHILES

Mercredi 11 juin, le gouvernement a subi un nouveau camouflet sur la loi HADOPI: le Conseil constitutionnel a censuré une partie du texte. Pas sur des dispositifs mineurs ou sur une erreur de procédure, mais pour atteinte à la présomption d’innocence, à la liberté d’expression et à la séparation des pouvoirs. En gros, le Conseil constitutionnel a été obligé de constater que le parlement et le gouvernement avaient violé, en votant la loi HADOPI, plusieurs principes fondamentaux de la République. Rien que ça. Mais, rassurez-vous, les violeurs ne risquent rien, Marianne est bonne fille et HADOPI va reprendre sous une autre forme.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi les débats, voici en quelques mots de quoi il en retourne. HADOPI créait une autorité administrative qui devait envoyer des mails aux “pirates” identifiés par les ayant droits, afin de les dissuader de télécharger. Au bout d’un certain nombre de mails, la ligne Internet pouvait être coupée par l’autorité administrative, sans procès et surtout sans moyen immédiat de défense de la personne accusée. Une fois la ligne coupée, il fallait en plus continuer à payer son abonnement! Le Conseil constitutionnel a censuré cette procédure … qui va simplement être remaniée.

Outre l’aspect profondément liberticide de cette loi (même dans sa version censurée), on remarque qu’elle est faite, non pas pour protéger la culture (ni les véritables artistes), mais bien pour protéger les profits des majors (grandes entreprises pseudo-culturelles). Ces entreprises, qui ruinent la culture en nous abreuvant de Star Académie (note de David: tiens, tiens, en France aussi!) et de films tous plus niais les uns que les autres, ne comprennent pas que les gens ne veuillent plus payer pour leur servir de tout à l’égout.

Les majors hurlent à la catastrophe pour la culture (!!!) parce que les sous ne rentrent pas assez vite dans leurs caisses. Pour améliorer le sort de leurs actionnaires, ils ont donc demandé au gouvernement de leur faire une loi sur mesure qui oblige l’internaute à installer des logiciels espions sur leur ordinateur (seul moyen de prouver son innocence, et accès facile pour l’État à toutes vos données personnelles), et qui condamne un individu sur la seule foi des relevés d’adresse IP (c’est l’équivalent d’une adresse postale sur Internet), effectués par les majors. Ces procédures, allongées par le passage devant le juge qui va certainement être voté cet été, vont en plus coûter extrêmement cher, et pour un résultat minime.

En effet, en août 2008, il y avait en moyenne 450 000 films téléchargés par jour, quant à la musique, certainement beaucoup plus… Ces centaines de milliers de “dangereux délinquants” sont menacés de passer devant la justice! C’est avec de telles lois qu’on fait monter les statistiques de la délinquance! (note de David: et ça fait sourire Sarkonazi 1er qui peut alors justifier une répression policière accrue!)

Que les majors défendent leur beurre et sacrifient les libertés sur l’autel de leur profit, cela ne surprend guère. Mais ce qui est plus dérangeant, c’est la cohorte d’artistes, souvent “de gauche”, qui sont montés au créneau pour cette même cause. En vrac, on trouve: Étienne Daho, Christophe Maé, Kery James, Sinik, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman, Jenifer, Stanislas, Raphaël, M Pokora, Keren Ann, Thomas Dutronc, Eddy Mitchell, Isabelle Boulay (eh bien!), Maxime Le Forestier, Martin Solveig, Marc Lavoine, Calogero, Gérard Darmon, Pascal Obispo, Jacob Devarrieux, Elie Seimoun, Alain Bashung, Bernard Lavilliers, Rachid Taha, Bob Sinclar, Psy4delarime, Abd Al Malik, Anis, André Manoukian, Charles Aznavour, Alain Souchon, Mademoiselle K, Soprano, Arthur H, BB Brunes, Liane Foly, Emmanuelle Seigner, Ridan, Renan Luce, Zita Swoon, Johnny Hallyday, Empyr, Kenza Farah, Shine, Camaro, Diam’s, Renaud, Romane Cerda, Cali, la Grande Sophie et Michel Piccoli… (note de David: sans compter la racaille des nombreuses veudettes culbécoises anti-piratage et une cohorte encore plus garnie de “tartistes” hollywoodiens qui appuient ce même genre de camelote liberticide).

Toutes ces belles âmes prétendent vouloir sauver la culture. Pourtant, quand on voit ces noms, on se dit qu’ils n’ont pas l’air de mourir de faim à cause du piratage. Au lieu de demander des comptes à leurs patrons sur leur gestion catastrophique et leur incapacité à s’adapter aux nouvelles technologies (position minimale exigible de la part de réformistes de gauche), ils font bloc avec eux et revendiquent la diminution des libertés comme un acte positif pour la culture. Belle vision que celle-là! La culture contre la liberté! Les fascistes n’auraient pas mieux dit!

Contre toute cette aristocratie de privilégiés, il est temps de revendiquer la gratuité totale et absolue de la culture (note de David: je ne suis pas d’accord avec cette exagération gauchiste et je n’ai rien contre les mécanismes de marché mais je préfère tout de même la liberté des clients aux profits des corporateux). Face à l’attaque mercantile d’HADOPI, une réponse s’impose. Elle est simple, facile et efficace: le boycott. N’achetez plus rien de tous les “artistes” qui se sont prononcés pour la loi HADOPI. En abandonnant les artistes-épidicers (note de David: j’ignore la signification de ce jeu de mots, artistes-épiciers?) à leur triste sort, vous aurez tout le temps de découvrir de véritables artistes, ceux qui ont autre chose à exprimer que leur compte en banque. Vous gagnerez en qualité et en plus, vous ferez des économies.

Advertisements

23 responses

  1. “Pour améliorer le sort de leurs actionnaires, ils ont donc demandé au gouvernement de leur faire une loi sur mesure qui oblige l’internaute à installer des logiciels espions sur leur ordinateur (seul moyen de prouver son innocence, et accès facile pour l’État à toutes vos données personnelles), et qui condamne un individu sur la seule foi des relevés d’adresse IP (c’est l’équivalent d’une adresse postale sur Internet), effectués par les majors”

    Il est possible de modifier un tel spyware pour le rendre inofenssif. Il faut juste pas se faire pendre. Ce que j’aime de la technologie est qu’il y aura toujours un moyen de donner des mots de tête a l’état.

    1. En effet, mais cette mesure est tout de même inacceptable!

    2. Au Canada, la réforme du droit d’auteur qui est présentement en discussion dans un processus de consultations publiques penche fortement vers l’instauration d’un système de “réponse graduée” calqué sur l’HADOPI.

      Malheureusement pour nous, cette nouvelle loi s’inscrirais dans la réforme du droit d’auteur qui comprendrait des dispositions légales pour rendre criminelle le contournement de mesures de protections logicielles.

      Ainsi, les compagnies pourraient donc légalement installer des espions dans nos ordinateurs et l’État garantirait légalement leur légitimité en permettant aux compagnies de poursuivre quiconque tenterais de briser ces “protections”.

      Je conseille aux amis libertaires de suivre avec beaucoup d’intérêts les dangers pour la liberté d’expression des nouvelles législations sensées protéger la culture.

      Pour avoir participé aux consultations publiques sur le sujet à Montréal il y a quelques semaines, la direction que prends le débat n’est pas bien reluisante.

      1. Quel sont vos sources pour le logiciel espion légal?

      2. Par pour rien que j’ai publié cet article, mon cher Julien!

  2. L’histoire entière du rootkit placé par sony dans ses CD le prouve.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Sony_BMG_CD_copy_protection_scandal

    Dans tout les cas, l’emplois de logiciels espions introduit sous forme de DRM deviendrais légalement indécelable avec une loi ressemblant à la C-61 puisque les mesures de contournement des protections seraient illégales en elle-même.

    Selon-moi, le danger des mesures de ripostes gradués est qu’elles permettent un contrôle corporatif de l’usage qui est fait des connections internet et ce, par la responsabilisation des fournisseurs d’accès internet. On attaque du même coup la neutralité des réseaux et on ouvre la porte à des usages illégitimes de la structure autoritaire ainsi créée. Entre la capacité de filtrer la bande passante et l’espionnage en temps réel des connections internet… il n’y a qu’un pas.

    1. Intéressant! Ça me fait réfléchir!

  3. “Dans tout les cas, l’emplois de logiciels espions introduit sous forme de DRM deviendrais légalement indécelable avec une loi ressemblant à la C-61 puisque les mesures de contournement des protections seraient illégales en elle-même.”

    Tour ce qui est software se modifie kit a travailler en mode kernel. Pour ne pas se faire prendre, on peut ne modifier le programme qu’en mémoire vive avec un logiciel se trouvant sure un dispositif externe, genre clef USB. On parle de patente relativement avancé mais je suis sure que les connaisseurs s’en occuperont. Je ne crois pas que se genre d’espion sera une réalité canadienne dans un avenir raproché.

  4. “Selon-moi, le danger des mesures de ripostes gradués est qu’elles permettent un contrôle corporatif de l’usage qui est fait des connections internet et ce, par la responsabilisation des fournisseurs d’accès internet.”

    Contre ça, on peut utiliser un système de proxy ou de tunel ping.

  5. ” Entre la capacité de filtrer la bande passante et l’espionnage en temps réel des connections internet… il n’y a qu’un pas. ”
    cryptographie

  6. le jour ou 90% de la population connaîtra comment crypter sa connexion, j’approuverais tes dires.

    1. “le jour ou 90% de la population connaîtra comment crypter sa connexion, j’approuverais tes dires. ”

      Je suis loin d’être un expert, mais tor est un bon début. Celui qui n’est pas capable d’utiliser tor mérite la prison alors tout est ok.

    2. En général, dans ce genre de gugus, un ou des pro fabrique la patente et tous en profite. Ces le cas des crack.

  7. Oui, mais on ne règle toujours pas le problème fondamental… la perte de légitimité du droit. À quoi bon créer des législations si elles se font enfreindre. Les efforts pour augmenter le contrôle sur la propriété intellectuelle vont se solder par des conséquences très graves pour notre société en définitive.

    1. Alors si on promulgue de telles lois liberticides, le droit mérite de perdre sa légitimité!

    2. Il faut luter contre les lois liberticides et une des façon de le faire est de ne pas les respecter.

  8. @ David

    «artistes-épidicers (note de David: j’ignore la signification de ce jeu de mots)»

    Ne serait-ce pas simplement une faute de frappe pour «artistes-épiciers», soit des artistes qui ne visent pas la production d’une oeuvre d’art, mais qui ne cherchent qu’à vendre, qu’à faire des sous ?

    (rien de pertinent ne sort de Googke avec épidicers ou épidicer).

    1. J’y avais pensé mais je trouvais “artistes-épiciers” trop insultant pour les vrais épiciers. Mais ça a du sens!

  9. Hadopi c’est une vrai usine à gaz du gouvernement!!!
    Je m’en suis débarrasser avec une connexion VPN sécuriser!!
    Ils offrent un essai gratuit sur ce site si http://www.vpn4all.com/fr/trial/ j’ai essayer et sa marche trop bien!!! Adieu hadopi Adieu … 😀

      1. de rien 🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: