Anarcho-capitalisme et droit de propriété: ai-je vraiment lu ceci?

Un certain Cal Miles, du collectif FR33 Agents, a écrit ceci:

I talked to Prof. Stringham of GMU, Trincoll, and the Mises Institute about private property and about the general consensus among Austro-anarchists and modern academic ancaps regarding the degrees absolutism with regards to “private property rights.” He told me that the academic consensus was not absolutist and that exceptions to land rights and so forth under ancap are clear but their nature depends on contingencies, on the circumstantials. He also pointed out that nominal absolutism in ethical theory didn’t translate to universal absolutism in praxis.

So, in answer to BP and Noor… no, academic anarcho-capitalists do not support a 100% absolutist position on private property rights.

Straw man dead.

A-t-il bel et bien dit que les académiciens anarcho-capitalistes n’ont pas une position absolutiste en ce qui concerne le droit de propriété? “Câlisse! J’rêve?” comme dirait Johnny dans Slap Shot, ébahi devant l’exhibition extraordinaire des frères Hanson.

Pire encore, il en rajoute en réponse à un de mes commentaires:

If you are talking about de facto or statist “profits” and “hierarchies” and “property rights,” then, yes, most serious academic anarcho-capitalists reject them as invalid.

On s’entend de mieux en mieux si c’est vrai!

Ou bien

1) Il s’agit de la pire merde que je n’ai jamais lue à propos de l’anarcho-capitalisme, qui serait réfutée avec véhémence par la grande majorité des anarcho-capitalistes et des libertariens eux-mêmes!

ou bien

2) Je suis un idiot trop sceptique et les académiciens du Mises Institute commencent à se distancer des autres anarcho-capitalistes en amorçant un questionnement sur la validité du droit de propriété d’un point de vue anarchiste, ce qui serait une très bonne chose pour les anarchistes.

Ce serait merveilleux si la deuxième option était vraie mais je trouve ça trop beau pour le croire. Tout de même, j’ai fait semblant d’y croire lors de mes commentaires là-bas! 😉

Merci à Noor pour ce tuyau. Noor et François Tremblay ont co-écrit cette intéressante FAQ anarchiste à l’intention des anarcho-capitalistes. Sur le fond des choses, je suis d’accord presque complètement avec 20 des 22 réponses (sauf la question 3 concernant le concept de société, même si certains arguments sont pertinents, et en partie avec le concept de la “Théorie travailliste de la valeur” qui fait un peu trop “faiseur de système” selon moi, même si les critiques de la “Théorie subjective de la valeur” me semblent pertinentes, j’y reviendrai) contenues dans cette FAQ.

Advertisements

37 responses

  1. Oooh, merci beaucoup!

    1. Thank you Noor! You can also comment in English here if you want. 🙂

  2. Merci pour le FAQ qui démontre bien, encore une fois, que nos différends ne sont pas tant une question de valeurs que de théorie économique.

    “The Labor Theory of Value”

    Je n’adhère pas à cette théorie, mais admettons-là. Il me semblerait alors pourtant évident que la valeur d’un outil se trouve dans le travail que l’outil permet d’épargner (futur), et non dans le travail qu’il a fallu pour le fabriquer (passé). Il me semblerait aussi évident que ces deux quantités sont habituellement différentes, et que c’est cette différence qui est source de tout profit. J’attends d’ailleurs que ceux “contre” le profit m’expliquent pourquoi c’est une mauvaise chose de fabriquer des outils qui épargnent du temps, plutôt que fabriquer des outils qui n’en épargnent pas.

    “Without the right to destroy or sell, there can be no property.”

    Si ce choix ne revient pas au propriétaire, à qui revient-il? Comment peut-on savoir si une automobile est plus utile sur la route à transporter des gens ou en pièces détachées sur des tablettes de garagistes, si personne n’a le droit de vendre? Est-ce que le garagiste est un ennemi de la société juste parce qu’il garde un inventaire de pièces lui permettant de servir rapidement ses clients?

    “tools alone cannot produce anything”

    Voilà une erreur peut-être pardonnable aux penseurs du 19e siècle, mais encore de nos jours? Il serait peut-être temps d’aller faire une petite visite industrielle. 99% de la grosse machinerie travaille tout seul, il faut juste la surveiller du coin de l’oeil.

    Et pourtant le point est crucial puisqu’il affecte notre vision d’à quel DEGRÉ la “classe” bourgeoise entrepreneuriale a bénéficié de la “coercition historique”, comparatibement à d’autres classes comme les banksters, politiciens, fonctionnaires, syndiqués et professionnels (seulement les médiocres), idéologues patentés et autres universitaires, etc.

    1. @Bastiat79

      “Merci pour le FAQ qui démontre bien, encore une fois, que nos différends ne sont pas tant une question de valeurs que de théorie économique.”

      Possible mais est-ce que certaines valeurs peuvent dépendre de la théorie économique considérée ou vice-versa?

      Faut dire aussi que je ne souhaite pas appliquer une pensée jusqu’au-boutiste en faveur de la théorie travailliste de la valeur. Ça fait trop “faiseurs de système”, selon moi.

      “Il me semblerait alors pourtant évident que la valeur d’un outil se trouve dans le travail que l’outil permet d’épargner (futur), et non dans le travail qu’il a fallu pour le fabriquer (passé).”

      Pourquoi pas les deux? Le travail nécessaire pour sa fabrication n’a-t-il pas une certaine valeur?

      “J’attends d’ailleurs que ceux “contre” le profit m’expliquent pourquoi c’est une mauvaise chose de fabriquer des outils qui épargnent du temps, plutôt que fabriquer des outils qui n’en épargnent pas.”

      Personnellement, je suis contre le profit mais pas au moins de nier l’ “épargne du temps”. D’autres peuvent et devraient répondre à cette question. (peut-être même dans la FAQ!)

      “Si ce choix ne revient pas au propriétaire, à qui revient-il?”

      À l’ensemble des possesseurs, incluant les travailleurs.

      “Comment peut-on savoir si une automobile est plus utile sur la route à transporter des gens ou en pièces détachées sur des tablettes de garagistes, si personne n’a le droit de vendre?”

      Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une “interdiction de vendre” ici.

      “Est-ce que le garagiste est un ennemi de la société juste parce qu’il garde un inventaire de pièces lui permettant de servir rapidement ses clients?”

      Non, je ne vois pas comment je pourrais répondre oui à cette question.

      “Il serait peut-être temps d’aller faire une petite visite industrielle. 99% de la grosse machinerie travaille tout seul, il faut juste la surveiller du coin de l’oeil.”

      En effet, mais tout de même, le travail fait pour élaborer cette machinerie peut être considéré, non? Sans toutefois nier le travail de la machine lui-même, on s’entend!

    2. “J’attends d’ailleurs que ceux “contre” le profit m’expliquent pourquoi c’est une mauvaise chose de fabriquer des outils qui épargnent du temps, plutôt que fabriquer des outils qui n’en épargnent pas.”

      Je ne vois pas le rapport. Je ne pense pas que “de fabriquer des outils qui épargnent du temps” soit nécessairement “une mauvaise chose.” C’est une question de cas par cas.

      Je pense que vous faites exprès pour exagérer.

      “Si ce choix ne revient pas au propriétaire, à qui revient-il?”

      Encore une fois, je ne vois pas le rapport entre “le droit à la propriété inclut nécessairement le droit de vendre et d’acheter” et “si ce choix ne revient pas au propriéraire…” Mais si il revient au propriétaire! C’est ce que le mot “propriété” veut dire!

      Je répète: sans droit d’acheter ou de vendre, il n’y a pas de propriétaires.

      “Comment peut-on savoir si une automobile est plus utile sur la route à transporter des gens ou en pièces détachées sur des tablettes de garagistes, si personne n’a le droit de vendre?”

      Est-ce une question hypothétique? Tout repose dans votre usage du mot “utile”. Utile pour qui?

      “Voilà une erreur peut-être pardonnable aux penseurs du 19e siècle, mais encore de nos jours? Il serait peut-être temps d’aller faire une petite visite industrielle. 99% de la grosse machinerie travaille tout seul, il faut juste la surveiller du coin de l’oeil.”

      Ne faites pas le con, quand même. Les machines n’achètent pas la matière première, et ils ne la transportent pas.

      Si les machines deviennent tellement intelligentes qu’elles sont capables de produire d’elles-mêmes, alors il faudra bien les payer, car elles seraient des personnes à part entière. En aucun cas est-ce que les machines justifient le profit!

      1. “Je ne vois pas le rapport. Je ne pense pas que “de fabriquer des outils qui épargnent du temps” soit nécessairement “une mauvaise chose.” C’est une question de cas par cas.”

        Le rapport c’est que l’existence même d’un outil qui épargne du temps implique un profit soit pour qui le vend, soit pour qui l’achète, ou les deux, selon le prix convenu. S’opposer au profit c’est nécessairement s’opposer à l’existence de tels objets.

        “Encore une fois, je ne vois pas le rapport entre “le droit à la propriété inclut nécessairement le droit de vendre et d’acheter” et “si ce choix ne revient pas au propriéraire…” Mais si il revient au propriétaire! C’est ce que le mot “propriété” veut dire!”
        “Est-ce une question hypothétique? Tout repose dans votre usage du mot “utile”. Utile pour qui?”

        Le rapport c’est que vu que quelqu’un doit décider, alors il y a nécessairement un ou des propriétaires. S’opposer à ce droit de propriété, c’est s’opposer à ce que la décision se prenne. Donc vous voulez que l’on ne désassemble jamais rien même si on est tous d’accord que ça serait avantageux d’avoir les pièces. Ça me semble absurde. Quel est votre mécanisme pour décider? Serait-ce injuste de faire un encan parce que ça implique un propriétaire à la fin?

        “Si les machines deviennent tellement intelligentes qu’elles sont capables de produire d’elles-mêmes, alors il faudra bien les payer, car elles seraient des personnes à part entière. En aucun cas est-ce que les machines justifient le profit!”

        C’est la première fois que je rencontre cette définition de “personne”. Ou peut-être on n’a pas la même définition de “produire”. Une éolienne ça “produit” tout seul et c’est pas une “personne”.

        @ David

        “Pourquoi pas les deux? Le travail nécessaire pour sa fabrication n’a-t-il pas une certaine valeur?”

        Non, si vous avez travaillé une semaine pour fabriquer un bidule qui ne m’intéresse pas, il ne vaut rien à mes yeux. La valeur ne peut pas appartenir au passé. C’est une question épistémologique absolument fondamentale.

        1. @Bastiat79

          “Le rapport c’est que l’existence même d’un outil qui épargne du temps implique un profit soit pour qui le vend, soit pour qui l’achète, ou les deux, selon le prix convenu. S’opposer au profit c’est nécessairement s’opposer à l’existence de tels objets.”

          Bof, s’opposent-ils vraiment à ce genre de profit?

          “Le rapport c’est que vu que quelqu’un doit décider, alors il y a nécessairement un ou des propriétaires. S’opposer à ce droit de propriété, c’est s’opposer à ce que la décision se prenne. Donc vous voulez que l’on ne désassemble jamais rien même si on est tous d’accord que ça serait avantageux d’avoir les pièces. Ça me semble absurde. Quel est votre mécanisme pour décider? Serait-ce injuste de faire un encan parce que ça implique un propriétaire à la fin?”

          Bof, les possesseurs, incluant les travailleurs, peuvent décider, non?

          “Non, si vous avez travaillé une semaine pour fabriquer un bidule qui ne m’intéresse pas, il ne vaut rien à mes yeux.”

          Mais si ça intéresse encore d’autres personnes? Comprenez-moi bien, je n’avais pas sous-entendu votre cas de figure dans mon propos précédent. En effet, si ça n’intéresse personne, il n’y a plus de valeur.

          “La valeur ne peut pas appartenir au passé. C’est une question épistémologique absolument fondamentale. ”

          Appartient-il au futur?

          1. “Bof, s’opposent-ils vraiment à ce genre de profit?”

            Selon leurs jugements discrétionnaires, bien sûr. Moi j’ai une définition précise du “mauvais” profit: la rente politique. Mais eux, veulent tout juger au cas par cas, s’imaginant déjà les arbitres tout-puissants de leur société “libre”.

            “Bof, les possesseurs, incluant les travailleurs, peuvent décider, non?”

            Qu’est-ce qui les distingue de véritables propriétaires alors?

            “Appartient-il au futur?”

            Absolument. Si ça intéresse au moins une personne, c’est par rapport à ce que ça peut lui apporter dans le futur.

            “Il n’y a aucun rapport direct entre sauver du temps et faire des profits.”

            Mais si! Même si je le fabrique moi-même, mon nouvel outil me permet de vendre un surplus, c’est donc un profit. Si je consomme ce profit sous forme de temps libre, c’est un profit quand même.

            “Une éolienne de par elle-même ne produit absolument rien.”

            Je vous conseille tout de même de ne pas vous entourer les fils électriques autour du cou, au cas où.

  3. Si l’on parle de la propriété de sois, c’est un absolu méthodologique pour toute la branche Mises.

    Hans Herman Hoppe (http://www.hanshoppe.com/about/) le démontre ici.
    http://heresie.org/axiomatique_normative.html

    Le reste de la science économique en découle, c’est l’approche aprioriste dont on pourrait dire qu’elle COMMENCE par le droit de propriété.

    La Branche hayekienne ne part pas d’une norme, mais à une approche générique évolutionniste sur la découverte des règles de Droit, on peut dire d’une certaine façon qu’elle se TERMINE par le droit de propriété.

    Ca fait des batailles de chapelles entre autrichiens, mais de mon point de vue lamentablement consensuel, les deux s’emboitent très bien pour donner quelque chose qui commence ET termine par le droit de propriété.

    Désolé de te décevoir. 🙂

    1. Non, je ne suis pas déçu. En fait, je m’y attendais! 😉

    2. “Si l’on parle de la propriété de sois, c’est un absolu méthodologique pour toute la branche Mises.”

      Et comme la “propriété de soi” est un non-sens, il doit donc en découler que l’économie à la Mises est aussi un non-sens.

      QED!

      1. Visiblement vous n’avez pas pris la peine de lire le lien que je vous ais fourni.

        Vous avez une seconde chance.

        http://heresie.org/axiomatique_normative.html

        1. Rarement lu un truc aussi prétentieux!

          1. Ce serait prétentieux si la qualité n’était pas là !

            Mais la démonstration de la propriété de soi comme norme incontournable sur une la base de DEUX axiomes (d’action et d’argumentation) est géniale.

            Elle assoit à une école de pensée qui précisément nie la prétention extraordinairement arrogante qu’ont BEAUCOUP de décider à la place des autres ce qui est bon pour eux.
            (évidement tous ceux-là ont des idées différentes et incompatibles sur la question).

            1. Il n’y a, en fait, aucune “démonstration de la propriété de soi comme norme incontournable” dans cet article. Il n’y a certainement aucune démonstration faite de la propriété (qui est un concept incohérent et, dans le cas du soi, mène à l’acceptation de l’esclavage), et il n’y a aucune démonstration faite de la proposition qu’un corps humain vivant fait partie du groupe des objets qui peuvent être possédés. C’est une grossière erreur.

              1. L’esclavagiste est celui qui nie la propriété de chacun sur son propre corps.

                Encore une fois le SIMPLE fait de me répondre pour me convaincre DEMONTRE que vous êtes propriétaire de votre corps et que VOUS admettez que je le suis moi même du miens.

                C’est incontournable.

                1. Non, le fait que je vous réponds n’affirme rien de plus que je suis capable de vous répondre et que je veux vous répondre, et ne prouve absolument rien au sujet des deux termes complètement contradictoires, qui sont la propriété et la “propriété de soi”.

        2. J’ai été un “anarcho”-capitaliste et lu Hoppe, alors votre arrogance, on en repassera…

          “le droit de faire un usage exclusif de son propre corps”

          Quel charabia sémantique. Un corps ne peut être fait usage.

          1. Mais ce n’est pas le pire truc dans ça.

            1. C’est l’erreur fondamentale, ce qu’il assume deux choses totalement fausses:

              1. Il assume le droit de propriété comme étant légitime.
              2. Il assume qu’un corps humain peut être fait usage.

              1. Ouais, je comprends mieux ce que tu veux dire.

              2. En piochant maladroitement des bouts de texte vous n’arriverez à rien.

                1. Le texte démontre que la PdS est nécessaire (qu’elle ne peut pas ne pas être). Ce que ce texte explique est que le simple fait que nous ayons cette discussion (action et argumentation) le DEMONTRE. La PdS ne peut PAS être ignorée, ce n’est pas une question de préférence politique.

                (je n’envisage même pas que vous puissiez vous considérer comme propriétaire des autres).

                2. “Un corps ne peut être fait usage.” écrire cela est une contradiction performative.

                1. Non, le texte ne démontre rien de tout cela. On ne peut sauter de “je communique avec vous” à un concept légal complètement incohérent. Le fait que je communique avec vous implique que je peut communiquer avec vous, et que je veux communiquer avec vous, mais il n’implique rien à propos du statut légal de mon corps. En fait, la communication peut exister sans aucun statut légal. De dire autrement est de la pure hypocrisie.

                  1. Non, le texte ne démontre rien de tout cela. On ne peut sauter de “je communique avec vousguillemets typographiques de fermeture” à un concept légal complètement incohérent. Le fait que je communique avec vous implique que je peut communiquer avec vous, et que je veux communiquer avec vous, mais il n’implique rien à propos du statut légal de mon corps. En fait, la communication peut exister sans aucun statut légal. De dire autrement est de la pure hypocrisie.

                    STRAWMAN, droit n’est PAS légalité.

                    Vous pouvez me parler ou parler à un rocher, cela n’implique rien en terme de PdS.
                    Mais vous ne pouvez pas Communiquer avec un rocher. Communiquer implique que vous reconnaissez que j’utilise et dispose de mon corps pour vous lire, analyser vos argument et agir en conséquence.

                    De fait, j’ai PAR NATURE l’EXCLUSIVITE de la mise en œuvre de ces moyens, j’en suis propriétaire.

                    Non, le fait que je vous réponds n’affirme rien de plus que je suis capable de vous répondre et que je veux vous répondre, et ne prouve absolument rien au sujet des deux termes complètement contradictoires, qui sont la propriété et la “propriété de soiguillemets typographiques de fermeture”.

                    Vous êtes un fétichiste des oeuilléres, si je ne suis pas propriétaires de mon corps, votre argumentation ne sert à rien, c’est un fait objectif. Cet article met en lumière par la seule raison sur une base axiomatique absolument certaine, un aspect fondamental du DROIT NATUREL (droit qui correspond à la nature humaine).

                    La légalité c’est AUTRE CHOSE, si elle est proche du DROIT NATUREL (ici si la propriété légale se calque sur la propriété naturelle), alors la société prospère, la population crois, le sort de tous et en particulier des plus pauvres s’améliore, ceux qui avant mouraient de faim ou de maladie, survivent.

                    Plus la légalité s’éloigne de ce droit naturel plus on a de pauvres, d’esclavage et de misère, de persécutions et d’exterminations, les exemples dans l’histoire de régimes ayant nié la propriété de soi sont innombrable, et particulièrement criminels au 20e.

                    Dit trivialement, la légalité ANTI-naturelle correspond à nier la nature humaine et à croire que l’on peut voler en se jetant d’une falaise et en battant des bras. Tenir compte de la NATURE HUMAINE, c’est admettre que dans le monde réel, il faut un parachute pour faire cela.

                    Le seul enjeux à mes yeux est la recherche pour une meilleur connaissance du DROIT NATUREL, il SE DECOUVRE, il ne S’INVENTE PAS.

      2. Je ne suis pas prêt à en conclure autant, même si j’ai de la misère avec le concept de “propriété de soi”.

  4. “Le rapport c’est que l’existence même d’un outil qui épargne du temps implique un profit soit pour qui le vend, soit pour qui l’achète, ou les deux, selon le prix convenu. S’opposer au profit c’est nécessairement s’opposer à l’existence de tels objets.”

    Non… ceci est tout à fait faux. En fait, une personne travaillant seule peut très bien fabriquer un tel outil pour se sauver du temps et avoir plus de temps libre. Il n’y a aucun rapport direct entre sauver du temps et faire des profits.

    “Le rapport c’est que vu que quelqu’un doit décider, alors il y a nécessairement un ou des propriétaires.”

    Voilà que vous vous écartez du sujet! La raison pour laquelle la destruction ou la vente a entré cette discussion, est parce que notre FAQ dit que la propriété ne peut exister sans le droit absolu de vendre ou de détruire (tous les droits de propriété, comme la propriété elle-même, sont absolus par définition). Je n’ai pas dit que la possession ne pouvait contenir un certain degré de droit de vente ou de destruction, ou que ce droit ne peut pas être délégué à, par exemple, la société en général, et donc devienne une question éthique. Mais cela ne fait pas du tout partie du sujet.

    “Une éolienne ça “produit” tout seul et c’est pas une “personne”.”

    Une éolienne de par elle-même ne produit absolument rien.

  5. “STRAWMAN, droit n’est PAS légalité.”

    Voilà qui est bien dit, cependant il faut bien être spécifique: bien qu’il est vrai que le concept de droit n’implique pas nécessairement celui de la légalité, la propriété est un terme légal. En fait, le concept de la propriété n’est pas, et ne peut être, un droit, et donc il n’y a pas de relation nécessaire entre le terme propriété et le terme droit.

    “Mais vous ne pouvez pas Communiquer avec un rocher. Communiquer implique que vous reconnaissez que j’utilise et dispose de mon corps pour vous lire, analyser vos argument et agir en conséquence.”

    Fort bien, mais rien de ceci n’implique un concept spécifique de propriété, mais plutôt simplement celui du contrôle. Pour être plus précis, celui de la possession. Voilà!

    “De fait, j’ai PAR NATURE l’EXCLUSIVITE de la mise en œuvre de ces moyens, j’en suis propriétaire.”

    Qu’est-ce que ça veut dire, être propriétaire d’une faculté? Une faculté n’est pas un objet. La source de ces facultés est le corps humain, et le corps humain n’est pas un objet qui fait partie de la catégorie des objets qui peuvent être possédés ou être propriété.

    “Vous êtes un fétichiste des oeuilléres, si je ne suis pas propriétaires de mon corps, votre argumentation ne sert à rien, c’est un fait objectif.”

    Mon argumentation me sert à raffiner mes propres pensées, ainsi qu’à raffiner les vôtres, on l’espère. Encore une fois, rien qui a recourt à la propriété.

    “Cet article met en lumière par la seule raison sur une base axiomatique absolument certaine, un aspect fondamental du DROIT NATUREL (droit qui correspond à la nature humaine).”

    Il est toujours plus désirable de découvrir une vérité par la logique que par l’observation seule: mais quand cette logique est pleine de fausses prémisses implicites, il faut la nier cent fois. C’est votre cas!

    “Plus la légalité s’éloigne de ce droit naturel plus on a de pauvres, d’esclavage et de misère, de persécutions et d’exterminations”

    Tout à fait le contraire, mon ami! C’est le droit de la propriété, pour être plus précis la rente et le profit, qui crée la pauvreté, le manque d’emploi, et la persécution. Toute dérogation à l’égalité économique doit nécessairement faire des pauvres et des riches, et éventuellement des maîtres et des esclaves. Le niez-vous?

    “Dit trivialement, la légalité ANTI-naturelle correspond à nier la nature humaine et à croire que l’on peut voler en se jetant d’une falaise et en battant des bras. Tenir compte de la NATURE HUMAINE, c’est admettre que dans le monde réel, il faut un parachute pour faire cela.”

    Voilà qui est bien dit, bien rationnel. Je suis tout à fait d’accord. La légalité ANTI-naturelle correspond aussi à laisser certaines personnes le droit d’isoler certaines ressources du reste de la société, malgré qu’ils dépendent presque complètement de la société pour les produire, et ainsi, se faisant, réclamer des droits spéciaux qui ne peuvent exister qu’en volant des autres.

    1. Pour être plus précis: je veux dire que votre argument, s’il a une conséquence, a comme conséquence non pas la propriété mais la simple possession, mais comme un corps humain ne peut être propriété ou possession, l’argument n’a aucune force de toute façon.

      1. “Qu’est-ce que ça veut dire, être propriétaire d’une faculté?”

        Vous êtes champions des STAWMANS, passez votre temps à changer les propos de votre interlocuteurs. Ca n’arrange pas votre crédibilité.

        Je et vous êtes bien propriétaire de votre corps, pas d’une faculté, ce corps me permet d’argumenter en l’utilisant.
        Si vous vous considérez comme propriété du corps des autres:
        1 c’est objectivement faux (quoi que je ne connaisse pas votre job).
        2 vous considérez vos proches comme des animaux de compagnie. Libre à eux de l’accepter.

        “Il est toujours plus désirable de découvrir une vérité par la logique que par l’observation seule: mais quand cette logique est pleine de fausses prémisses implicites”

        Il n’y a ici que 2 prémisses, les axiomes d’action et d’argumentation, les 2 sont absolument juste, vous seriez bien en mal de les réfuter. Pour votre information, ils sont juste sous “1) La théorie autrichienne a pour points de départ deux axiomes systématiquement liés, tous deux des vérités non hypothétiques.” comme cela vous pourrez les lire.

        “Tout à fait le contraire, mon ami! C’est le droit de la propriété, pour être plus précis la rente et le profit, qui crée la pauvreté”

        Là en plus vous êtes nul en économie basique, pourtant, on n’a même pas besoin de comprendre la propriété de soi pour cela, c’est ennuyeux.
        Tenez, un petit cours en vidéo pour débutants, ça vous aidera.
        http://blog.turgot.org/index.php?post/Pourquoi-plus-de-libert%C3%A9-apporte-plus-de-prosp%C3%A9rit%C3%A9

        “Pour être plus précis: je veux dire que votre argument, s’il a une conséquence, a comme conséquence non pas la propriété mais la simple possession, mais comme un corps humain ne peut être propriété ou possession, l’argument n’a aucune force de toute façon.”

        Propriété ou possession, c’est la même chose, vous auriez pu économiser ce post innutile.

        Je suis NATURELLEMENT propriétaire de mon corps, un esclavagiste pourrait en être LEGALEMENT proprietaire.
        Concrètement l’État esclavagiste est aujourd’hui LEGALEMENT COPROPRIETAIRE de celui-ci puisqu’il m’en interdit certains usages, fut un temps ou il aurait pu le réquisitionner à temps plein pour servir de chaire à canon.

        Des gens comme vous sont les idiots utiles de ce genre de prétentions, quand bien même ils affichent l’inverse.

        Je pense que nous tournons en rond avec vos divagations et vos STAWMANS, je ne poursuivrais que si j’ai du temps à perdre.
        http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gadsden_flag.svg

        1. Vous avez raison qu’on perd notre temps. Car vous ne voulez pas admettre quoi que ce soit qui déroge de votre dogme ancap. Je pense avoir démontré à ma satisfaction et à celle de tout observateur que votre idéologie est un non-sens.

        2. Peut-être devriez-vous lire mon billet suivant.

        3. “Si vous vous considérez comme propriété du corps des autres:
          1 c’est objectivement faux (quoi que je ne connaisse pas votre job).
          2 vous considérez vos proches comme des animaux de compagnie. Libre à eux de l’accepter.”

          Je n’ai jamais prétendu un tel truc et aucun anar ne prétend un tel truc!

        4. “Concrètement l’État esclavagiste est aujourd’hui LEGALEMENT COPROPRIETAIRE de celui-ci puisqu’il m’en interdit certains usages, fut un temps ou il aurait pu le réquisitionner à temps plein pour servir de chaire à canon.”

          Mais les anars le savent fort bien!

          “Des gens comme vous sont les idiots utiles de ce genre de prétentions, quand bien même ils affichent l’inverse.”

          Pardon? Peut-être devrais-je vous affubler du sobriquet d’ “idiot utile” pour la répression policière des squatters, tant qu’à y être!

        5. Le Gadsden Flag…tellement utilisé à tort et à travers que ça en a perdu tout son sens…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: