Monthly Archives: May, 2010

Simon-Pierre Diamond, une espèce très rare de guidoune!

Il semble bien que le nouveau charognard soi-disant libéral et ex-directeur général de l’ADCul du Parti CONservateur du Culbec Simon-Pierre Diamond, écologiste convaincu et grand défenseur de l’accessibilité à l’instruction ;), soit une espèce très rare (sic) de guidoune. Voici un extrait de cet article de La Presse à Desmardais, un journal gau-gaucho-séparatiste! 😉

En point de presse, celui qui est devenu le plus jeune député québécois de l’histoire en 2007 a affirmé avoir été «amèrement déçu» de son bref passage à l’Action démocratique du Québec. C’est dans ce contexte qu’en octobre 2008, il avait dénoncé ses collègues adéquistes André Riedl et Pierre-Michel Auger, passés au PLQ. «Des gens qui se donnent au plus offrant, on en voit souvent au centre-ville, tard le soir, mais au parlement, des gens qui font le trottoir, on en voit très, très, très rarement», avait-il alors déclaré.

Faut dire qu’après que le nationaleux cacanadian Richard Holden ait été un député du PCul, tout est possible! Alors, il n’y rien là, finalement! 😉

Merci à T. pour l’idée! 🙂

Advertisements

À propos de l'affaire Denis Philippon…

Certains idiots se servent du meurtre de trois innocentes personnes commis par le kamikaze Denis LeTaponDeMarde pour alimenter l’idéologie étatiste prônant la réprobation sociale du suicide et sa prévention par les fascistes de la santé publique. Ces crétins négligent le principe suivant: chaque individu devrait avoir le droit de pouvoir disposer de son propre corps comme il le désire sans se faire écoeurer par quelconque autorité. Le même principe s’applique pour l’avortement, en passant…

Si ce meurtrier phallocrate machiste avait tout simplement décidé d’utiliser une arme à feu pour se tirer une balle dans la tête pour soulager sa p’tite peipeine de cocu possessif patriarcal, je n’aurai vu aucun problème avec ce geste, n’en déplaise aux nombreux tatas prônant la réprobation des suicides, PUISQU’AUCUN MEURTRE NI AUCUN AUTRE CRIME N’AURAIENT ÉTÉ COMMIS. Mais c’est vrai, d’après la gau-gauche étatiste et leurs complices de la mafia fémi-favoritiste, les citoyens doivent être désarmés et seule la police et l’armée devraient pouvoir posséder des armes afin d’assujettir la populace au joug étatique…

Contre l'expulsion de Rachel Barlagne et de sa famille!

Je tiens à exprimer ma profonde indignation en raison de l’expulsion projetée du territoire cacanadian de Rachel Barlagne, 7 ans, et de sa famille par les bonzes d’Assimilation Fédéralo-Anglophile Cacanada.

Voici un article paru dans mondeactu.com le 18 mai dernier:

David et Sophie Barlagne, un couple français avec leur petite fille atteinte de paralysie cérébrale, sont menacés d’expulsion au Canada. La Cour fédérale a rejeté leur demande de résidence permanente ce mardi, estimant que Rachel Barlagne, 7 ans, est un « fardeau excessif » pour la société canadienne.

David Barlagne est un ingénieur informatique. Lorsqu’il a présenté son projet aux représentants consulaires canadiens, il leur a avoué que sa fille Rachel avait une infirmité motrice cérébrale, un trouble neurologique congénital affectant ses mouvements de façon permanente.

Le couple s’est installé au Canada en 2005 et David a fondé son entreprise à Montréal. La famille Barlagne est parfaitement intégrée au Canada. « Nous nous sommes engagés par écrit, dès le début de la demande de résidence permanente, à assurer financièrement la prise en charge de notre fille Rachel, qui est dans une école spécialisée », raconte David.

En janvier 2010, le couple a formulé sa première demande de résidence au Canada et celle-ci a été rejetée en raison de la maladie de leur fille, qui représente selon la législation canadienne un lourd fardeau pour le système de santé. La Cour fédérale a confirmé le rejet de leur demande de résidence permanente ce mardi, donnant ainsi raison à l’agent des visas qui a rejeté leur première demande. La famille Barlagne est maintenant expulsable.

Stéphane Minson, un avocat associé du cabinet Joli-Cœur Lacasse à Montréal, est l’avocat de la famille Barlagne. Il compte solliciter l’intervention du ministre fédéral de l’Immigration, Jason Kenney, qui peut user de son pouvoir discrétionnaire pour faire annuler cette décision inhumaine.

Curieusement, la famille Barlagne parle très bien le français (évidemment) contrairement à certains porteux de kirpans qui ne considèrent pas cet artifice superstitieux comme une arme. Est-ce que cette famille est une menace pour la Cacanadian Unity, par hasard? À moins qu’ils aient des cousins de la fesse gauche qui soient membres d’Al Quaïda… 😉

Merci à G. pour m’avoir rappelé ce dossier.

Vive le Cacanada, le plusse meilleur pays au monde! Icitte, on est ben accueillants, tabarnac!

Mais au fond, je délire, les autorités ont raison! Le principal problème pour l’économie cacanadian, c’est l’immigration, bien sûr! 😉

Anarchie et violence: trois billets intéressants

Je vous recommande de lire cet excellent billet de Bakouchaïev portant sur l’anarchie et la violence, d’un point de vue pragmatique. 😉 Je suis presque totalement en accord avec son propos. Je vais néanmoins commenter le passage suivant:

Ce n’est pas ici une dénonciation de la violence, au contraire. Je suis pour la violence, si elle est libératrice, si elle vise à supprimer une injustice. Mais trop souvent, elle est superficielle, reste à la surface des choses et est purement irréfléchie.

Je suis d’accord en général avec ce passage sur le fond. Cependant, j’aimerais apporter quelques précisions. D’abord, il serait intéressant de définir comment la violence peut être “libératrice” et “vise à supprimer une injustice”, car à mon avis, ces termes peuvent ratisser très larges. En effet, pour certains, le fait de commettre un attentat terroriste contre une banque (et attention, je n’ai pas dit que ce sont des anars qui ont fait exploser une banque à Toronto Ottawa (idiot que je suis, ce n’était pas à Toronto! 😉 )ou qui ont tué trois personnes dans une banque en Grèce) constitue une forme libératrice de violence. Il y a aussi le mouvement fémi-favoritiste qui justifie l’utilisation illégitime de la violence étatique par le fait qu’elle vise à corriger les injustices (souvent réelles, tout de même) causées par des institutions patriarcales passéistes et par une mentalité maqueueliniste.

De plus, j’estime qu’on devrait distinguer les termes “violence” et “agression”. Un acte d’agression survient quand un individu ou un groupe contraint ou force un autre groupe ou individu à faire quelque chose sans leur consentement, et aucun anarchiste ne devrait cautionner une telle chose. La violence, quant à elle, est tout à fait légitime dans les circonstances suivantes: 1) si elle constitue une légitime défense contre une agression (par exemple, le cas de Basil Parasiris, qui s’est défendu contre une agression policière) 2) les agresseurs et les agressés donnent leur consentement (par exemple, les bagarres au hockey) et 3) la vie de l’agresseur est menacée et l’utilisation de la violence vise à lutter contre cette menace (une circonstance non souhaitable, bien sûr!).

D’un point de vue philosophique, les deux meilleurs billets que j’ai lus sur ce sujet ont été écrits par François Tremblay (partie I et partie II). Voici le passage le plus important pour moi:

Another specific problem with using violence in order to attain anti-State ends, is that such violence makes one a statist. The State is commonly defined as a monopoly of force, but I prefer to define it as a monopoly of legitimate force. Obviously anyone can still kill anyone in a statist system, but his killing is not considered legitimate, while his execution by the State would be considered a legitimate killing. The State, by its very nature, seeks to deligitimize crimes committed by other factions or individuals, while legitimizing its own crimes.

The violent activist obviously sees his own use of violence as legitimate, otherwise he would not be committing it. He also sees the State’s violence as illegitimate, otherwise he would not be fighting against it. Therefore, by using violence, the activists necessarily sees himself and his group as a monopoly (or as part of a monopoly) of legitimate force! This assumed monopoly is no less of a State than the current State. And indeed we see the inevitable result in all violent revolutions: all “revolutionaries” turn out to be even more cruel and bankrupt than those they fought against, including the American case.

Dans un billet précédent, j’avais adapté ce passage comme suit:

Un problème spécifique avec l’utilisation de la violence pour atteindre des buts anti-étatistes, est qu’une telle violence fait en sorte que ses zélateurs deviennent en fait…des étatistes! En effet, on peut définir l’État comme “un monopole coercitif de violence légitime“. Évidemment, n’importe qui peut agresser quelqu’un d’autre dans un système étatiste, mais son agression ne sera pas considérée comme légitime, alors qu’une telle agression perpétrée par l’État (par exemple la brutalité policière, justement!) sera considérée comme légitime! L’État, intrinsèquement, cherche à rendre illégitime les crimes commis par d’autres groupes ou individus, tout en légitimant ses propres crimes.

L’activiste violent considère évidemment sa propre utilisation de la violence comme légitime, car sinon, il n’utiliserait pas cette violence. Il considère aussi la violence de l’État comme étant illégitime, car sinon il ne combattrait pas cette violence. Donc, en utilisant la violence, les activistes et les groupes associés se considèrent nécessairement comme un monopole de violence légitime. Ce monopole assumé n’est rien d’autre qu’un nouvel État au même titre que l’État actuel! Par conséquent, un dérapage inévitable se produit dans toutes les révolutions violentes: les soi-disant “révolutionnaires” deviennent souvent encore plus cruels et oppresseurs que ceux qu’ils ont combattu. 😦

La réunion de ces trois billets résume en majeure partie mon opinion sur ce sujet. Le recours à des actes d’agression est toujours illégitime, a fortiori pour les anarchistes, mais dans certaines circonstances, la violence peut être légitime.

Remerciements de campagne "électorale" papale du cardinal Ouellet…

Publicité pour l'événement "L'anti-capitalisme: fondements et défis"

Je m’inspire de cette publicité de François Tremblay portant sur le Center for a Stateless Society pour vous présenter ma propre publicité pour l’événement “L’anti-capitalisme: fondements et défis” présenté par le regroupement “Justice sans foi”, car je trouve que la présentation de sa programmation que j’ai trouvé dans le blogue Voix de Faits n’expose pas de manière assez percutante le caractère clairement anarchiste de ce sublimissime événement!

Voici le programme de cet événement, qui sera présenté au Cégep Limoilou à Culbec City le 15 mai prochain:

Conférence d’ouverture:

Inventaire critique de la notion d’anti-capitalisme, par Pierre Mouterde, professeur de philosophie au Cégep Limoilou et Maxime Ouellet, chercheur post-doctoral à la Chaire mondialisation, citoyenneté et démocratie de l’UQAM:

Dans cette conférence, on distinguera la notion de “capitalisme” de celle de “marché” pour expliquer par la suite comment combattre le capitalisme par la promotion de véritables mécanismes de libre-marché sans le droit de propriété (mais avec droit de possession), sans hiérarchies de pouvoir et sans intervention de l’État. Monsieur Ouellet expliquera pourquoi la notion de citoyenneté et celle de la médiocrassie pseudo-représentative étatiste sont des concepts qui ne doivent pas être réformés, mais qui devraient être remplacés plutôt par des processus décisionnels basés sur des consensus à petite échelle et le respect des libertés individuelles. De plus, on y fera la promotion de l’alter-mondialisme (pas dans le sens d’anti-mondialisme, contrairement à l’usage courant faite par les gau-gauchistes étatistes) qui consiste à libérer la circulation des personnes et des biens entre tous les pays, contrairement à la mondialisation capitaliste, qui consiste à ne libérer que les échanges commerciaux (et non pas la circulation des personnes) entre certains pays et à externaliser une partie des coûts d’installation et d’exploitation des corporations par l’intermédiaire des États du Tiers-Monde et du travail de leurs esclaves. Par ailleurs, on y dénoncera avec véhémence les politiques protectionnistes de Baraque Osama.

Conférence de clôture:

L’anticapitalisme : perspective essentielle aux luttes sociales actuelles?, par Nicolas Lefebvre-Legault, membre du Comité populaire Saint-Jean Baptiste de Québec:

Dans cette conférence, il ne sera certainement pas question de hausser le salaire minimum pour empêcher les moins compétents et les moins expérimentés de travailler et de faire la promotion du monopole d’État sur les logements, afin de réduire l’offre de logements. Note: dans ce cas précis, je considère tout de même cette conférence a priori suffisamment intéressante pour de ne pas trop en ajouter dans ma pub.

Ateliers thématiques pour tous :

Le défi écologique et limites du capitalisme vert, par François L’Italien, doctorant en sociologie à l’Université Laval et membre du Collectif d’analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (sic) (CAFCA):

Dans cette conférence, on exposera les conséquences écologiques désastreuses de la propriété étatique des ressources naturelles. De plus, on expliquera pourquoi le plupart des bio-carburants sont néfastes, pourquoi les États ont intérêt à faire la promotion des idéologies réchauffistes et éco-fascistes, tout en soutenant des initiatives polluantes en coulisse, et pourquoi “capitalisme” et “avancement” ne sont pas des synonymes.

Marche des femmes pour leur émancipation : une dimension essentielle de la lutte anticapitaliste, par Cynthia Bergeron, militante féministe:

Dans cette conférence, on adoptera une position internationaliste de la lutte féministe et on dénoncera le mouvement fémi-favoritiste culbécois, qui n’a rien à voir avec une perspective féministe. On dénoncera aussi les attitudes et les institutions patriarcales et capitalo-étatistes dont la remise en question n’est pas faite par les fémi-favoritistes.

Ateliers thématiques au choix : (faire un seul choix parmi les quatre suivants)

A – Inégalités nord-sud et alternatives : le rôle du Forum social mondial, par Pierre Mouterde, professeur de philosophie au Cégep Limoilou:

Dans cette conférence, Monsieur Moutarde dénoncera l’aide internationale étatique à l’étranger, qui sert trop souvent à engraisser des bourreaucrassies corrompues (d’ailleurs, à quand une aide internationale pour le Québec, afin d’engraisser l’industrie de la corruption construction? 😉 ). De plus, il ne préconisera certainement pas une intervention accrue des pouvoirs étatiques à l’intérieur même des États pauvres pour régler la problème de la pauvreté extrême.

B – Lecture chrétienne (sic) de l’anti-capitalisme et engagement social, par Michel Beaudin, professeur honoraire à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal:

Dans cette conférence, on exposera le passage de l’engagement écclésiastique vers le militantisme para-religieux éco-fasciste de Steven Guilbault et on présentera les liens historiques entre le développement du système capitaliste et celui des institutions chrétiennes. Ensuite, on discutera de l’impossibilité logique de concilier la foi religieuse avec une lutte anti-capitaliste anarchiste et on dénoncera les régimes totalitaires étatistes liberticides soi-disant anti-capitalistes justifiés par un emballage cadeau religieux. De plus, on illustrera les liens étroits (même contemporains, malgré qu’ils soient moins étroits maintenant) entre le gouvernement culbécois et l’Église Catho-fasciste et on discutera du lobbyisme politique potentiel du Cardinal Ouellet s’il devient le prochain Pape, ainsi que des conséquences négatives possibles d’une telle nomination pour les libertés civiles au Québec. Aussi, on expliquera pourquoi il sera toujours dans l’intérêt de l’Église catholique de désapprouver l’avortement, la contraception, la masturbation, le sexe hors-mariage, la polygamie et les droits des homosexuels. Enfin, on expliquera pourquoi les sionistes et les chrétiens s’unissent pour lutter contre les musulmans.

C – Crise (sic) du capitalisme et les nouveaux défis du mouvement syndical, par Sébastien Bouchard, militant syndical et membre de la CSQ:

Dans cette conférence, il sera question de l’abolition de la réglementation étatique des syndicaleux et de la remise en question du principe jusqu’au-boutiste de l’ancienneté (ainsi que de leur corollaire, les clauses orphelins), qui s’exerce au dépens des travailleurs compétents. Aussi, il sera question du droit à la non-association qui est un concept essentiel pour le droit à l’association. De plus, il sera question de la gestion anarcho-syndicaliste des moyens de production. Enfin, on exposera les liens entre la guerre à la drogue et le copinage des élites syndicaleuses avec les partis politiques (surtout la charogne soi-disant libérale et le PCUL), le soi-disant “crime” organisé et les corporations, particulièrement dans l’industrie de la corruption construction.


D – De l’accumulation par dépossession à l’émancipation du travail : résistances ouvrières et paysannes au capitalisme néolibéral
, par Étienne Cantin, politologue, professeur à la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval:

Dans cette conférence, on y fera certainement pas la promotion d’une intervention étatique accrue et d’une démocratie citoyenne plus saine pour combattre le capitalisme. Plutôt, on expliquera pourquoi la déprolétarisation, remettant en question l’idéologie de l’ouvriérisme esclavagiste, est la meilleure façon de combattre le capitalisme et de faire respecter les libertés fondamentales des individus. Aussi, on expliquera pourquoi il faut abolir les monopoles industrialo-étatiques dans l’agriculture québécoise, pour laisser une plus grande place à l’agriculture paysanne.

Finalement, j’espère que vous allez vous présenter en grand nombre à cet événement historique dans l’histoire de l’anarchisme au Québec! De mon côté, je n’irai pas, car je suis un salopard séparatiste individualiste beaucoup plus dangereux que ces gens-là 😉 et que je préfère me branler que de côtoyer des rongeux de balustres…

AJOUT: Nicolas me précise qu’il ne s’agit pas d’un événement anarchiste. Je n’en suis guère surpris…

École obligatoire: ils sont fous ces jeunes péquistes!

J’ai souvent l’impression que le mouvement indépendantiste québécois ne comprendra jamais que de proposer des mesures trop coercitives dégoûte littéralement la population et nuit ainsi à la progression du projet séparatiste. Un autre cas de figure qui illustre bien ce que je viens de dire est la dernière proposition idiote des jeunes du PCul concernant l’école obligatoire. Voici un extrait du dernier communiqué de presse du Comité Nationaleux de Jeunes du Parti Culbécois:

Aux prises avec un taux de décrochage scolaire qui a des allures de désastre social, où 31 % des jeunes de moins de 20 ans n’obtenaient pas leur diplôme d’études secondaires en 2007, le Québec se doit d’étudier des avenues novatrices et courageuses afin de lutter contre cette problématique. Le comité national des jeunes du Parti Québécois (CNJPQ) propose de rendre l’école obligatoire jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme, que ce soit un diplôme d’études secondaires (D.E.S.), un diplôme d’études professionnelles (D.E.P.) ou une autre distinction menant à un métier. Cette mesure serait effective pour les étudiants jusqu’à l’âge de 18 ans.

Bande d’idiots! Encore des obligations, toujours plus d’obligations, câlisse! Pis ça prétend promouvoir un “Québec libre” tabarnac! Et pendant ce temps, le PCul est de plus en plus complice des hausses de frais de scolarité, à l’intérieur même du monopole d’État universitaire, de la charogne soi-disant libérale et ne proposera certainement pas que l’État prenne moins de place afin de permettre à une plus grande proportion ceux qui sont instruits (en fait, de tout le monde!) de pouvoir travailler. Me semble qu’il s’agit de deux problèmes nettement plus graves que les décrochés (pas décrocheurs, ni décrochage svp!) scolaires, n’est-ce pas?

Pour ceux qui ne connaissent ma position anti-école étatique et obligatoire, je vous suggère de lire mon billet portant sur ce sujet.

Je devrais écrire plus souvent aux cours des prochaines semaines.

Voici mon dessin de Mahomet:

  • P.S.: Il n’y a aucun oubli de ma part! Faut dire que je ne sais pas dessiner, alors… 😉

    Si j'ai bien compris…

    vous êtes en train de vous dire : à la prochaine fois! 😦