Monthly Archives: July, 2010

Les immigrants volent nos jobs: une majorité écrasante de Blancs Américains ne croient plus à cette connerie! (version corrigée)

Note: En raison d’une erreur dans le site de CNN, les résultats du sondage pour les Blancs et les Latinos avaient été inversés dans la version initiale. Je publie donc à nouveau ce billet avec les corrections. Ceci dit, ça ne change rien sur le fond des choses.

Voici un extrait provenant du site cnn.com:

The vast majority of Americans say they favor allowing illegal immigrants to stay in the U.S. if they have a job and pay their taxes, according to a new national poll. But a CNN/Opinion Research Corporation survey also indicates that a majority of the public says such a plan takes a back seat to stopping the flow of illegal immigrants into the country.

Eighty-one percent of people questioned in the poll say they support creating a program that would allow illegal immigrants already living in the U.S. for a number of years to stay here and apply to legally remain in this country permanently if they had a job and paid back taxes, with 19 percent opposed to such a plan.

According to the poll 78 percent of white respondents favor the program, 16 points lower than the 94 percent of Hispanics questioned who back a plan that would provide a pathway to legal status for some illegal immigrants.

Oui, oui, vous avez bien lu! 78% des Américains de race blanche et 81% de l’ensemble des Américains! Impensable ailleurs en Occident (et même presque partout ailleurs, en fait!), surtout pas en Europe!

Une majorité écrasante d’Américains de race blanche (c’est encore mieux chez les noirs et surtout les latinos) ont compris ce que les anarchistes (et même les libertariens du Québec) ont compris depuis fort longtemps: prétendre que les immigrants volent des jobs est une sornette! Laissons cette lubie aux élites bourgeoises racistes (surtout étatiques, et encore plus dans les partis politiques), aux groupes de pressions extrémistes drouatistes étatistes (ex: Tea Party, ou pire encore les nazis américains) et à leurs rares militants…

Bien sûr, je ne suis pas entièrement d’accord avec leur opinion parce que j’estime qu’il ne faille pas nécessairement qu’un immigrant soi-disant “illégal” travaille pour qu’on l’accepte comme immigrant. Mais cette inquiétude face à l’immigration soi-disant “illégale” n’est pas une attitude raciste en soi, elle découle plutôt de leur inquiétude exagérée face aux assistés sociaux potentiels (plus souvent temporaires qu’autrement) et aux criminels potentiels (plus souvent qu’autrement des non-criminels qui vendent de la drogue) qui résulteraient de l’immigration soi-disant “illégale”.

En fait, cette inquiétude est provoquée et exacerbée par la propagande haineuse raciste des élites politiques, en particulier celle vomie par Jan Brewer, cette crisse de salope frigide raciste qui est la Gouverneure de l’Arizona. De plus, si on se débarrassait du capitalisme (qui valorise la rareté des emplois pour enrichir les corporations avec le soutien de l’État) et de l’État (qui mène cette guerre stupide contre la drogue), il n’y aurait plus d’assistés sociaux immigrants, il n’y aurait plus de guerre contre la drogue, et cette inquiétude n’existerait plus.

Néanmoins, il s’agit d’un pas dans la bonne direction qui démontre clairement que le racisme est beaucoup moins présent chez les Américains de race blanche que ce que les gau-gauchistes étatistes et leurs complices négro-fascistes (comme ceux de la NAACP, ou pire encore ceux du New Black Panther Party) prétendent!

Advertisements

Interdiction de la burqa et des autres masques: pourrait-on abolir les vrais accomodements religieux déraisonnables étatiques, à la place?

L’expression d’un certain racisme islamophobe latent chez les Québécois se caractérise entre autres par leur appui massif (73%, selon un sondage) à l’interdiction de la burqa presque partout (incluant la rue), sauf dans les résidences privées.

Ma position concernant le port des masques (incluant la burqa) est la suivante: le port VOLONTAIRE de masques dans la rue et dans la sphère privée ne doit pas être interdit. Cependant, étant donné que je suis en faveur de la laïcité de l’État et que j’estime que les clients doivent s’identifier pour recevoir les services de l’État, je suis contre le port de la burqa et des autres masques dans les institutions étatiques. De plus, étant donné que je suis contre les agressions, les parents ne devraient pas pouvoir forcer leurs enfants à porter un masque lors de n’importe quelle journée, incluant le 31 octobre.

De plus, il est hautement contradictoire de la part des Québécois de s’indigner vigoureusement concernant le choix volontaire de porter la burqa, alors qu’ils consentent de manière complice à ce que l’État Culbécois se sert de sa violence étatique et les force à se soumettre à un accomodement religieux catho-fasciste déraisonnable, arriéré, liberticide et inutile, i.e. la Loi sur les heures et les jours d’admission dans les établissements commerciaux, une loi stupide qui devrait être abolie!

Pourrait-on abolir les vrais accomodements religieux déraisonnables étatiques, à la place?

Meurtre d'un otage humanitaire au Niger: seulement un simple dommage collatéral…

On apprenait hier qu’un certain Michel Germaneau, 78 ans, un ingénieur à la retraite qui travaillait dans le secteur pétrolier en Algérie et qui avait été enlevé il y a 4 mois au Niger, aurait été tué par des combattants d’AQMI (Al Quaïda au Magreb Islamique). Évidemment, Sarkonazi 1er, Président de la France, toujours en quête d’une bonne “clip” médiatique, n’a pas manqué l’occasion de s’indigner vigoureusement afin de soigner encore plus son image!

Et alors quoi? Pourquoi en faire un si gros plat? Ce n’est seulement qu’un simple dommage collatéral, après tout… 😉

Des exemples concrets d'anarchie?

Yannick Gagné, un propagandiste capitaliste, me pose cette question, que presque tous les étatistes sans arguments posent:

Pouvez-vous m’indiquer où, quand, combien de temps et dans quelles circonstances votre modèle anarchique a été expérimenté et qu’il a passé le test de la réalité?

D’abord, il n’y a pas de modèle anarchiste unique. Il n’y a pas de modèle anarchiste anarcho-pragmatiste! Généralement (pas toujours, il y a certains anarchistes de droite et gauche, et même des centro-mutuellistes, qui sombrent dans ce travers), ce sont les étatistes et les capitalistes qui s’intéressent à des modèles uniques. De plus, le capitalisme et l’étatisme n’ont pas eu besoin de passer le test de la réalité avant d’être implantés. En fait, on avait beaucoup plus testé la réalité du marché (troc, gifting, échanges de services, monnaie), concept dont je prône sa libéralisation totale pour atteindre l’anarchie, que le capitalisme et l’étatisme, avant de les implanter.

Cela dit, afin de répondre plus clairement et moins maladroitement à mon interlocuteur la prochaine fois, j’aimerais avoir vos réponses à cette question, ainsi que vos exemples concrets d’anarchie.

En terminant, je vais citer François Tremblay, concernant le caractère soi-disant “utopiste” de l’anarchie:

Furthermore, we must point out a major origin problem in the notion that Anarchy is utopian. If Anarchy cannot “work,” then government itself, which must obviously have been created from a state of Anarchy, also cannot “work.” How can an unworkable system produce a workable system? The reverse can happen, of course. A skilled carpenter can create a botched piece, but an unskilled carpenter cannot create a masterpiece. If the initial Anarchist state of affairs was “unworkable,” then where was the potential in this “unworkable” society to create the “order” of government? This destroys neatly the argument that Anarchy is utopian while statism is not.

If we are to state the case clearly, we can say this. Statism is the belief that a group of people, who possess all the guns and all the legitimacy, able to make all the rules for itself, will not want to exploit its subjects. Instead, they will act completely altruistically and help fulfill the values of their subjects.

And we know from reality that it ain’t so. This is a Big Lie. Statism is utopian to the extreme, and we need to hammer that on every opportunity we get.

Fin de la discrimination positive au gouvernement fédéral?

Quelques sujets différents:

1) À moins d’une offense très grave (menaces, commentaires abusifs sur la vie personnelle) de la part d’un commentateur, ne me demandez jamais de censurer un commentateur en particulier, parce que si vous le faites, je vais vous insulter sans gêne! Lorsque des blogueurs commencent à jouer au jeu de la censure, cela trahit leur haine de la liberté.

2) En raison de l’excellente décision (provisoire, faut-il le préciser) des CONservateurs de rendre non-obligatoire le questionnaire long sur le recensement au Cacanada, le directeur de Statistique Cacanada a démissionné, le pauvre petit chérubin! Qu’il sacre son camp, ce sale pleurnichard! Bon débarras! Un crisse de braillard comme la plupart des statisticiens! Pas pour rien qu’il y a le terme “statist” (étatiste) dans “statisticien”! Je répète: mes chers statisticiens, si ça vous tente de chiâler sur quelque chose, critiquez plutôt le peu de place laissée aux statisticiens (et la pseudo-science qui s’ensuit, désirée par l’État et le système capitaliste) par les praticiens des autres disciplines scientifiques.

3) On apprend que les CONservateurs auraient l’intention d’abolir la discrimination positive à l’embauche dans le gouvernemaman cacanadian, ce qui serait une très bonne chose. Les racistes immigrato-favoritistes et les sexistes fémi-favoritistes de la gau-gauche étatiste discriminatoire ne seront pas contents…

Débat sur le recensement: revenons à la question fondamentale!

Je tiens à souligner à nouveau mon appui à la décision (non-définitive: j’ai l’impression qu’ils vont reculer parce que cette décision entre en contradiction avec les autres politiques intrusives des CONservateurs, malheureusement) du gouvernemaman Cacanadian de mettre fin à la pratique liberticide de l’obligation de répondre au questionnaire long du recensement.

En effet, (et j’admets être volontairement redondant ici) au grand dam de mes collègues statisticiens, je suis d’accord avec la décision de rendre non-obligatoire le questionnaire long sur le recensement au Cacanada. Voilà enfin une décision raisonnable des CONservateurs! Mes chers statisticiens, si ça vous tente de chiâler sur quelque chose, critiquez plutôt le peu de place laissée aux statisticiens (et la pseudo-science qui s’ensuit, désirée par l’État et le système capitaliste) par les praticiens des autres disciplines scientifiques.

Cependant, le principal problème depuis le début de ce débat, ce sont les arguments idiots vomis tant par les opposants que par ceux qui approuvent cette décision. Des arguments qui évacuent la question fondamentale suivante:

Êtes-vous en faveur que l’État vous OBLIGE à répondre à un tel questionnaire? OUI ou NON?

Ma réponse est NON! J’ai hâte de lire vos réponses et vos explications. De plus, vous pouvez très bien éructer ici les mêmes arguments que je lis ad nauseam dans la blogosphère et dans les journaux torchons propagandistes depuis le début de ce débat. Cependant, si vous le faites, que vous soyez un opposant ou que vous soyez en faveur de cette décision, attendez-vous à des insultes de ma part!

Ceci dit, je reviendrai peut-être à certains arguments niaiseux une autre fois, ça dépendra de mon humeur et de l’allure que prendront vos commentaires. Finalement, je vous suggère de lire ce billet de Martin Masse dans le Blogue du QL qui aborde de façon plus détaillée la même question fondamentale, en se référant à la législation.

Mes néologismes (ou expressions caricaturales): une explication

“Le cynisme n’est rien d’autre que l’art de voir les choses comme elles sont, plutôt que comme elles devraient l’être” -Oscar Wilde
(trouvé ici)

En réponse à ce billet contre le revenu de citoyenneté publié par Darwin dans Jeanne Émard (ce néologisme devrait aussi être agaçant pour certains, mais je le trouve amusant! 🙂 ), le blogueur Hérétik m’envoie ce commentaire, auquel je vais répondre ici.

Ça fait maintenant presque deux ans que je navigue sur les blogues et que je lis tes (nombreux) commentaires sur les sites que je fréquente. Je peux te poser une question ?

Pourquoi tu utilises autant de néologismes idiots? Quelques exemples :

– État Culbécois
– État Cacanadian
– Médiocrassie
– Bourreaucrates
– Etc. Etc.

Ils sont constamment répétés, voire scandés. Cet artifice rhétorique est profondément agaçant. En outre, je me demande bien qu’est-ce que tu espères en retirer.

Quand j’ai eu l’idée de créer ce blogue, je me suis interrogé sur son orientation et son titre. J’ai d’abord, justement pour intéresser les étatistes, pensé à l’intituler “Le blogue-poubelle séparatiste”, afin de donner un contrepoids aux médias-poubelles drouatistes étatistes fédérâleux (un néologisme pour faire contrepoids à “nationaleux”, que j’utilise moi-même ici et qui est utilisé souvent par Réjean Breton, un intellectuel très crédible et populaire dans les cercles libertariens; de plus, il est difficile de trouver plus râleur qu’un fédérâleux!). Cependant, avec l’évolution de mes idées, je me considérais de plus en plus comme un anarchiste, et j’envisageais de l’intituler “Anarcho-poubelle” ou quelque chose du genre.

Mais par la suite, j’ai constaté la fâcheuse tendance à la violence et à l’irrationnalisme dans le discours des anarchistes (et au post-modernisme, dirait L’Agitateur, avec raison!), voilà pourquoi j’ai intitulé ce blogue “Anarcho-pragmatisme”. Ça peut sembler prétentieux, mais ça me semble assez clair. D’ailleurs, dans mon billet de présentation, je dis ceci:

Je prétends que le moment est venu pour le mouvement anarchiste d’utiliser une approche plus rationnelle et moins émotive afin d’éviter cette-fois-ci les dérives violentes et totalitaires qui ont fait très mal à la crédibilité de l’anarchisme et qui sont à l’origine de la marginalisation actuelle de cette idéologie.

Néanmoins, je tiens à donner tout de même un contrepoids aux médias-poubelles drouatistes étatistes fédérâleux, ET C’EST POUR CETTE RAISON PRÉCISE PRINCIPALE  QUE JE N’AI AUCUNE GÊNE À UTILISER CE STYLE D’ÉCRITURE VITRIOLIQUE. En fait, mon principal problème est que mon blogue est trop intellectuel et pas assez populiste en comparaison avec les médias-poubelles drouatistes étatistes fédérâleux, pas le contraire! Plus encore, il faudrait que ce blogue soit encore plus poubelle et encore plus haineux, à la Andrew Breitbart, un supporteur très populaire de la drouate étatiste chrétienne raciste militaro-terroriste aux États Unis Terroristes (USA).

De plus, je n’ai jamais caché que j’aimais beaucoup jouer avec les mots, et j’admire tous ceux qui savent bien le faire et tous ceux qui ont un sens artistique développé (d’ailleurs, j’aime beaucoup le blogue de MFL qui le fait beaucoup mieux que moi), mais étant donné que le style littéraire ne convient pas à ce que je souhaite dire dans mon blogue et que de toute façon, Anne Archet (comme quoi je ne suis pas le seul) le fait très bien dans ses blogues, j’ai décidé de jouer DANS les mots plutôt qu’AVEC les mots.

Maintenant, considérons les néologismes mentionnés par ce commentateur. Prenons par exemple “État Cacanadian” et “État Culbécois”, j’insère les mots “cul” et “caca” pour souligner mon mépris face à ces États et pour illustrer dans quelle merde sont embourbés les CONtribuables soumis au joug de ces deux États (ce n’est pas pour rien qu’il y a le mot “con” dans CONtribuable). De plus, il est plus pertinent de dire “Cacanadian” que “Cacanadien” parce que même un attardé mental sait fort bien que l’anglais est la seule véritable langue officielle du Cacanada. La seule critique que je pourrais adresser à ces néologismes, c’est que j’insulte de façon abusive le cul et le caca, ce qui est épouvantable! Pardonnez-moi de vous avoir blessé, mes chers culs et mes chers cacas!

Je dis le terme “Médiocrassie” parce que la démocratie est une idéologie crasseuse faisant la promotion de la médiocrité et je dis “Bourreaucrassie”, car la bureaucratie est composée de bourreaux crasseux.

En général, j’utilise les néologismes soit pour m’amuser, soit pour donner le sens véritable au mot considéré. Je les utilise aussi pour souligner mon cynisme face au sens étatiste officiel donné à ces termes. Pensez à l’aphorisme de Wilde que vous avez lu plus tôt…

Un convaincu comme toi devrait chercher – justement – à convaincre les plus modérés (c’est-à-dire presque tout le monde à part toi).

Ici, le terme “modéré” est la façon politiquement correcte de dire “étatiste”. Mais peu importe, je suis beaucoup plus modéré (au sens classique, cette fois-ci) que la plupart des anarchistes et des libertariens dans beaucoup d’aspects, particulièrement dans les questions économiques, la violence (seulement chez les anarchistes), la séparation du Québec et concernant le vote, où je n’hésite pas à recommander de voter pour le Parti Culbécois et le Mal-De-Bloc Culbécois, au risque même de me faire tourner le dos par les anarchistes et les libertariens. Et d’ailleurs, je me considère comme un anarcho-centriste séparatiste. Je suis plus modéré que les gau-gauchistes étatistes, qui n’ont aucune gêne à utiliser la violence pour soi-disant “répartir la richesse” (sic) (on a bien vu ce que ça a donné en URSS avec l’émergence d’une élite d’apparatchiks privilégiés, et maintenant au Culbec) et pour que l’État lave le cerveau des enfants dans les Centres Pénitenciers pour Enfants (CPE) et dans les écoles obligatoires étatiques. Je suis beaucoup plus modéré que les drouatistes étatistes, des militaro-terroristes corpo-fascistes racistes nostalgiques du catho-fascisme de la Grande Noirceur Duplessiste qui veulent toujours plus de répression policière, qui veulent criminaliser à nouveau l’avortement et réintroduire la peine de mort et qui appuient les troupes dans leurs crimes! Alors, ce n’est pas certainement pas moi qui est extrémiste!

D’ailleurs, je vais préciser un truc: les lecteurs qui me respectent le plus, sauf quelques agréables exceptions, sont généralement des étatistes (i.e. des modérés selon le commentateur), plutôt que des anarchistes. Généralement, la plupart des anarchistes du Québec me méprisent profondément en raison de mes tendances individualistes, de mon appui à la séparation du Québec, de ma personnalité différente et parce que ça me fait plaisir de les critiquer.

Or, en employant ces néologismes injurieux, tu obtiens l’effet inverse, en donnant l’impression d’être un sectaire ou un alors un immature (cacanadian, franchement…).

D’abord, en quoi il est immature d’utiliser le terme “Cacanadian”? Non mais sérieusement, le puritanisme de nombreux étatistes m’exaspère! Je trouve beaucoup plus immature de dire “Canadien”, car en le disant, on ment grossièrement en prétendant que le Cacanada n’est pas un État de merde et que les Québécois et le français ont encore leur place dans le Cacanada. En ce qui concerne le sectarisme, je n’ai aucune leçon à recevoir des étatistes, particulièrement de la part d’un étatiste qui était littéralement en adoration, tel une Obamette en chaleur, devant Baraque OSama lors de la dernière campagne présidentielle des États-Unis Terroristes (USA)…

Pas commode pour convaincre du bien fondé de ton idéologie, alors qu’elle est ultra minoritaire.

Ce n’est pas parce qu’une idée est ultra minoritaire qu’elle n’est pas pertinente. Ce n’est pas un exercice médiocratique, bordel! Et de plus, que devrais-je faire à la place, utiliser la violence armée, aller me faire enfermer en prison comme Ghislaine Lanctôt, briser des vitres, manifester comme les idiots au G8-G20 pour me faire arrêter sans justification par les sales beus, me faire organiser par des plateformistes comme à l’UCL, militer dans un parti politique, militer pour le Reform Party et travailler pour Maximum Berné (ben quoi, il s’est fait berner au maximum par Julie Couillard et il est en train d’en berner plusieurs au maximum en devenant le chef du Cacanadian Tea Party: ce n’est pas moi qui a inventé ce néologisme), se faire élire sous la bannière Réactionnaire comme Ron Paul et son fils Rand (sic) ;), militer pour des syndicaleux (merci encore à Réjean Breton) ou militer pour des associations fémi-favoritistes (qui n’ont rien de féministes)? Plusieurs anarchistes et libertariens sont tombés dans ces pièges à cons et n’ont fait que reculer l’idée de l’anarchie, sans même le vouloir!

Ou alors, est-ce que c’est une tentative d’humour ? Ben c’est pas drôle. Juste désagréable à lire.

Ce n’est pas vraiment de l’humour, même si je trouve ça amusant. Tant mieux si certains peuvent en rire, et tant pis sinon. Une simple question de goût…

Et si tu penses que ces néologismes donnent une idée plus juste des organismes ou phénomènes que tu dénonces, tu te trompes. Ils ne font que montrer un mépris dédaigneux dont personne n’est dupe.

J’ai expliqué précédemment comment ces néologismes donnent une idée plus juste, par l’expression du cynisme entre autres, du terme considéré. Par contre, ces néologismes montrent effectivement mon mépris dédaigneux pour ce que je dénonce, ce que je n’ai jamais caché! D’ailleurs, les médias-poubelles drouatistes étatistes fédérâleux utilisent très efficacement le mépris dédaigneux pour propager leur camelote…

Je ne discute même pas du fond de ton idéologie, nous ne serons jamais d’accord, mais au moins, travaille ta forme si tu veux au moins donner l’impression d’être autre choses qu’un Jean-Luc Proulx qui copie-colle les même expressions stupides d’un blogue à l’autre.

En effet, je vais travailler ma forme. Je vais tenter de devenir encore plus vitriolique. J’aimerais bien ressembler à Andrew Breitbart, les idioties idéologiques réactionnaires en moins! En ce qui concerne Jean-Luc Proulx (dont son dernier réglement de comptes contre lutopium fait passer ce présent billet pour une tatape dans le dos à la Jacques “Le Sénateur qui étudie (sic) beaucoup avant d’adhérer aveuglément à la ligne de parti CONservatrice” Demers), le commentateur ne s’intéresse évidemment pas à ce qu’il dit, ne s’intéresse qu’à la forme et ne fait que critiquer la forme lorsqu’il est en panne d’arguments…

Les commentaires et insultes sont les bienvenus. Si vous me trouvez trop méprisant, allez lire Andrew Breitbart, et vous allez me trouver très respectueux par la suite!

Le fémi-favoritisme est sexiste!

En réponse à ce billet de Renart portant sur la sur-qualification, j’ai écrit ce commentaire:

…il y a d’autres facteurs (note: qui expliquent comment les emplois sont attribués par les patroneux) dus à la rareté: les contacts, le népotisme familial, les opinions politiques, la proximité politique, l’ancienneté (monopole syndicaleux dans le secteur public oblige) et le sexe (fémi-favoritisme oblige).

Darwin, du blogue Jeanne Émard, un gau-gauchiste étatiste appuyant ouvertement le parti le plus fémi-favoritiste au Culbec, i.e. Culbec Suicidaire (j’ai décidé de revenir à ce sobriquet en raison de son commentaire), a répondu ceci:

Quant à David, il a raison de souligner l’importance des contacts, à la limite du népotisme, mais pour le reste, je ne m’abaisserai pas à répondre à ses attaques sexistes et anti-syndicales…

Bon, je suis prêt à accepter son accusation d’anti-syndicalisme. Que voulez-vous, en tant qu’anarchiste, il est tout à fait normal que je soie contre la réglementation étatique de la mafia syndicaleuse, surtout quand il s’agit des monopoles syndicaleux dans le secteur public et de leur priorisation de l’ancienneté au dépens de la compétence! Évidemment, plusieurs anarchistes de gauche n’ont encore rien compris à ce sujet. Mais au fond, il s’agit d’un compliment de la part de Darwin et je le remercie.

Par contre, ça prend vraiment du culot de la part d’un zélateur d’une idéologie sexiste comme le fémi-favoritisme pour me traiter de sexiste, surtout que mon discours anti-sexiste est le plus cohérent parmi tous les blogueurs et journaleux que je connaisse au Québec. Ne me traitez pas de prétentieux, c’est tout simplement la réalité.

Mais bon, je vais supposer l’ignorance de Darwin concernant sa propre idéologie fémi-favoritiste et je vais faire comme tout bon professeur, i.e. répéter. Alors, je vais répéter l’extrait suivant de ce billet:

Féminisme: Idéologie prônant, d’un point de vue étatique, l’égalité en droit entre les sexes, dans le but de d’obtenir la vraie égalité à long terme, par elles-mêmes et non pas par une violence étatique accrue. De plus, le féminisme doit s’accompagner d’une remise en question, mais non pas une répression étatique, des institutions et des attitudes patriarcales: religion, famille nucléaire, monogamie, possessivité amoureuse, fidélité obligée, romantisme, galanterie, couple, mariage, union de fait, capitalisme (au sens classique étatiste), militarisme, répression policière, salariat, carriérisme, corporation, code vestimentaire, mode (même si ce sont surtout les femmes qui y ont recours, mais pour plaire aux hommes), étiquette, répression sexuelle, politique (au sens étatiste), etc..

Fémi-favoritisme: Idéologie étatiste prônant la supériorité de la femme sur l’homme, en se servant hypocritement du concept d’égalité substantive pour justifier le recours à une violence étatique accrue et à la discrimination positive en faveur des femmes dans les politiques étatistes. Contrairement au féminisme, le fémi-favoritisme se complaît dans beaucoup d’institutions et d’attitudes patriarcales pourtant remises en questions par le féminisme, mais en voulant ne garder que les avantages et non pas les inconvénients de ces attitudes et institutions patriarcales passéistes.

Masculinisme (ou maqueuelinisme): Synonyme au masculin de fémi-favoritisme (mais à un degré encore pire que chez les fémi-favoritistes). Réaction hystérique et violente contre le fémi-favoritisme. Terme hypocrite pour désigner une version légèrement adoucie du machisme pré-Révolution Tranquille (sans le retrait du droit de vote des femmes et celui du retrait du droit au travail des femmes et sans quelques autres peccadilles mais pas tellement plus). Cette idéologie étatiste prône un retour au patriarcat et aux valeurs traditionnelles familiales de l’ère pré-Révolution Tranquille par la violence étatique, mais avec moins d’insistance sur la répression catho-fasciste, sauf chez les machistes de Égards. Cette version contemporaine du machisme est particulièrement pernicieuse quand il ne différencie pas le féminisme (une idéologie légitime) du fémi-favoritisme (une idéologie criminelle), quand il blâme les femmes pour les suicides des hommes (ridicule) et quand il banalise la violence conjugale masculine.

Je suis féministe, je trouve le féminisme encore plus pertinent que jamais, encore plus au niveau international, et j’aime beaucoup les femmes (parfois trop) mais accroître la violence étatique n’est pas la bonne solution pour en arriver à l’égalité entre les sexes. Le véritable féminisme se situe dans l’anarcha-féminisme (quoique malheureusement, ces anarchistes de gauche ont la fâcheuse tendance à être trop complaisants envers le fémi-favoritisme) et il doit se faire dans une optique de réduction de la violence étatique pour s’effectuer correctement et en arriver à la véritable égalité des sexes, pas le contraire tel que proposé par les fémi-favoritistes étatistes!

Donc, en tant que féministe, ce n’est pas moi qui est sexiste, mais bien Darwin le fémi-favoritiste. L’idéologie fémi-favoritiste est sexiste au même titre que le maqueuelinisme. Pourtant, Darwin devrait “évoluer” au lieu d’appuyer le pendant féminin du maqueuelinisme, lequel provient entre autres du créationnisme… 😉

Peut-être que je n’aurais pas dû m’abaisser à répondre à ce sexiste, mais ça me tentait!

Macédoine de début de vacances de la corruption, euh…construction

D’abord, au grand dam de mes collègues statisticiens, je suis d’accord avec la décision de rendre non-obligatoire le questionnaire long sur le recensement au Cacanada. Voilà enfin une décision raisonnable des CONservateurs! Mes chers statisticiens, si ça vous tente de chiâler sur quelque chose, critiquez plutôt le peu de place laissée aux statisticiens (et la pseudo-science qui s’ensuit, désirée par l’État et le système capitaliste) par les praticiens des autres disciplines scientifiques.

Concernant la sur-qualification et la sur-diplomation

Merci à Renart d’avoir décidé de poursuivre dans son blogue la discussion concernant la sur-qualification et la sur-diplomation, amorcée dans ce billet (mais aussi amorcée dans le Blogue du QL et chez Noisette). Je ne croyais pas que mon billet l’avait tant marqué! 🙂 Je vous suggère aussi de lire ce billet de Pierre J.C. Allard dans Nouvelle Société. Bien que je ne soie pas tellement en accord avec son analyse, ce billet a au moins l’avantage d’aborder cette problématique sans les mensonges, les préjugés et les double-discours habituels propres à cette problématique.

Communisme et capitalisme, une mise au point sémantique

Afin de mieux vous faire comprendre dans quel sens j’utilise les termes “capitalisme” et “communisme”, voici deux extraits de ce billet:

Les termes socialisme, capitalisme et communisme sont utilisés dans leur sens étatiste, pervertie (surtout dans le cas du communisme, dont la version théorique originale n’a jamais existé en pratique) et courante.

Ce qui veut dire que quand je dis “communisme”, c’est dans un sens étatiste qui n’a que très peu à avoir avec l’anarcho-communisme, i.e. le vrai communisme (je n’ai pas de graves problèmes avec ça, au fond, malgré quelques désaccords du point de vue économique) dans sa version théorique originale.

Le capitalisme, comme la quasi-totalité des gens le comprennent, est ce système économique étatiste que nous subissons actuellement dans la majeure partie du monde occidental, un système où il y a une synergie entre la classe dirigeante et les riches et puissantes entités corporatistes au sein d’une société, qui se prêtent assistance mutuelle les uns des autres autant qu’ils le peuvent, au détriment de la population en général.

En tant qu’anarchistes et en tant que libertariens non-vulgaires, nous sommes censés de nous opposer au capitalisme pour de nombreuses raisons, la plus importante de celles-ci étant que nous nous opposons à l’État dans son ensemble (sauf pour les minarchistes). Le capitalisme, comme le socialisme et le communisme, peuvent être décrits comme une forme de relation entre l’État et les entreprises. Dans le capitalisme, l’État est l’allié des corporations, dans le socialisme, l’État est l’antagoniste des corporations, et dans le communisme, l’État prend en charge toutes les corporations et, par conséquent, assume pleinement le pouvoir des entreprises (ce qui conduit à la conclusion contre-intuitive que le communisme est l’expression la plus complète du capitalisme!).

Sondage sur le capitalisme

Il semble qu’il y ait 11 farceurs sarcastiques qui prétendent que le capitalisme est parfait jusqu’à présent. Imaginez ce que ce serait dans la réalité dans les blogues non-anarchistes! Misère… 😦 Vous pouvez continuer à répondre à ce sondage. Suite à cette facétie marrante et pertinente de la part d’Anne Archet, j’ai remplacé “liquidé” par “aboli”, ce qui me semble plus juste.

Votre opinion sur le capitalisme?

J’ai été fort surpris quand je me suis aperçu qu’il y avait supposément 10 lecteurs sur 27 de L’Agitateur qui prétendent que le capitalisme est parfait. Je vous suggère donc de répondre au “sondage” (sic) qui suit. Évidemment, c’est juste pour s’amuser, puisque ce n’est pas un sondage scientifique mais j’aimerais surtout lire vos explications si jamais vous prétendez que le capitalisme est parfait. Personnellement, ma réponse est la dernière.