Monthly Archives: August, 2011

Célébrons la mort de Jack Layton, le plus sympathique étatiste fédéraliste au Canada!

Bien que j’aurai préféré que sa mort soit un canular et que la mort de Jean Charest soit réelle en échange, y a de quoi fêter ça!

Merci encore à Voix de faits pour cette image.

Mais ne célébrons pas trop, car je ne suis pas le seul…

Cruelle, la médiocrassie pseudo-représentative, n’est-ce pas?

Advertisements

Michel Leblanc et sa lubie de la "pénurie" (sic) de cerveaux au Québec

Merci à T. pour le tuyau.

J’ai lu cet article provenant de la Presse à Desmardais. En voici un extrait:

Alors que Québec veut accueillir moins d’immigrants, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) propose exactement le contraire.

«On suggère d’en accueillir environ 65 000 par année», a affirmé son président, Michel Leblanc, ce matin lors des consultations sur le plan d’immigration de 2012-2015 (mémoire disponible ici).

L’année dernière, Québec en avait accueilli 54 000. Le même nombre est prévu pour cette année. Mais la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Kathleen Weil, veut «diminuer légèrement» la cible, à 50 000, pour les trois prochaines années.

Cela envoie «un signal de frilosité» sur le marché de l’immigration internationale, déplore M. Leblanc.

Jusqu’ici, ce n’est pas si mal, même si je trouve ça stupide de fixer des quotas d’immigration. Mais voici la phrase suivante:

Selon lui, Québec devrait au contraire essayer d’attirer plus de cerveaux.

PARDON! EST-IL CINGLÉ OU QUOI, SACRAMENT? ÇA PARAIT QUE MÔSSIEU LEGLAND NE SAIT PAS TROP CE QUI SE PASSE DANS LE MARCHÉ DU TRAVAIL AU CULBEC OÙ IL Y A TROP DE CERVEAUX POUR LA PÉNURIE D’EMPLOIS OFFERTS PAR SA PROPRE GANG! QUELLE BANDE DE BOURGEOIS DÉCONNECTÉS DE LA RÉALITÉ QUE CELLE DU LOBBY DES CROSSEURS CAPITALEUX DE MONTREAL!

Je suis un fervent zélateur de la diversité culturelle (et non pas du multicul étatiste troudeauiste de privilèges) et de l’accueil des immigrants, mais de là à faire des campagnes de marketing pour attirer des cerveaux étrangers au Culbec soi-disant parce qu’il “manque” (sic) de cerveaux ici, c’est totalement ridicule, d’autant plus que cette même racaille de crosseurs capitaleux dont fait partie Môssieu Legland souhaite ardemment faire augmenter les frais de scolarité universitaires justement parce qu’il y a trop de cerveaux formés ici. Qu’ils se branchent tabarnac! C’est quoi l’affaire, il faut remplacer les cerveaux  pauvres financièrement et formés ici par des cerveaux bourgeois étrangers?

Des valeurs anarchistes essentielles?

J’ai reçu dernièrement ce commentaire fort intéressant de la part d’un certain Françoys Larue Langlois. Ma réponse sera échelonnée sur deux billets. Celui-ci constituera ma réplique à cet extrait suivant:

Aussi bien, chacun doit-il pouvoir choisir librement ses luttes. Et sans vouloir vous jeter vos propres mots à la figure, force m’est d’affirmer qu’à mon humble avis, il ne devrait pas exister, au sein de l’anarchisme, d’ « attitude essentielle » à laquelle on soit susceptible de « contrevenir ». Sinon, il me semble que l’on en serait bientôt au même point que la NEFAC avec sa « Constitution » et ses « Buts et principes » rigoristes (quoique parfois assez judicieux, ainsi qu’on peut l’admettre sans souscrire à la totalité).

Ce commentateur fait référence à mes six attitudes anarcho-pragmatistes essentielles. Je n’ai jamais eu l’intention d’en faire un programme anarchiste rigoriste auquel il faut suivre tous les principes avec exactitude. J’estimais simplement qu’il fallait suivre ces attitudes si on souhaitait avoir une conception de l’anarchisme semblable à celle de ce présent blogueur médiocre. 😉

Néanmoins, il me semble très clair que quatre de ces six attitudes sont réellement essentielles chez les anarchistes. Les voici:

Attitude 1- Individuellement parlant, assumer ses choix et cesser de rejeter la responsabilité de ses actions sur les autres.

Attitude 2- En contrepartie, du point de vue du regard critique sur la société, reconnaître que la chance peut jouer un rôle dans la réussite ou l’échec d’un individu et accepter de vivre avec cette injustice.

Attitude 5- Être tolérant et accepter la diversité

Attitude 6- Je ne suis vraiment libre que si tous les hommes sont libres

Quand je dis “accepter de vivre avec cette injustice”, j’utilise un point de vue individuel au quotidien. Je ne dis pas qu’il ne faille pas la dénoncer ni la combattre, je dis seulement qu’il s’agit d’une bonne chose de l’accepter comme un point négatif de notre vie, inhérent à ce contexte capitalo-étatiste actuel, et qu’il ne faut pas agir comme les étatistes: utiliser l’agression violente pour régler les prétendues injustices et crises invivables dont la résolution est une urgence nationale. Pour le reste, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de vous expliquer pourquoi ce sont des attitudes essentielles chez les anarchistes.

Par contre, les deux autres attitudes ne sont pas des attitudes anarchistes essentielles, mais force est de constater que ceux qui violent le plus ces attitudes ne sont certainement pas des anarchistes, et c’est surtout pour cette raison précise que je les ai inclues dans mes six attitudes essentielles.

L’attitude 3 est la suivante:

Voir l’aventure humaine avec optimisme

Un anarchiste peut très bien ne pas être une personne optimiste. Même si j’estime que ce négativisme est contre-productif, le fait de voir l’aventure humaine avec pessimisme n’est certainement pas un sentiment invalide pour un anarchiste. Par contre, même le plus pessimiste des nihilistes n’est pas moins optimiste que l’étatiste moyen qui prône le recours quasi-systématique à l’agression violente pour régler les problèmes, y compris ceux qui n’existent pas ou même ceux qui sont inventés de toutes pièces. Voici un extrait de mon explication concernant cette attitude, où je dénonce l’état de crise permanent engendré par les étatistes:

Y en a marre de l’état de crise permanent et pessimiste des étatistes: guerre au terrorisme, guerre aux drogues, refroidissement et réchauffement catastrophique de la planète, hypersexualisation des jeunes filles, pic pétrolier, dénatalité, vieillissement de la population, gras trans, pandémie d’obésité, insécurité routière, algues bleues, bagarres au hockey, OGM, bogue de l’an 2000. Il faut comprendre que l’état de crise permanent sert les intérêts de l’État et que c’est normal qu’il en soit ainsi.

Bref, l’optimisme n’est peut-être pas une attitude anarchiste essentielle, mais le pessimisme est certainement une attitude essentielle pour un étatiste!

Voici maintenant l’attitude 4:

Viser une amélioration constante à long terme plutôt qu’une perfection statique à court terme

Bien sûr, j’ai visé directement mes collègues anarchistes par cette attitude. En effet, à mon humble avis, il y a trop d’anarchistes qui sont pressés d’accomplir une révolution drastique, sans tenir compte du fait que la grande majorité des gens ne sont pas assez éduqués pour les appuyer, ce qui rend complètement suicidaire cette tentative de révolution. Par contre, les étatistes sont nettement pires que ces anarchistes concernant la volonté d’une perfection statique à court terme, ce qui explique en partie leur apologie du recours quasi-systématique à l’agression violente pour y arriver.

Certains pourraient me considèrer comme un “gradualiste” en raison de cette attitude ou comme un “réformiste” en raison de mon appui à la séparation du Québec. Pourtant, je ne suis pas un gradualiste au sens médiocratique ou politique du terme: en fait, je ne fonde aucun espoir sur des moyens médiocratiques ou politiques pour accomplir une révolution, sauf l’espoir de se libérer du joug néo-colonial cacanadian pour nous faciliter la tâche dans ce cheminement vers la révolution. En fait, le seul gradualisme que je préconise est celui de l’éducation des gens à l’illégitimité du principe d’autorité.

Aussi, je ne suis pas un réformiste parce que j’estime que les institutions capitalo-étatiques n’ont aucun intérêt à favoriser l’émergence d’une révolution anarchiste. Je ne milite pas pour un parti politique, je ne fais partie d’aucune organisation anarchiste ou militante, je ne milite pas dans un syndicat (même si je suis un travailleur syndiqué à temps partiel présentement), je ne milite pas pour une association étudiante, je ne manifeste pratiquement jamais (je n’ai manifesté qu’une seule fois dans ma vie, contre la guerre en Irak, et je regrette d’y avoir perdu mon temps) parce qu’il s’agit d’une pétition en faveur de l’ordre établi, je suis contre la procréation et la parentalité parce que ces concepts favorisent l’émergence d’une répression étatique encore plus accrue, je suis contre le mariage et le couple monogame à fidélité obligée parce que ce sont des institutions patriarcales auxquelles les anarchistes et les féministes doivent s’y dissocier, etc.

Ainsi, quand je me compare à plusieurs anarchistes libertaires qui appuient plusieurs des revendications bourgeoises et liberticides des élites syndicaleuses pro-bourreaucrassie et pro-ancienneté du secteur public, qui protestent contre la hausse shylockienne des frais de scolarité (je les appuie sur ce point précis) sans remettre en question le monopole d’État en éducation et qui s’acoquinent avec des fémi-favoritistes, et que je me compare à  plusieurs anarcho-capitalistes et libertariens minarchistes qui vantent les mérites du profit,  qui vantent les mérites du fédéralisme cacanadian et qui sont “indifférents” face à la répression policière des manifestants, je me dis que mon appui à la séparation du Québec est d’un réformisme et d’un gradualisme foutrement insignifiants en comparaison avec leurs positions. En fait, je suis probablement au deuxième rang parmi les anarchistes les moins réformistes et les moins gradualistes au Québec…derrière Anne Archet, bien sûr!

Je répondrai à l’autre partie du commentaire de Françoys Larue Langlois lors d’un prochain billet.

Massacre en Norvège: le Mouton Marron pourfend la droite!

Un obscur jeune historien sans avenir 😉 a écrit ce succulent billet critiquant avec véhémence la réaction de la drouate à la suite du massacre terroriste pro-sioniste islamophobe en Norvège. Pour vous donner l’eau à la bouche, je vous présente les 4 derniers paragraphes:

La droite conservatrice, chrétienne, nationaliste/réactionnaire défend plus âprement son radicalisme qu’elle condamne les crimes de Breivik. Égarée dans son trip paranoïaque, elle s’imagine que les gauchistes se mettront bientôt à les poursuivre, à les arrêter dans leur salon comme de vulgaires militant-e-s de l’ASSÉ.

Mais de tout temps, elle a fait exactement ce qu’elle reproche à la gauche depuis quelques jours: elle a fait des amalgames douteux, a accusé la gauche de faire la promotion de la violence, a encouragé la répression sauvage, a associé des gens qui n’ont aucun lien entre eux.

Je remets d’ailleurs en question ce genre d’accusation faites à la gauche. Quand les dénonciations fusent, elles visent surtout la droite radicale, genre le FN et les mouvements anti-immigration racistes. La droite fiscale/modérée/conservatrice se sent visée? C’est sans doute par effet miroir. Elle croit que le public réagit face aux extrémistes de leur mouvement de la même manière qu’elle-même réagit devant une vitrine pétée par le Black Block.

La droite goûte à sa propre médecine. En temps normal, ça me ferait marrer, mais de les voir brailler sur leur propre sort devant l’horreur de cette tuerie, ça me fait plutôt vomir.