Category Archives: Campagne électorale fédérale 2008

Un non-appui syndicaleux bienfaiteur

Étant donné que le PCul n’est pas assez étatiste, une des principales organisations mafieuses de la racaille syndicaleuse du Culbec, la FTCul, n’appuiera pas le PCul lors de cette campagne électorale.

Ainsi, on va moins entendre parler du fameux “les maudits péquOUIstes couchent avec les syndicaleux”. Bonne affaire!

De plus, nous savons très bien que la racaille patroneuse, celle qui exploite les travailleurs jour après jour, va largement appuyer la charogne soi-disant libérale. LES PATRONEUX D’ABORD, OUI!

L'objectif principal est atteint…mais pas d'une manière très éclatante pour les séparatistes!

L’objectif principal est atteint!

Personnellement, je suis relativement satisfait des résultats de ces élections fédérales. L’objectif principal est atteint: un gouvernement conservateur minoritaire en raison d’un appui suffisamment fort pour le Bloc au Québec qui a empêché les conservateurs d’obtenir une majorité de sièges au Canada. Voilà ce que je souhaitais le plus au début de cette campagne électorale et qui constitue le moins pire des scénarios.

De plus, si on se place dans un point de vue strictement étatiste, l’élection de 50 députés du Bloc confirme une fois de plus la pertinence du Bloc à Ottawa, malgré les délires de plusieurs attardés mentaux fédéraleux et même de plusieurs séparatistes frustrés qui remettaient en question la légitimité et l’utilité du Bloc, comme si les partis fédéralistes pouvaient être une bonne chose et étaient plus légitimes et utiles!

Il s’agit tout de même d’un résultat remarquable pour le Bloc considérant les faibles attentes au début de la campagne. Rappelez-vous de ce qu’on disait au début: le Bloc est en crise, le Bloc n’est pas pertinent, Duceppe doit quitter, les Conservateurs vont faire comme l’ADQ au dernières élections provinciales, le Québec va aider les Conservateurs à être majoritaires, etc. Alors, ce résultat est bien moins pire que ce que la plupart des observateurs politiques, incluant votre humble serviteur, avaient prévu au début de la campagne électorale.

Aussi, les défaites de Michaël “je fais semblant de ne pas savoir que le Bloc ne coûte pas plus cher qu’un autre parti” Fortier dans Vaudreuil-Soulanges et de Luc “l’imbécile de Louis-Hébert” Harvey (qui envoyait même des messages téléphoniques pré-enregistrés aux gens afin de brailler contre l’insulte de Duceppe le fils à papa et qui poursuit le bloquiste fils à papa Pascal-Pierre Paillé pour diffamation alors qu’il approuvait la diffamation de Arthur et de Fillion) me font particulièrement plaisir! Eh oui, le seul gain bloquiste (i.e. défaire un député sortant non-bloquiste) a été réussi à Québec! 😉 Alors qu’à Montréal, Justin Troudeau le fils à papa de la charogne soi-disant libérale a enregistré un gain contre la bloquiste fémi-favoritiste Vivian Barbotte dans le comté de Papineau.

Pas très éclatant pour le mouvement séparatiste

Cependant, le résultat du Bloc, en termes de suffrages exprimés, n’est pas très éclatant. Avec 38.1% du vote, il s’agit du 2e pire résultat de l’histoire du Bloc (37.9% en 1997). Il n’y a pas de quoi pavoiser chez les séparatistes! Par contre, il est difficile de mobiliser les séparatistes quand la séparation du Québec n’est pas à l’ordre du jour, ce qui explique en bonne partie le taux d’abstention de 38.9%. Au fait, voici ce qui ressemble plus aux vrais résultats de l’élection au Québec (attention, on ne tient pas compte des bulletins rejetés et des inscriptions le jour du vote, ce qui serait encore pire).

Parti Abstentionniste: 38.9%
Bloc: 23.3% (alors que ça prend au moins 50% + 1 pour se séparer!!!! 😦 )
PLC: 14.5%
PCC: 13.3%
NPD: 7.5%
Verts: 2.1%
Autres: 0.4%

Balayage sans équivoque du Parti Abstentionniste! Ce sont les autres anarchistes qui vont être contents! Malheureusement, ils ne comprennent pas que la séparation du Québec est avantageuse pour les anarchistes.

Par contre, on peut voir les choses autrement, ce 38.9% qui ne s’intéresse pas aux partis politiques est en partie une clientèle intéressante qui pourrait s’intéresser à l’anarchisme. De plus, cet abstentionnisme croissant illustre la nécessité pour le PQ et le Bloc de ne plus évacuer la séparation du Québec de leur discours, et de réorienter l’argumentaire pro-séparatiste en centrant le discours par rapport à l’axe gauche-droite et en désétatisant progressivement le discours pour que le “Vive le Québec Libre” soit autre chose qu’un slogan éculé vide de sens.

Les séparatistes doivent cesser de conditionner la séparation du Québec sur un élitisme étatiste syndicaleux de centre-gau-gauche fémi-favoritiste. Bref, il faut présenter la séparation du Québec comme une meilleure avenue pour accroître nos libertés et réduire la taille de l’État que le fédéralisme étatiste canadian, et non pas présenter la séparation du Québec sous l’angle d’un étatisme socialiste répressif, une perception largement répandue chez ceux qui hésitent à appuyer la séparation du Québec, en particulier chez les sympatisants étatistes adéquisto-conservateurs, les anarchistes, les libertariens et les abstentionnistes.

Réconcillier les deux solitudes: êtes-vous tombés sur la tête?

Voici la répartition des sièges au Québec:

Bloc: 50
PLC: 13
PCC: 10
Arthur: 1
NPD: 1

Celle dans le Rest of Canada (ROC):

PCC: 133 (une majorité claire: dans les provinces maritimes, il y a autant de conservateurs qu’au Québec (10) et même le comté de Nunavut est conservateur)
PLC: 63
NPD: 36 (moins que le Bloc au Québec!)
Ind: 1

Celle du ROC en dehors des provinces maritimes:

PCC: 123 (majorité encore plus claire!)
PLC: 46 (moins que le Bloc au Québec!)
NPD: 32 (moins que le Bloc au Québec!)

Comment peut-on encore croire que les Québécois ont intérêt à rester dans le Canada? Si le ROC souhaite encore plus de militaro-terrorisme, plus de répression policière, moins de libertés civiles et plus de mépris envers les artistes, qu’on les laisse dans leur marde et que le Québec se sépare au plus crisse!

N'oubliez pas de voter pour le Bloc aujourd'hui!

Comme Gilles Duceppe le disait hier:

Ce sont les Québécois qui, en résistant, en votant massivement pour le Bloc Québécois, peuvent empêcher Stephen Harper d’obtenir une majorité à travers le Canada.

De plus, j’en appelle à la logique des séparatistes. Voici la question du référendum sur l’indépendance du Québec en 1995:

Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le cadre du projet de loi sur l’avenir du Québec et de l’entente signée le 12 juin 1995?

Si vous répondez OUI à ce qui est en caractères gras, vous êtes un séparatiste et il est dans votre intérêt de voter pour le Bloc aujourd’hui, pas pour Harper (Conservateur) qui augmente les dépenses militaires sans votre consentement pour agresser un pays étranger, ni pour Dion (Libéral) qui vous faire croire que la question référendaire de 1995 n’était pas claire, ni pour Layton (NPD) qui est le chef du parti le plus fédéraliste et le plus centralisteur, ni pour les Verts, dont la cheffe Elizabeth May a proposé de toute façon un vote stratégique pour contrer Harper.

Il ne faut pas seulement contrer les Conservateurs mais aussi contrer les Libéraux, surtout sur l’Île de Montréal (et aussi dans les comtés de Brossard et de Brome-Missisquoi). Mes chers séparatistes, votez pour le Bloc, parce que c’est dans votre intérêt!

Alea jacta est…

Multiplillet de fin de campagne électorale

Les Conservateurs sont des spécialistes dans les insultes et dans le criage de noms!

Revenons à l’affaire Luc Harvey telle qu’exposée dans le billet précédent. D’accord, Duceppe a fait sa pire gaffe de cette campagne électorale en traitant Harvey d’imbécile hier mais pourtant, les Conservateurs sont des spécialistes dans le criage de noms et dans les insultes. Pas seulement au Québec, mais aussi en France, où Sarkonazi 1er a gagné ses élections en insultant des manifestants et en méprisant des jeunes immigrants et Jean-Marie Le Pen qui a fini 2e aux présidentielles de 2002 en adoptant un discours xénophobe. En Autriche, il y a eu aussi Jörg Haider (mort samedi) qui a eu beaucoup de succès en adoptant un discours xénophobe.

Au Québec, il faut aussi noter le cas de deux politiciens pro-conservateurs, tous deux supportés par les radios-poubelles de Québec, par Jeff Fillion et par André Arthur, tout comme ceux-ci supportent le Parti Conservateur et sont très forts dans les insultes et le criage de noms, surtout envers des méchants séparatistes comme Duceppe, les pauvres, les étudiants, les intellectuels et les artistes.

D’abord, il y a Mario Dumont, le chef pro-conservateur de l’ADQ, qui s’est servi avec succès d’une approche xénophobe dans l’affaire des accomodements déraisonnables et qui a réussi à obtenir le statut d’Oppostion officielle à Québec.

Il y a aussi le minable Régis Labeaume (un ex-péquiste), Démago-Maire de Québec et organisateur virtuel en chef de la campagne conservatrice à Québec, dont sa popularité a été moussée par des insultes envers ses policiers, ses pompiers et ses cols bleus, par son apologie du militarisme criminel en traitant un manifestant pacifiste de “minable” et par des remises de médailles pour les terroristes-soldats qui commettent des meurtres en Afghanistan.

En plus, en tant qu’organisteur conservateur, Labeaume s’est même permis d’insulter l’insignifiante mais baisable Josée Verner, pour remettre en selle sa campagne conservatrice, et ça a fonctionné!

Du côté des Conservateurs, dois-je vous rappeler les nombreuses insultes proférées contre les artistes par les Conservateurs durant cette campagne? De plus, l’amateur de radio André Arthur, qui se sert très souvent des insultes et du criage de noms pour stimuler ses cotes d’écoute, est actuellement le député conservateur sortant (même s’il fait semblant d’être un indépendant) dans Portneuf!

Je vous rappelle que les Conservateurs ont appuyé sans réserve le discours haineux de Jeff Fillion malgré les nombreuses poursuites pour diffamation qu’il a perdues, et celui de André Arthur dans l’affaire Haine FM, se faisant ainsi beaucoup de capital politique.

Votez du bord du pouvoir: chantage étatiste émotif duplessiste!

Durant cette campagne électorale, les Conservateurs ont souvent utilisé la bonne vieille tactique duplessiste du “Votez du bon bord, sinon vous n’aurez pas vos nananes!” pour dénigrer le Bloc. Remarquez bien la mentalité étatiste derrière cette tactique. Refusez de vous soumettre à ce chantage ridicule et punissez les Conservateurs pour cette tactique douteuse en votant pour le Bloc!

Ce qu’un gouvernement majoritaire conservateur pourrait signifier:

1) La criminalisation, à tout le moins partielle, de l’avortement. Pensez à la loi C-484: ça irait encore plus loin!

2) Une augmentation de la répression policière, en particulier contre les crimes imaginaires sans victime, par compassion envers le peuple!

3) Une plus longue durée de l’implication du Canada dans l’invasion de l’Afghanistan, contre la majorité des Québécois, avec une augmentation supplémentaire des dépenses militaires qui s’ensuit, encore plus inacceptable en période de crise financière

4) Une augmentation encore plus grande des dépenses fédérales, déjà supérieure à ce que les libéraux ont fait de 1993 à 2006.

5) Une plus forte influence de la droite étatiste au Québec, i.e. l’argent pour les programmes sociaux sera détourné à des fins encore plus liberticides qu’actuellement.

Voilà des raisons suffisantes pour voter pour le Bloc, afin d’éviter qu’une majorité conservatrice se produise!

Votez stratégiquement!

Les séparatistes, tous ceux qui n’aiment pas les Conservateurs, les libertariens et les anarchistes devraient tous voter pour le Bloc, car tous n’ont pas intérêt à ce que les Conservateurs deviennent majoritaires. Déjà, la cheffe des Verts, Elizabeth May, en a appelé au vote stratégique pour contrer les Conservateurs. J’espère que presque tous les Verts vont voter pour le Bloc au Québec. Les partisans du NPD et du PLC devraient faire la même chose au Québec et voter pour le Bloc.

Pour les séparatistes, le NPD, le PLC et les Verts sont des merdes fédéraleuses et ne sont pas certainement pas des solutions pour contrer les Conservateurs. Il faut que les séparatistes rentrent tous au bercail, qu’ils sortent pour voter et qu’ils votent pour le seul parti séparatiste au fédéral, i.e. le Bloc Québécois!

Les Conservateurs ne veulent pas réduire la taille de l’État

Plusieurs personnes désirent voter pour les Conservateurs parce qu’ils croient, à tort, que ceux-ci veulent réduire significativement la taille de l’État Canadian. Ces deux billets, que je vais citer intégralement, font la démonstration éloquente du contraire. D’abord, il y a celui-ci, écrit par Martin Masse, et publié le 12 septembre dans le Blogue du QL:

Les conservateurs veulent moins d’État? L’illusion et la réalité

Dans La Presse de ce matin, le chroniqueur Vincent Marissal écrit:

(…) ce que M. Harper a exposé hier, c’est sa philosophie profonde: moins de taxes, moins d’État, plus d’argent dans les poches des contribuables, moins de programmes fédéraux et moins d’interventions du gouvernement.

(…) Stéphane Dion dévoilera d’ici 10 jours un programme typiquement libéral avec de nouveaux programmes sociaux, des sous pour la culture, pour les chômeurs, pour les régions et il bonifiera encore ces prochains jours son Tournant vert. M. Harper, de son côté, nous a posément expliqué hier que moins l’État interviendra, mieux le pays se portera. Économiquement et politiquement.

Nous sommes ici devant un classique débat gauche-droite.

Si seulement c’était vrai…! La réalité est beaucoup plus prosaïque.

Les conservateurs ont été au pouvoir pendant un peu plus que deux ans et demi et ont déposé trois budgets. Ils ont effectivement profité des surplus considérables légués par le précédent gouvernement libéral pour réduire la TPS de deux points et l’impôt sur les corporations de 22 à 15% (en 2012). Et à part ça? Pas grand-chose à noter sur le plan d’un retrait de l’État, outre l’importante déréglementation de l’industrie des télécommunications enclenchée par Maxime Bernier, qui continue d’ailleurs jusqu’à ce jour d’avoir des répercussions (cette décision récente du CRTC découle en effet des instructions en matière de politique données il y a deux ans par le ministre, qui obligent l’organisme à se fier le plus possible au libre jeu du marché pour atteindre les objectifs de la loi).

Comme le rappelle toutefois ce matin le directeur de la Canadian Taxpayers Federation, John Williamson, le ministre des Finances Jim Flaherty n’a pas utilisé les surplus uniquement pour réduire le fardeau fiscal. Il s’en est aussi servi pour procéder à une orgie de dépenses:

Voters were initially assured a Conservative government would be fiscally responsible. The Tories have instead been reckless, embarking on a spending binge that hamstrings their ability to lower personal income taxes and reduce debt in the future. They have even managed to best Liberal Paul Martin’s spending levels.

While in office, Mr. Martin grew Ottawa by 14% over two years. The first two Conservative budgets increased the size of the federal government by 14.8%. This makes the Conservatives even bigger spenders. While the 2008 budget promised to moderate spending growth to 3.4% this fiscal year, it seems bribing voters with their own money remains a higher calling. The department of finance reported last month that expenditure receipts swelled an eye-popping 8.4% in the first three months of the year. This is two-and-a-half times the 2008 budget plan.

Although they continue to claim they will hit their 3.4% expenditure target, the Conservatives have proven throughout their term in office that they cannot control spending. Consider the government’s first budget: It called for Ottawa’s expenditures to grow by 5.4% in fiscal 2006-07. At the end of that year, government receipts had jumped by 7.5%. The 2007 budget plan announced an additional 5.6% spending hike. The real amount in 2007-08 was a 6.9% increase. So much for responsible budgeting.

Vous ne verrez évidemment ces chiffres nulle part, sauf dans la page opinion du Financial Post éditée par notre ami Terence Corcoran. À gauche en effet, il serait un peu embarrassant de reconnaître que les conservateurs sont aussi entichés des dépenses étatiques que n’importe quel gouvernement «progressiste», plus en fait que les gouvernements libéraux de Chrétien et Martin. On préfère répéter les idioties habituelles sur le démantèlement présumé de l’État.

À droite (et chez certains libertariens qui fréquentent ce site), on se ferme aussi les yeux pour maintenir l’illusion. On se dit que ce gouvernement a tout de même annoncé des coupures courageuses des subventions aux parasites culturels (qui découlent en fait d’une révision automatique des programmes faite par les bureaucrates; le gouvernement se vante d’ailleurs de dépenser plus aujourd’hui pour la culture qu’il y a deux ans). Que s’il reçoit des électeurs un mandat majoritaire, il aura enfin les mains libres pour vraiment faire le ménage.

Ah oui, comme cet autre étatiste de droite, George W. Bush, qui, nous le rappelle John Williamson, a augmenté les dépenses à un rythme annuel de 8,4% depuis le début de la décennie, ce qui bat tous les records. Et, ajouterais-je, qui procède en ce moment au plus gigantesque renflouement étatique d’un secteur économique dans l’histoire du monde en prenant le contrôle total des entreprises semi-privées qui subventionnaient l’achat de propriétés, Freddie Mac et Fannie Mae.

Tiens, drôle de coïncidence: des augmentations de dépenses de 8,4% sous Bush depuis huit ans; une augmentation de 8,4% des dépenses sous Harper durant les trois premiers mois de l’année. C’est Gilles Duceppe qui a raison: Harper n’est qu’un clone de Bush! Ce sont tous les deux des «big government conservatives» qui disent une chose et font le contraire, qui achètent des votes à la pelletée avec l’argent des contribuables, et qui sont plus intéressés à consolider leur pouvoir qu’à mettre en pratique les principes auxquels ils disent croire.

Il y a peut-être une logique à vouloir appuyer le moins pire des candidats pour faire avancer nos idées à petits pas, et dans bien des cas les promesses des conservateurs semblent mieux y correspondre que celles des autres partis. Mais il faudrait tout de même s’assurer de faire la distinction entre le discours et la réalité. Question de ne pas être trop déçu et d’avoir l’air stupide lorsque cette dernière nous rattrape.

Mais tant qu’à moi, le moins pire des partis est le Bloc, qui est le seul qui veut se débarasser de l’influence néfaste de l’État Canadian au Québec!

Et il y a aussi ce billet de Nicolas dans Voix de Faits:

Étatisme: les conservateurs plus dépensiers que les libéraux!

Le libertarien Martin Masse s’est récemment livré à un exercice intéressant, confronter la perception «populaire» à la réalité objective en matière d’étatisme, et il en est venu à une conclusion pour le moins surprenante: les conservateurs sont plus dépensiers que les libéraux et… les péquistes!

Concrètement, Masse a analysé la croissance réelle des dépenses gouvernementales sous le gouvernement conservateur. Si on se fie à la perception populaire, un gouvernement de droite devrait sabrer dans les dépenses gouvernementales. Eh bien non! Sous Harper, les dépenses ont augmenté de 7,4% par année. En comparaison, les dépenses n’avaient augmentées que de 7% sous Paul Martin et de 5,9% sous Jean Chrétien. Le pire c’est que même le P.Q. de Bouchard-Landry a réussi à mieux contrôler les dépenses que Harpeur!

Ce que cela nous indique c’est que, dans les faits, la gouverne de droite ne nous amène pas «moins d’État» mais un État différent. Pour le contribuable, c’est kif-kif au niveau fiscal (en fait, c’est pire si l’on tient compte des baisses d’impôts des riches…). Tout est question de priorité politique. D’ailleurs, une analyse par poste de dépense nous indique bien quelles sont les priorités des conservateurs. Et on se rend vite compte que les citoyen-ne-s y perdent au change en terme de «retour sur les investissements».

Les vraies priorités des conservateurs

Globalement, les dépenses gouvernementales sont sensées augmenter de 4,9% en 2008 si l’on se fie au dernier budget (mais on annonce déjà des dépassements allant du simple au double).

Dans l’ordre d’importance, les postes qui augmenteront plus que la moyenne sont:

16.3% services gouvernementaux généraux (dont les principaux transferts comme la péréquation)

15.8% administration de l’assurance-emploi

12.3% transport

11.7% sécurité publique

7.9% environnement et ressources

7.8% immigration, affaires internationales et défense

5.9% soutien aux industries, aux régions, à la science et à la technologie

Dans l’ordre d’importance, les postes qui sont coupé ou qui augmentent moins vite que la moyenne sont:

-8.6% programmes touchant la justice et la loi

-2.9% service de la dette

3.4% programmes sociaux (dont les principaux transferts comme la santé, l’aide sociale, les pensions, l’assurance-emploi, etc.)

3.9% programmes touchant la culture

4% parlement et gouverneur général

Bref, ce que l’on peut ressortir de tout ça c’est que ce n’est pas à la taille de l’État que les conservateurs s’attaquent mais à la redistribution de la richesse et à la justice sociale. Comme quoi le bon vieux slogans des manifs de gauche –«Plus, plus, plus qui coupent pis plus qu’y mettent de flics!»– est plus vrai que l’on pense…

Réduction de la taille de l’État par les Conservateurs…mon cul!

Luc Harvey n'est pas un imbécile…mais un manipuleur hypocrite!

Il a fallu que Duceppe se mette les pieds dans les plats à deux jours du vote et commette sa pire gaffe de la campagne en traitant d’imbécile le député Conservateur sortant de Louis-Hébert, Luc Harvey. Il semble que Duceppe n’ait pas encore retenu la leçon de l’affaire Jeff Fillion. Raison de plus pour que les séparatistes et tous ceux qui ne veulent pas que les Conservateurs deviennent majoritaires sortent en masse afin de voter pour le Bloc demain, car la lutte est loin d’être terminée, contrairement aux prétentions de plusieurs séparatistes. Gare au triomphalisme!

Mais tout de même, j’attire votre attention sur la déclaration suivante de Harvey hier:

“On lui demande de nous parler de leur bilan et il (Duceppe) nous traite d’imbéciles

Effectivement, Luc Harvey n’est pas un imbécile. Mieux que ça, il est très intelligent! Il sait fort bien que le Bloc ne peut pas défendre un bilan puisque, selon son propre discours en plus, le Bloc n’aspire pas au pouvoir (quel truisme!), et il a réussi à faire oublier le bilan des Conservateurs et son propre bilan en détournant l’attention sur le bilan inexistant du Bloc, et Duceppe est tombé dans le piège! Il est donc un manipulateur hypocrite, car il sait très bien que s’il pensait vraiment ce qu’il disait, Duceppe aurait raison de le traiter d’imbécile!

Si le tendance se maintient, ce sera un échec pour les séparatistes…

et Jean Charest aura le champ libre lors des prochaines élections au Québec!

Dernier sondage Léger Marketing:

Bloc : 37%
PLC : 24%
PCC : 23%
NPD: 12%
Verts: 4%

Mais ce sondage a 3% de marge d’erreur, donc ça pourrait facilement être ceci (et n’oubliez pas la prime de l’urne qui défavorise les séparatistes!):

Bloc: 34%
PCC: 26%
PLC: 24%
NPD: 12%
Verts: 4%

Les résultats de 2006 au Québec:

Bloc: 42.1%
PCC: 24.6%
PLC: 20.7%
NPD: 7.5%

Alors, il n’y a pas de quoi pavoiser pour le Bloc en ce moment, car le pourcentage des voix prédit par ce sondage serait le pire résultat de l’histoire du Bloc! Raison de plus pour ne pas se complaire dans le triomphalisme béat habituel des séparatistes qui leur a fait si mal par le passé. Les séparatistes doivent donc sortir en masse afin de voter pour le Bloc ce mardi! Ne prenons pas la chance de favoriser l’élection d’un gouvernement Conservateur majoritaire en ne votant pas pour le Bloc.

Rappelez-vous ce qui s’est produit lors des dernières élections provinciales…

Démagogie anti-bloquiste

Dans leur campagne de peur contre les méchants séparatistes, les partis fédéralistes véhiculent plusieurs arguments démagogiques anti-bloquistes. En voici quelques uns, avec mes commentaires.

1-Les députés du Bloc ne sont là que pour leurs pensions.

Tous les députés sont là pour leurs pensions, peu importe le parti. Mieux encore, les députés du Bloc ont beaucoup moins de chance que les autres de devenir lobbyistes dans le soi-disant “privé” dans leur après-carrière politique. Le séparatisme est moins payant$ que le fédéralisme. Pensez à Philippe Couillard…

2-Les Bloquistes sont à la solde des tartistes BS.

Les Conservateurs sont à la solde des soldats criminels BS et méprisent les artistes.

3-À cause du Bloc, le Québec est privé de ministres importants et de députés au pouvoir, ce qui isole le Québec.

Un argument ridicule issue d’une logique purement étatiste. Rappelez-vous comment le Québec s’est fait fourrer par ses ministres soi-disant “québécois” quand la charogne soi-disant libérale de PET Troudeau balayait le Québec avec 74 députés sur 75.

4-Les députés du Bloc coûtent trop cher.

Le même prix que les autres députés!

5-Le Bloc est une gang d’interventionnistes étatistes.

Idem pour tous les autres partis politiques sérieux. Tous partagent le même sida mental étatiste. Mieux encore, il sera moins difficile de réduire la taille de l’État quand le Québec sera séparé.

6-Le Bloc ne défend pas les intérêts des Québécois. Il ne travaille que pour lui.

Aucun parti ne défend les intérêts des Québécois et tous les partis travaillent pour eux en priorité. Pire encore, les partis fédéralistes travaillent dans l’intérêt de l’État Canadian contre le Québec, ce qui n’est pas le cas du Bloc!

7-Le Bloc appuie les terroristes islamo-fascistes.

Les Conservateurs et les Libéraux appuient les terroristes islamophobes pro-impérialistes occidentaux qui commettent des génocides militaires à l’étranger. De plus, les Conservateurs sont en faveur des agressions sexuelles criminelles contre les jeunes femmes, puisque Gilbert Rozon les appuie! (ceci n’est pas plus démagogique que cet argument anti-bloquiste)

8-Le Bloc est condamné à rester dans l’Opposition. Il est donc illégitime.

Tous les partis politiques sont illégitimes. Le NPD est les Verts sont condamnés à rester dans l’Opposition et personne ne questionne leur légitimité. Les Conservateurs ont été dans l’Opposition pendant 13 des 15 dernières années et pire encore, ils partageaient deux partis d’Opposition (Reform Party (ou Canadian Alliance) et Progressistes-Conservateurs (sic!) ) pendant 10 ans, et personne n’a questionné leur légitimité!

9-Le Bloc ne respecte pas ses promesses.

Le Bloc n’a jamais fait de promesses électorales, car il n’aspire pas à former le gouvernement.

10-Le Bloc est inutile.

D’un point de vue étatiste, ce n’est pas vrai. Cela voudrait dire que l’Opposition est inutile, que le NPD est les Verts sont inutiles et que les Conservateurs ont été inutiles pendant 13 des 15 dernières années, ce qui n’est certainement pas le cas! Et même si c’était vrai, d’un point de vue anarchiste, je préfère un parti inutile à un parti soi-disant utile qui vole les CONtribuables.

Un autre argument stupide, mais provenant cette fois-ci de plusieurs personnes soi-disant “séparatistes”:

11- Par son existence, le Bloc légitimise le gouvernement fédéral, il faut donc voter selon nos convictions, i.e. pour le NPD!

Ce sont les autres partis fédéralistes qui légitimisent le gouvernement fédéral, pas les séparatistes du Bloc qui souhaitent s’en débarrasser! Croyez-vous sérieusement que c’est une bonne chose de n’avoir que des députés fédéralistes à Ottawa? Allez dire ça aux séparatistes écossais juste pour voir! Croyez-vous sérieusement que de voter pour le NPD, le parti fédéral le plus fédéraliste et le plus centralisateur est une bonne chose pour les séparatistes? (sauf pour Thomas Mulcair dans Outremont, parce que le Bloc n’y a aucune chance de toute façon)

Terrorisme militaire des Fucking Farces Armées Canadian : croyez-vous encore à la réduction de la taille de l'État en restant dans le Canada?

Tant qu’il n’y aura pas de coupures sérieuses dans le gras des dépenses terroristes militaires au Canada, il est impensable de croire à une réduction de l’État Canadian (la même chose doit être faite pour la répression policière, surtout celle des crimes imaginaires sans victime), car cela signifie que les autres soi-disant “coupures”, en particulier celles dans la culture, ne sont que du détournement idéologique de fonds pour d’autres fins.

D’autant plus que l’OTAN exhorte ses membres à augmenter leurs dépenses militaires et que les États-Unis ont déjà emboîté le pas en la matière, ce qui ne fera qu’amplifier encore plus la crise financière dont Harper semble sous-estimer ses effets!

Fuck The Troops et Fuck l’État Canadian!

Le monde à l'envers…et c'est très bien ainsi!

Margaret Atwood, une écrivaine du Rest Of Canada récipiendaire de l’Ordre du Canada qui ose serrer la main du yâble séparatiste, et Stéphane Gendron, un maire rural centre-droitiste qui appuie le Bloc, c’est le monde à l’envers!

Mais mieux encore, il y a Jean Charest, le chef du parti le plus fédéraleux et le plus centralisateur du Québec (les charognards soi-disant libéraux du PLQ), qui est encore plus centralisateur que les Conservateurs et beaucoup plus que l’ADQ, qui trouve les Conservateurs tellement centralisateurs qu’il est en crisse contre les coupures conservatrices dans la culture, propose la souveraineté culturelle du Québec, prétend que le déséquilibre fiscal n’est pas encore réglé et n’est pas d’accord avec la réforme unilatérale du Sénat (qu’on abolisse cette merde!) proposée par Harper MAIS la machine du PLQ est encore au service des Conservateurs dans le Québec francophone, en collaboration avec l’ADQ, pour contrer les méchants séparatistes!

Pendant ce temps, Mario Dumont, ce gringalet soi-disant autonomiste, joue le béni-oui-oui de service renifleur de pets de Harper et approuve aveuglément tout ce que Harper dit ou fait, et prétend qu’il est dans l’intérêt du Québec qu’il y ait des ministres conservateurs du Québec soumis aux diktats fédéraleux! C’est ça, la vision autonomiste décentralisatrice du Ducon? Je l’emmerde son autonomisme à la con!

Il faut tout de même se rappeler que John De La Charogne n’en est pas à ses premières élucubrations giratoires (encore plus girouette que Ducon), il a déjà affirmé judicieusement que le Québec avait les moyens financiers d’être indépendant et il a aussi affirmé frauduleusement ceci en 2002:

L’État nous a jadis fait bondir en avant. Il est en train de nous ralentir. Il faut revoir et réécrire sa mission. L’État tentaculaire et obèse, qui se substitue à l’entreprise, aux banques et à l’initiative individuelle, c’est terminé!

On sait très bien ce qui est arrivé par la suite: sa réingéniaiserie de l’État ne s’est pas traduite en une réduction de la taille de l’État!

Croyez-vous encore que les Conservateurs et tous les autres partis merdiques non-séparatistes veulent décentraliser de façon significative la fédération canadian et réduire la taille de l’État? Foutaise! La seule façon de rapatrier des pouvoirs significatifs pour le Québec et de réduire la taille de l’État est la séparation du Québec, pas de rester dans le Canada!

Voilà l’utilité principale du Bloc et du débat sur la séparation du Québec: fucker le système fédéraleux canadian! Et c’est très bien comme ça!

Avant de mourir d'un excès d'étatisme fédéraliste…

Pour paraphraser cette blogueuse dans son dernier billet commentant un vidéo très amusant mettant en vedette Bob Gratton, je dirai ceci (le gras est ce qui est différent de ce qu’elle a écrit):

C’est trop drôle, mais de savoir que malgré tout, il y a au Québec des étatistes naïfs qui vont tout de même voter pour n’importe quel parti fédéraliste ou ne pas voter plutôt que de voter pour le Bloc me rend vraiment trop triste. Il n’y a plus rien à comprendre. En fait, je ne comprends plus les gens du Québec. J’ai peur.

J’ai remplacé “gens” par “étatistes“, parce que le vote pour le Bloc est la moins pire des options pour ceux qui souhaitent la réduction de la taille de l’État. En fait, je ne comprends pas pourquoi les Québécois sont tellement attachés à l’étatisme qu’ils ne votent pas en grand nombre pour un parti séparatiste comme le Bloc.

J’ai remplacé “conservateur” par “pour n’importe quel parti fédéraliste ou ne pas voter plutôt que de voter pour le Bloc“, parce que de ne pas voter pour le Bloc est toujours néfaste, peu le choix du parti fédéraliste. Toutes les merdes fédéralistes comme le NPD, le PLC et les Verts sont tout aussi néfastes pour le Québec que les Conservateurs, sinon pires!

J’ai remplacé “de mon pays” par “du Québec“, parce que le terme “pays” (ou pi-ys, comme dirait Stéphane Dion) est une abstraction collective auquel un anarchiste comme moi refuse d’y proclamer son appartenance, que ce soit pour le Québec ou pour le Canada.

Exceptionnellement, il n’y aura pas de commentaires pour ce billet. Finalement, j’ai décidé après un certain temps de rétablir les commentaires. Visitez MFL pour poursuivre le débat, même pour commenter ce que j’ai écrit ici, d’autant plus (au fond, c’est le plus important!) qu’il y a le vidéo de Bob Gratton!