Category Archives: Économie

Frais de scolarité universitaires: un commentaire "très avisé" d'un éminent économiste

Sur une page de discussion sur Fesse-bouc, j’ai trouvé des commentaires de la part d’un intervenant sur son opinion concernant les frais de scolarité universitaires. Suite à ma lecture de ce commentaire, je lui ai demandé s’il était sérieux ou sarcastique et il a confirmé qu’il était sérieux. Une chose importante à savoir: cet individu très brillant et fort sympathique (je ne suis pas sarcastique dans cette phrase) est UN ÉMINENT ÉCONOMISTE TRAVAILLANT AU MINISTÈRE DES FINANCES DU CULBEC! Voici la majeure partie de ses commentaires. Préparez-vous à vomir!

“le problème avec les frais de scolarités pas élevés, c’est que ça attire plein de monde à l’uni qui ne savent pas ce qu’ils font là, qui perdent leur temps, qui ne prennent pas leurs études à coeur et qui font ”payer” les autres à cause de ça”

“anyway, tous (ou presque) ont soit un cell (pis surtout, celui qui conte cher, pcq sinon c pas cool), un ipod, un portable récent, des jeans a 100 $, une auto, un playstation, une grosse tv, le cable, … au pire, si les frais sont augmentés, on coupera les choses ”moins” importantes pendant un moment, pcq les études, c plus important que toutes ces choses vides (ps, moi, j’ai tous ces éléments… et vous? … lol(e) )”

“tu sais pas de quoi tu parles… je suis à l’uni, ça fait 6 sessions que je corrige des examens, donc je vois si les étudiants étudient ou pas…tu devrai donc être celui qui devrait se renseigner…”   (Note de David: il s’adressait à un autre intervenant.)

“les frais de scolarité doivent être augmentés”

“mes propos sont très fondés”

Qu’en pensez-vous?

Advertisements

Un anarchiste dans les flots de l'économique…

Dans ce texte critique simpliste mais intéressant sur l’anarchisme, d’un point de vue libertarien, Martin Masse écrivait ce qui suit, il y a plus de 10 ans déjà (c’est pour cette dernière raison qu’il faut bien lui pardonner! 😉 ):

Dans un petit livre publié l’automne dernier avec pour titre simplement Anarchisme, le professeur Normand Baillargeon de l’UQAM (que certains ont pu lire jusqu’à récemment comme chroniqueur au Devoir) explique que les anarchistes veulent non seulement éliminer l’État, mais aussi le marché, la propriété privée, le salariat, le profit, ainsi que tout rapport hiérarchique dans les relations de travail.

Par quoi tout cela serait-il remplacé? M. Baillargeon consacre quatre petites pages au modèle économique anarchiste, ce qui s’avère un bon reflet de ce que cette idéologie a à offrir sur ce plan.

Évidemment, pour prétendre que l’anarchisme n’a pas grand-chose à offrir d’un point de vue économique, il faut ignorer les nombreux travaux et réflexions, portant justement sur le point de vue économique, effectués par les mutuellistes et, dans une moindre mesure, par les anarchistes de gauche, avec l’économie participative notamment.

À mon avis, qu’ils soient individualistes ou collectivistes, il n’y a pas meilleur généralement que les anarchistes de gauche (ou libertaires) pour établir un discours critique socio-politique pertinent contre l’État, le capitalisme, les religions et les autres composantes de l’ordre établi. Cependant, il faut reconnaître que les libertariens (ça inclut les anarcho-capitalistes) et les drouatistes capitalo-étatistes s’y connaissent généralement beaucoup mieux en économique que les anarchistes, ce qui permet aux libertariens et aux drouatistes d’établir un discours économique beaucoup plus cohérent (ou plus précisément, ayant l’apparence d’être plus cohérent, mais sans l’être nécessairement 😉 ) que celui des anarchistes.

Cela est particulièrement vrai au Québec, où les anarchistes sont généralement encore plus illettrés économiquement que les gau-gauchistes étatistes, ce qui n’est pas peu dire!

Malgré ce constat déprimant, une bonne nouvelle est que je peux dire maintenant qu’il est possible pour un anarchiste de bien se débrouiller dans les flots de l’économique et que si on s’y attarde ne serait-ce qu’un peu plus que présentement, cette lacune pourra être éradiquée un jour…

Sur-qualification et sur-diplomation des sans-emplois au Québec: des suggestions pour des causes?

Malgré les prétentions fallacieuses d’un “virage inéluctable vers l’économie du savoir” vomies par les ayatollahs du capitalisme, un problème particulièrement criant au Culbec est la sur-qualification et la sur-diplomation de plus en plus prévalente des sans-emplois. Plusieurs trucs ont fait en sorte que j’ai décidé d’en parler ici en ce jour d’hui.

1) Je vis personnellement ce problème, mais pour ça, je sais exactement pourquoi et j’ai décidé de ne pas trop en tenir compte pour la suite des choses. En passant, mes études en économique (qui, paradoxalement, aggravent mon problème de sur-qualification et de sur-diplomation!) vont beaucoup mieux que prévu, même si peu de gens s’en rendent compte, trop obnubilés par mon passé trouble (selon eux, pas selon moi!). De plus, ces études renforcent mes convictions anarchistes!

2) Ce billet de Noisette Sociale m’a littéralement fait sortir de mes gonds. Je ne suis pas fâché contre Noisette, bien au contraire! 🙂

3) Dans le Blogue du QL, un certain Safeguard demande ceci:

Question:

Existe-t-il un bon texte, détaillé, et tout et tout, au sujet des chômeurs sur-qualifiés/sur-diplômés, et pourquoi les entreprises (québecoises, canadiennes & françaises) refusent-elles de les embaucher?

Chez Noisette et dans le Blogue du QL, j’ai commenté là-dessus. J’ai beaucoup d’idées sur les multiples causes de ce problème, mais avant de publier un billet détaillé sur la question, j’aimerais avoir vos suggestions concernant les causes de ce problème de plus en plus criant au Culbec. Merci à l’avance!

Gouvernement du Canada: un plan d'austérité financière à suggérer?

Des récompenses sont offertes par le gouvernemaman néo-colonial du Cacanada aux fonctionnaires qui proposent des idées pour aider l’État à économiser de l’argent. Voici un extrait de cet article publié dans le site de Radio-Cadnas:

Tous les moyens sont manifestement bons pour réduire les dépenses gouvernementales. Ottawa promet des récompenses aux fonctionnaires qui proposeraient des idées susceptibles d’aider l’État à faire des économies d’argent.

Afin de réduire un déficit record, qui pourrait s’élever au-delà des 50 milliards de dollars, le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day, doit économiser 1,7 milliard cette année.

Pour atteindre cet objectif, M. Day incite les fonctionnaires à faire preuve d’imagination, en leur faisant miroiter des primes, en guise de récompense, équivalant à 10 % de l’argent épargné pendant la première année complète d’implantation de la mesure. Ces récompenses seront plafonnées à 10 000 $ chacune.

Dans un prochain billet, je vous parlerai de mon propre plan d’austérité financière pour le gouvernemaman cacanadian. Étant donné que j’ai une formation en économique plus étoffée que la moyenne des économistes en poste au gouvernemaman (sauf les détenteurs de Ph. D.), j’estime avoir la crédibilité pour exposer un tel plan! 😉 Ce sera tellement austère que ça fera bander les agences de cotation, les bonzes du gouvernemaman européen et ceux du FMI, vous allez voir! Et si je recevais un chèque de 10 000$ pour mon propre plan d’austérité?

En terminant, je vais vous donner un indice concernant mon plan d’austérité. Voici un autre extrait de l’article qui est très révélateur de la fourberie des CONservateurs dans ce dossier:

Il s’agit d’un projet pilote qui s’étalera sur deux ans et qui sera mis en application dès cet automne. Cependant, cela ne concernera pas les ministères de la Défense, les Travaux publics et l’Industrie, dotés de budgets importants. Ces ministères font l’objet d’une autre révision qui pourrait mener à des coupures de programmes.

Dommage, mais mon plan d’austérité comprendra l’abolition du Ministère de l’Industrie (une économie d’environ 1.9 milliards de $) et la coupure de la moitié (je me sens généreux, c’est encore trop dépensier, mais bon…) des dépenses militaires (une économie d’environ 10.5 milliards de $), pour une économie totale d’environ 12.4 milliards de $, ce qui est beaucoup plus que le 1.7 milliards de $ souhaités par Stockwell Day. Et c’est loin d’être terminé! J’attends donc le chèque de 10 000$ bientôt! 😉 Si vous avez d’autres idées pour un plan d’austérité afin de redresser les finances publiques du gouvernemaman cacanadian, n’hésitez pas à me les communiquer.

Y a-t-il une pénurie d'employés au Québec? Ben…euh…oui et non, ça dépend du sujet de la discussion!

Une des supercheries les plus idiotes vomies à tort et à travers dans les médias est formulée à peu près comme suit: IL Y A UNE PÉNURIE D’EMPLOYÉS AU CULBEC, ET NOTRE ÉCONOMIE VA S’ÉCROULER SI ON NE FAIT RIEN CONTRE ÇA!

D’accord, il y a des pénuries dans certains secteurs (et encore là, méfiez-vous quand on vous dit ça, c’est souvent parce qu’on veut vous vendre ($$$$$$) une formation particulière) professionnels, mais d’aucune façon, il n’y a une pénurie générale d’employés au Culbec.

En effet, on note qu’en mai 2010, le taux de chômage (qui est une grossière sous-estimation du pourcentage d’exclus du marché du travail) était de 8% au Culbec, ce qui est très loin du seuil capitaliste (en admettant qu’on soit assez con pour accepter un si haut pourcentage d’exclus du marché du travail) de plein emploi et encore loin au-dessus du taux de chômage de 5% en Saskatchewan. De plus, j’attends toujours qu’on me confirme cette pénurie avec de nombreux candidats qui donnent des entrevues à leurs futurs patrons potentiels!

Mais quand on discute avec des étatistes, ils vont très souvent vomir cette ânerie ou argumenter en fonction de cette fausse prémisse. Sauf que parfois, tout à coup, selon le sujet de la discussion, les étatistes se mettent subitement à changer d’idée sur cette question!

Du côté de la drouate étatiste, elle se sert de cette fausse prémisse pour vomir contre les hosties de bs qui sont des lâches selon eux, afin de justifier le détournement de l’argent des sales bs vers des dépenses étatiques stupides comme l’augmentation des dépenses militaires pour aider les Talibans en Afghanistan et aider les multinationales internationales à exploiter les ressources naturelles afghanes pour leur propre profit (j’y reviendrai un jour), un nouveau Câlissée, les Jeux Olympiques, un faux lac et les dépenses d’insécurité pour le G8-G20. Mais quand ils prétendent que le Québec est trop pauvre, ce qui rend la séparation du Québec trop dangereuse parce que notre économie va s’écrouler, ils disent (avec raison sur ce point précis) que c’est de la faute du gouvernemaman qui réglemente trop le marché du travail et qui nous fait payer trop de taxes, ce qui fait en sorte que les entreprises ne créent pas assez d’emplois et se délocalisent vers l’étranger pour faire travailler des enfants et des esclaves!

Du côté de la gau-gauche étatiste, on justifie l’imposition du salaire minimum (ce dont je suis contre, voir ce billet) par la pénurie d’employés, ce qui est foutrement idiot, parce que les salaires sont plus élevés en période de pénurie! Mais quand les gau-gauchistes étatistes se défendent contre le bs-bashing de la drouate étatiste (et je suis de leur côté sur ce point), ils disent qu’il faut continuer à aider les exclus et à verser l’aide sociale parce que les emplois sont rares, en raison des mécanismes inhérents au système capitaliste!

De plus, une prémisse corollaire est la suivante: la pénurie d’employés est un grave problème économique. Baliverne! D’accord, il s’agit d’un problème pour les entreprises qui, ceteris paribus, sont obligés d’augmenter le salaire de leurs travailleurs et de réduire leurs profits, et pour l’État, dont son inutilité est encore plus évidente dans un tel contexte. Mais pour les travailleurs, la pénurie d’employés est une très bonne chose et pour moi, c’est ce qu’il y a de plus important! Une quasi-pénurie d’emploi dans un véritable libre-marché anti-capitaliste est le mécanisme le plus libre, le plus solidaire et le plus équitable de répartition de la richesse qui puisse exister!

J’ai très hâte que la pénurie d’employés survienne, mais dans un tel système capitalo-étatiste qui crée artificiellement la rareté des emplois, ça ne risque pas d’arriver de sitôt, malheureusement.

Comprendre l’économie…pour mieux détruire le capitalisme? (suite)

Mon dernier trimestre universitaire en économie s’est déroulé de manière inespérée. Cette session d’étude a tellement été intéressante et couronnée de succès que j’ai décidé de continuer cet automne. Plus j’en apprends sur l’économie, plus je hais l’État et le capitalisme. À suivre…

Patience, je reviendrai sur la parentalité bientôt.