Category Archives: Opinions personnelles

Les fascistes anti-drogues sont les vrais criminels: le dossier Yvan Ferland

Je vous suggère de regarder cet extrait de l’émission du 17 juin de Denis Lévesque à LCN. Ce vidéo est une entrevue de Denis Lévesque avec Yvan Ferland, condamné pour non-crime relié à la possession de cannabis. Vous constaterez à quel point les fascistes anti-drogues sont les vrais criminels en comparaison avec les vendeurs de drogues qui ne commettent aucun crime lorsqu’ils vendent de la drogue à des adultes consentants!

De plus, j’accuse l’État Cacanadian, l’État Culbécois, la SCul, l’avocat de la Couronne (ce crotté qui a demandé 18 mois de prison pour un non-crime) et les 12 jurés qui ont condamné Yvan Ferland de crime contre la personne. Vous êtes des salopards criminels bien plus dangereux que celui que vous avez condamné et vous méritez (à titre d’illustration du concept de “mérite” pour Renart) un sort bien pire que celui d’Yvan Ferland. Si j’avais fait partie de ces 12 jurés, je vous garantis que j’aurais tout tenté pour convaincre les 11 autres jurés de la non-culpabilité d’Yvan Ferland, quitte à prolonger indûment les délibérations, faire avorter le procès ou même violer le secret des jurés après le procès! Suis-je assez clair?

Après la séparation du Québec, la chose la plus importante à faire sera de combattre les fascistes anti-drogues et la répression des autres non-crimes. OUI, ET LA FIN DU FASCISME ANTI-DROGUES ET DE LA RÉPRESSION DES NON-CRIMES SERA POSSIBLE!

P.S.: Tant qu’à jouer le jeu des fascistes anti-drogues, si on interdit le cannabis, pourquoi ne pas interdire la morphine, tant qu’à y être? 😉

Le dogme étatiste déforme la sélection naturelle et le mérite: dix exemples

Ce billet est une réponse partielle à cet excellent billet de MFL où elle dit, entre autres, ceci:

Le vilain n’est pas toujours le chasseur. Certains animaux n’ont pas le talent d’éviter les pièges. La sélection naturelle, dirait Darwin.

Un ami m’a dit dernièrement que si un enfant innocent mourrait, décapité par une balle perdue pendant une guerre, que c’était simplement qu’il n’était pas assez fort pour s’en sortir ou la preuve que ses parents n’étaient pas fait assez fort pour mettre leur progéniture à l’abri afin que la famille survive à tout ça, donc, qu’au final, il ne méritait pas de survivre…

Précisons que la blogueuse est en désaccord avec l’argument soulevé dans le dernier paragraphe.

De mon côté, je suis totalement en désaccord avec cet argument en raison du point suivant: le dogme étatiste déforme la sélection naturelle et le mérite. En fait, si la sélection naturelle et le mérite sont des concepts naturels pertinents en général, ceux-ci ne s’appliquent pas quand le dogme étatiste les déforme artificiellement. En fait, lorsque l’État est le chasseur, il est toujours le ou un vilain, à tout le moins, puisqu’en aucun cas le financement (avec de l’argent volé) de sa chasse est légitime. Voici dix exemples de déformation étatiste de la sélection naturelle et du mérite:

1- Un enfant Irakien qui meurt sous l’agression des terroristes occidentaux mérite beaucoup moins de mourir que George W. Bush et tous les criminels étatiques qui ont approuvé ce crime de guerre justifié par des prétextes mensongers. Rien à voir avec la soi-disant incapacité des parents à défendre l’enfant susmentionné.

2- En privilégiant l’ancienneté au dépens de la compétence, les élites syndicaleuses criminelles favorisent des travailleurs peu compétents mais expérimentés au dépens des travailleurs compétents mais peu expérimentés. Dans une anarchie, les travailleurs les plus compétents seront tous employés, au mérite, et les travailleurs moins compétents feront autre chose.

3- L’idéologie fémi-favoritiste favorise des femmes moins compétentes au dépens des hommes plus compétents. Dans une anarchie, les travailleurs les plus compétents, hommes et femmes, seront encore une fois tous employés, au mérite, et les travailleurs moins compétents feront autre chose.

4- Dans tout système capitalo-étatiste, le népotisme est systématique. Le copinage, les lobbys et les liens familiaux qui règnent dans tout système capitalo-étatiste fait en sorte que des employés moins compétents soient favorisés au dépens des employés plus compétents. Dans une anarchie, le népotisme existera toujours, mais avec une magnitude beaucoup moins forte que dans tout système capitalo-étatiste, car les entrepreneurs et les travailleurs assumeront seuls les risques et n’ont pas intérêt à ce que des employés moins compétents nuisent à leurs opérations. Les entrepreneurs (avec la collaboration des autres travailleurs) auront donc tendance à embaucher des travailleurs plus compétents, au mérite, et les moins compétents feront autre chose.

5- Actuellement, les soldats sont considérés comme des héros et les méchants bs sont considérés comme des parasites. Pourtant, les assistés sociaux méritent une bien meilleure considération que les soldats criminels!

6- Si, comme Yvan Ferland, vous ne commentez aucun crime en cultivant 45 kg de cannabis, vous êtes considéré comme un criminel alors que vous ne le méritez pas. Par contre, les policiers qui ont arrêté criminellement Yvan Ferland sont considérés comme des héros. Aussi, une corporation peut faire faillite et son propriétaire peut ainsi voler impunément de l’argent à ses actionnaires. Pourtant, ce véritable criminel est considéré comme un brave entrepreneur, sans mériter ce statut. Dans une anarchie, tous les vols criminels seront interdits et la vente non-criminelle de drogue sera permise, sans qu’aucun policier criminel ne puisse agresser un vendeur ou un consommateur de drogue.

7- Avec l’augmentation des frais de scolarité à l’université, des cons riches y sont admis à la place d’étudiants pauvres et brillants. Dans une anarchie, l’école obligatoire et l’université étatique n’existeraient plus, mais en constatant ce qui se produit aux États-Unis actuellement, les étudiants pauvres et brillants seraient mieux servis dans une anarchie que dans le système universitaire soviétisé culbécois!

8- Pour les élites étatistes (et les objectivistes randiens!), l’armement nucléaire américaine est justifiée mais l’armement nucléaire nord-coréen est considéré comme “terroriste”. Pourtant, l’armement nucléaire (ou les s’garmements nucléaires, comme disait Jean Crétin) mérite toujours d’être considéré comme étant criminel, peu importe quel État le détient. De plus, les victimes de Hiroshima et de Nagasaki méritaient beaucoup moins de mourir que tous les criminels étatiques des forces alliées qui ont approuvé ce crime de guerre.

9- De nombreux pseudo-entrepreneurs ont fait une fortune non méritée grâce à l’État et au profit politique (le profit créé artificiellement par l’État). Par exemple, Paul Desmardais, André Chagnon, Régis Labeaume, Bill Gates, Michael Sabia, de nombreux magnats du pétrole, Monsanto, etc. Dans une anarchie, seul Bill Gates pourrait être un véritable entrepreneur et encore là, sa corporation Microsoft (en fait, Microsoft ne serait même pas une corporation!) n’enregistrerait pas de tels profits shylockiens. Pendant ce temps, de véritables entrepreneurs croulent sous la pression réglementaire et fiscale de l’État et mériteraient un bien meilleur sort que ces bandits de grand chemin. Dans une anarchie, ces vrais entrepreneurs vivraient un meilleur sort, au mérite, que ces bandits corpo-étatistes.

10- En favorisant Culbec City au dépens de Montreal, avec de l’argent volé aux CONtribuables de Montreal, entre autres, l’État Culbécois fait en sorte que l’assisté social de luxe qu’est Culbec City soit dans une période de croissance économique artificielle alors que Montreal subit la récession. Pourtant, en principe, Montreal mériterait un meilleur sort économique que Culbec City, parce que Montreal est moins à la remorque de l’État que Culbec City. Dans une anarchie, les deux communautés en profiteraient mais Montreal prendrait moins de temps à s’ajuster que Culbec City, en raison de sa mentalité moins étatiste.

L’anarchie rend plus pertinent les concepts de “sélection naturelle” et de “mérite”, ce qui déplaît aux étatistes et aux créationnistes. Le dogme étatiste déforme ces concepts. Sur ce point, le dogme étatiste est encore plus hypocrite que le créationnisme!

L'idiotie crasse des propriétaires de logements et des administrateurs de condos caninophobes

Chaque été, de nombreux chiens sont abandonnés ou euthanasiés lors des déménagements estivaux. Les intégristes animalistes et autres environnementeurs de pacotille condamnent souvent les méchants locataires possédant un chien et ils ont raison jusqu’à un certain point.

Cependant, ils commettent la grossière erreur de négliger la responsabilité et l’idiotie crasse de nombreux propriétaires d’immeubles à logements, ainsi que  celles de nombreux administrateurs de condos qui préfèrent une famille monoparentale avec un mauvais dossier de crédit, plutôt qu’un couple de retraités avec un bon dossier de crédit, mais possédant un chien! Selon ma propre expérience, ces crétins de première classe sont les principaux responsables de ce problème (et aussi l’État qui crée une rareté articifielle de l’offre de logements). Ce sont eux qu’il faudrait dénoncer d’abord et avant tout!

Je peux comprendre que certains chiens puissent déranger certains locataires et que certains propriétaires ne veulent pas de chiens dans leur immeuble. Dans un marché libre, il est normal que ce genre d’immeubles sans chien soit disponible. Mais de là à ce qu’au moins 95% d’entre eux agissent en cave de cette façon, ça pue le cartel et l’ignorance crasse caninophobe!

Mais attention, je ne demanderai jamais au gouvernemaman d’intervenir dans ce dossier. De toute façon, l’État a des choses plus utiles à faire, comme d’envahir militairement des territoires étrangers et de sauver Chrysler! J’incite plutôt les proprétaires de chiens à créer un regroupement de possesseurs de chiens en recherche de condos ou d’appartements. Je crois qu’il s’agit d’un besoin criant et je suis prêt à appuyer ce regroupement volontaire.

Voyez-vous le genre de dérapage que peut causer le sacro-saint droit de propriété, un droit protégé par l’État en passant? Et en ce qui concerne les propriétaires d’immeubles à logements qui agissent en idiot, même si je n’appuie pas le vandalisme des logements par des locataires crasseux (je considère ça comme de la violence injustifiée), je leur souhaite ces crétins méritent de se faire endommager leurs logements, même si je ne leur souhaite pas. Qu’ils paient le prix de leur incurie et qu’ils cessent de brailler dans les lignes ouvertes de la radio-poubelle et de se plaindre que le gouvernemaman “ne les protègent pas assez”! Qu’ils cessent de pleurnicher et qu’ils assument leur responsabilité!

Ça vous apprendra à préférer des locataires avec un mauvais dossier de crédit et à être complices de l’abandon de nombreux chiens!

Sales cons!

David Gendron

Suite à une mûre réflexion consécutive à certains propos concernant l’anonymat des blogueurs dans cet excellent article du Satellite Voyageur, j’ai pris la décision de laisser tomber mon pseudo lors des commentaires. Mon vrai nom est David Gendron, et je ne crois plus à la pertinence de l’anonymat complet. Il est temps que les anarchistes sortent du placard! Ceci dit, ce blogue s’intitulera toujours Anarcho-pragmatisme et rassurez-vous, je ne ferai pas peur aux lectrices en publiant ma photo! (sauf si une dame me le demande! 🙂 )

J’ai déjà eu l’honneur d’être publié dans le blogue du QL auparavant. Voici les liens vers les billets en question:

Les libertariens et les libertaires peuvent être des alliés stratégiques (j’ai certains regrets par rapport à ce billet, mais je suis toujours d’accord avec moi-même 😉 sur le principal)
Pour le refus de traitement chez les adultes consentants
L’État ne doit pas se mêler des affaires religieuses
Les dépenses de Lise Thibault versus le salaire de Don Cherry
Le Canada verse 7,7 millions $ à deux États plus riches que lui

De plus, j’ai aussi écrit ce commentaire qui est paru dans un billet de Reactionism Watch (je regrette certains de mes commentaires suite à ce billet: à l’époque, je confondais “capitalisme” et “marché”) concernant l’accessibilité (meilleure que vous le croyez) dans les universités américaines. Si vous apercevez le nom de David dans les commentaires sur le Blogue du QL, il y a de grosses chances que ce soit moi! De plus, comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis le Davidg qui commentait entre autres sur UHEC.net à une autre époque.

J’ai décidé de prendre ce risque, je n’ai plus rien à perdre de toute façon et ce blogue n’est pas un blogue personnel non plus! S’il le faut, je serai un méchant BS parasite un jour! Tant pis! Les anarchistes qui se cachent donnent raison à l’État et à ses souteneurs capitaleux, et à ce que je sache, les libertariens ne se cachent plus! Pourquoi devrait-il en être autrement pour les anarchistes?

Libertariano-pragmatisme?

L’anarchisme (particulièrement si vous êtes un méchant séparatiste comme moi) est mal vu par les patroneux de tout acabit. Si vous avez un blogue anarchiste, ne le mentionnez JAMAIS dans votre curriculum vitae, contrairement aux autres blogueurs pour qui il s’agit d’un sérieux atout, car vous allez être considéré comme un invalide permanent, vous allez sombrer sur le BS pour l’éternité et Sylvain Mouchard va vous traiter de paresseux même si ce n’est pas le cas!

Mais je pense à un truc: et si je changeais le nom de mon blogue pour celui de Libertariano-pragmatisme? Même si ce ne serait pas une très bonne chose pour travailler dans le secteur public, peut-être que je pourrais être mieux perçu par les patroneux (ne pas dire ce terme pendant l’entrevue à la con), que ça pourrait m’ouvrir des portes chez quelconque think tank bidon comme l’Institut Économerdique de Montreal ou comme propagandiste dans un journal-torchon et que je pourrais continuer à parler ici du 95% (environ) des points en commun entre l’anarchisme et le libertarianisme, tout en ne mentionnant pas que je suis un anarchiste! Par contre, le truc le plus ennuyeux est que, pour jouer mon rôle de bon libertarien, il ne faudrait plus que je vous parle de mon appui à la séparation du Québec (mais rassurez-vous, je n’appuierai jamais les fédéralistes!). Et qui sait, peut-être qu’en tant que statisticien, je pourrais aider les libertariens à formaliser leur théorie économique autrichienne!

Mais j’oubliais, ces libertariens haïssent tellement les mathématiques (en fait, ils considèrent la praxéologie et son corollaire l’économie autrichienne comme les deux seules sciences qui méritent une considération, à l’exception notable de Pierre Lemieux, un rare libertarien qui est d’accord avec mon idée sur la question des mathématiques) et n’y comprennent tellement rien qu’ils ne veulent pas s’en servir. À faire passer même les artistes les plus réfractaires aux mathématiques pour des amants de cette science! Finalement, ça ne me servirait pas à grand-chose professionnellement de devenir un liberatariano-pragmatiste! Tant pis pour les libertariens s’ils ne profitent pas de ma proposition!

Par contre, si je changeais le nom de mon blogue pour celui de Drouato-Pragmatisme, là je deviendrais un candidat de choix! En fait, ils ont besoin de mathématiciens pro-terroristes chez l’Agression Nationale (en particulier dans ce Centre de Recherche et de Développement du Terrorisme Occidental) et au Sévice Canadian d’Inflitration Anti-Séparatiste et de l’Insécurité des Masses. Afin d’être plus crédible pour les parrains de ces organisations criminelles, je devrais devenir un drouatiste étatiste aussi crédible que notre ami le Pseudo-Antagoniste! Et en tant que résident du fief drouatiste étatiste de Culbec City, ça devrait m’ouvrir des portes! De plus, je pourrais peut-être travailler chez Télé-Karine-Vanasse, comme André Arthur et Mario Ducon!

Mais il y a des limites à se putasser comme ça. C’est trop pragmatique pour moi! Tant qu’à y être, je changerais de sexe et je changerais le nom de mon blogue pour celui de fémino-pragmatisme! Et comme il semble de plus en plus clair que je suis socialement inemployable de toute façon, j’ai de moins en moins à perdre professionnellement à être anarchiste. Encore quelques mois comme ça à endurer cette merde, et je le serai peut-être encore plus ouvertement…

Comprendre l'économie…pour mieux détruire le capitalisme?

Je vais suivre quatre cours universitaires en économie cette session. Il n’y a aucun intérêt à vous expliquer pourquoi j’ai pris cette décision. Mais tout de même, peut-être qu’en cessant d’être un illettré économique, je comprendrai mieux les travers du capitalisme, je saurai mieux comment le détruire et ma démarche intellectuelle aura plus de sens. Les anarchistes auraient tout intérêt à mieux comprendre l’économie, comme les drouatistes étatistes (quoique dans leur cas, c’est pour mieux vanter les mérites du capitalisme sauvage étatique!), les libertariens et les anarcho-capitalistes l’ont si bien compris, car ce ne sont pas certainement pas les médias étatistes et les politiciens, presque tous vendus au keynésianisme, qui vont vous expliquer correctement comment l’économie fonctionne.

À suivre…

P.S.: Patience, je publierai un autre billet sur la question de la propriété bientôt…

Na na na na… (ou Orang-outang II)

Martin BironR. J. Umberger
WWWWWAAAAAAOUUUUUUUUUU YESSSSSSSSSSSSSS RRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAW!!

Bravo aux Flyers de Philadelphie, en particulier à Martin Biron (première photo) et à R.J. Umberger (deuxième photo), pour avoir éliminé The Montreal Habs samedi soir. Et ce, sans Simon Gagné!

Bon débarras! The Montreal Habs Hockey Club va beaucoup moins polluer les médias!

Finalement, Daniel Brière a choisi la bonne équipe!

À bien y penser…

Après réflexion et suite à de nombreux arguments exprimés par les lecteurs, je me prononce en faveur du droit à l’avortement gratuit, sans condition. Mais tout de même, il faudra réfléchir sur les raisons qui font en sorte qu’il y ait autant d’avortements au Culbec, avec tous les moyens contraceptifs disponibles. Tout de même, cette question peut toujours se débattre mais le moyen que je proposais était trop bureaucratique pour être efficace.

De toute façon, des dépenses étatiques encore plus stupides que des avortements suite à une négligence, il y en a en masse: Marcel Aubut demande au gouvernemaman de subventionner un nouveau Câlissée pour faire revenir les Nordindes (que j’ai pourtant tant aimés) et les drouatistes étatistes trouvent cela merveilleux dans l’adéquistan de la soi-disant Capitale soi-disant Nationale.

Je ne renierai pas le reste de mon billet précédent concernant le droit à l’avortement, car je sais que j’ai raison, mais je veux vous reciter la partie qui me semble la plus importante dans le billet en question. J’ai trop parlé de la crisse de loi C-484 dans ce billet. Mea culpa.

Voici les extraits les plus importants de mon billet:

 

Justification de la position anarcho-pragmatiste: la position du libertarien André Dorais

L’anarcho-pragmatisme se prononce en faveur du droit à l’avortement, car il en va du droit de vivre de la femme enceinte. Plus précisément, la justification de cette position se trouve presqu’essentiellement dans ces propos du libertarien André Dorais en réponse à Richard U. Broenck dans un débat sur l’avortement dans le Québécois Libre (ici, le terme “libéral” est synonyme de “libertarien”):

Monsieur Broenck,

D’abord, je tiens à vous remercier pour vos commentaires. Je ne prétends pas avoir le dernier mot sur un sujet aussi délicat, mais prendrai le temps d’élaborer ma conception de la liberté. Non seulement je distingue la vie de la liberté, mais j’accorde une place plus importante à celle-ci qu’à celle-là. Ainsi, on peut toujours décourager, voire pour un temps empêcher un ami de se suicider, mais l’empêcher à répétition de commettre le geste n’a rien de libéral car c’est sa vie. Le noyau dur du libéralisme, à mon sens, n’est pas tant la vie à tout prix que la non-agression de l’autre.

Vous avez raison de dire que je considère l’enfant à naître comme une extension de la mère, mais de cette position vous ne pouvez pas conclure que je considère le foetus comme étant moins qu’un être humain. Dans ma perspective, la question n’est pas de savoir si ce foetus est un enfant ou s’il doit naître ou non, mais plutôt de savoir qui forcera la mère à accoucher.

Forcer une femme à accoucher est une agression envers cette femme. Cela exige qu’une tierce personne agresse cette femme. Il s’agit d’une violation de son corps et de sa conscience par un autre. Il m’apparaît beaucoup plus défendable de limiter l’agression à ce que la mère porteuse peut se faire à elle-même. Si elle veut tuer l’enfant qu’elle porte, libre à elle. C’est la femme qui donne la vie et elle seule peut l’enlever. Cette décision est sienne tant et aussi longtemps qu’elle porte l’enfant.

La nature nous a ainsi fait que seule la femme peut donner naissance. Vous pouvez toujours lui suggérer fortement d’accoucher afin que vous ou un autre puissiez vous occuper de l’enfant, mais je ne vois pas comment obliger une femme à accoucher peut être qualifié de libéral. Un libéral place la liberté en premier et, par conséquent, la vie. Dans cette perspective, on ne peut pas agresser l’autre, même pas au nom de la vie. Si vous voulez vous battre pour la vie, je crois que la bataille à livrer est contre l’État, pas contre la femme qui désire avorter.

Bien sûr, les libertariens ne sont pas en faveur du droit à l’avortement, contrairement aux anarcho-socialistes et à l’anarcho-pragmatisme, mais ils sont en général en faveur du droit de se payer un avortement. De plus, le débat sur l’avortement ne fait pas l’unanimité chez les libertariens. Plusieurs libertariens, dont Marc Grunert, considèrent que l’avortement est un crime qui viole le principe de non-agression appliqué au foetus.

Ce qui devrait être fait dans le contexte étatiste actuel

Dans le contexte actuel, où l’État nous vole énormément et s’occupe des soins de santé et qu’il y a un nombre délirant d’environ 30 000 avortements par année au Culbec, même avec le tas de méthodes de contraception disponibles, l’État doit se porter garant du droit à l’avortement.

Personnellement, je me prononce en faveur du droit à l’avortement gratuit, sans condition. Mais tout de mêne, il faudra réfléchir sur les raisons qui font en sorte qu’il y ait autant d’avortements au Culbec, avec tous les moyens contraceptifs disponibles.. Tout de même, cette question peut toujours se débattre.

Et parions que dans un monde anarchiste ou avec un État minimal, il y aurait encore moins d’avortements, car il n’y aurait pas la bureaucratisation honteuse actuelle de l’adoption au Culbec (avec la Direction de la Pseudo-Protection des Crisses de morveux) qui fait en sorte de rendre plus difficile l’adoption des enfants abandonnés, à un point tel que des couples sont prêts à aller jusqu’en Chine pour acheter des bébés de la part de trafiquants d’enfants.

Un peu d’éducation sexuelle à la sauce Davidg!

Pour terminer, une touche personnelle. Les gars, ne vous fiez jamais à une femme pour la contraception. La contraception féminine (qui est souvent très fiable pour les femmes) n’est pas fiable pour les hommes. Sauf si vous avez subi une vasectomie (et même là vous savez fort bien le risque, qui vous dit que votre partenaire n’a pas de ITS?), portez toujours un condom lors d’une pénétration vaginale et jeter le condom dans la toilette après usage, car les spermatozoïdes ne sont pas tous tués. Je sais très bien que ce n’est pas du tout écologique, mais cela vous évitera bien des problèmes.

P.S.: Je me console en pensant que je change beaucoup moins souvent d’idée que cette boussole démagnétisée.

Position anarcho-pragmatiste pour le droit à l'avortement. Mais bordel, calmez-vous pis crissez-nous patience avec vos câlisses de délires de SPM à marde, bande de fémi-fascistes en manque de causes à défendre!

L’élite fémi-fasciste culbécoise (surtout composée d’hommes féminisés étatistes) a obtenu l’ensemble des droits féministes égalitaires qu’elle recherchait, ce qui est une très bonne chose. De plus, elle a obtenu plusieurs privilèges de discrimination positive qui favorisent les femmes dans les relations entre l’État et les citoyens, ce qui est inacceptable. Cela fait en sorte, malgré le silence complice des fémi-fascistes dans certaines causes qui ne servent pas leurs intérêts, comme l’égalité politique, les mauvaises conditions de travail des infirmières du réseau soviétisé de la santé au Culbec, le machisme religieux et la décriminalisation de la prostitution adulte, mais qui sont encore importantes pour les véritables féministes comme votre humble serviteur, que l’élite fémi-fasciste est en manque de causes à défendre.

Il faut donc, comme les étatistes savent si bien le faire, alimenter un faux état de crise permanent et ameuter la population avec des délires paranoïaques. Dernier délire en lice: la loi C-484 des CONservateurs menace le droit à l’avortement!

À SOUÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈRE, IL FAUT FAIRE PEUR AU MONDE! BOUH!

Bien sûr, ce projet de loi privé (loin d’être certain que ce cera adopté par un gouvernement minoritaire à moins que le fils à papa Dion continue à sombrer dans l’Abstention Officielle) est une manoeuvre électoraliste populiste pour séduire la drouate étatiste christiano-fasciste et la pertinence de n’augmenter les sentences que pour les agressions envers les femmes enceintes (mais pourquoi les fémi-fascistes sont contre ça?) est tout à fait questionnable, quoiqu’on peut invoquer le concept de circonstances aggravantes. Aussi, faudra que les anarcho-socialistes et les libertariens expliquent en quoi cela est anarchiste de ne pas appuyer la séparation du Québec et donc de laisser aux fédéraleux le contrôle entier de la législation criminelle, ce qui inclut la répression des crimes imaginaires sans victime!

Par contre, il est évident que cette loi ne menace pas le droit à l’avortement au Cacanada. Le verbatim du projet de loi C-484 concernant ce fameux article sur l’agression envers les femmes enceintes est très clair à ce sujet.

Il est entendu que le présent article ne vise pas:

-un acte posé relativement à une interruption légale de la grossesse de la mère de l’enfant avec le consentement de celle-ci;
-un acte ou une omission qu’une personne agissant de bonne foi considère nécessaire pour préserver la vie de la mère de l’enfant ou la vie de l’enfant;
-un acte ou une omission commis par la mère de l’enfant.

Crisse, les CONservateurs eux-mêmes ont pris la peine de préciser que cela ne concernait pas l’avortement! Toute cette campagne de salissage médiatique est une autre invention démagogique des fémi-fascistes. Pourtant, il y a des choses beaucoup plus graves à dénoncer chez les CONservateurs!

Merci au sale drouatiste étatiste du blogue-poubelle giratoire pseudo-antagoniste pour cette information. Pour une rare fois, il a raison! Voyez-vous comment il est si important de s’informer aussi sur nos ennemis idéologiques?

Et comme le dit si bien l’ex-blonde en réponse à ce billet pro-choix de l’envoûtante Choco (lisez aussi ce billet de Renart):

Je pense que certaines personnes, les féministes (note de l’anarcho-pragmatiste: il faudrait dire “fémi-fascistes”) avant tout, ont tout simplement pété les plombs et le message qui passe à l’effet que le gouvernement Harper veut criminaliser l’avortement n’est rien d’autre que de la pure démagogie!

Le projet de loi vise à accroître les sanctions pour quelqu’un qui, EN PERPÉTRANT UNE INFRACTION, porte atteinte à la vie d’un enfant à naître. On est à mille lieux de la criminalisation de l’avortement.

Pour qu’on en arrive là, il faudrait qu’une majorité d’illuminés de la Cour Suprême interprète les termes “enfant à naître” comme étant une reconnaissance d’un statut juridique au foetus et que, par conséquent, le libre choix d’une femme soit mis en opposition au droit à vie d’un foetus. Encore là, ce projet de loi ne criminaliserait même pas l’avortement, lequel n’est pas une infraction!

Ne faisons pas de tempête dans un verre d’eau. Bien que ce projet de loi puisse éventuellement peut-être ouvrir une porte d’un milimètre et quart pour un nouveau débat sur l’avortement, on est à des années-lumière de ça.

Moi, en tout cas, je dors sur mes deux oreilles.

Bravo! Que les menteurs fémi-fascistes aillent se faire foutre, ça leur fera du bien!

Tout de même, profitons de l’occasion pour présenter la position anarcho-pragmatiste sur la question du droit à l’avortement.

Justification de la position anarcho-pragmatiste: la position du libertarien André Dorais

L’anarcho-pragmatisme se prononce en faveur du droit à l’avortement, car il en va du droit de vivre de la femme enceinte. Plus précisément, la justification de cette position se trouve presqu’essentiellement dans ces propos du libertarien André Dorais en réponse à Richard U. Broenck dans un débat sur l’avortement dans le Québécois Libre (ici, le terme “libéral” est synonyme de “libertarien”):

Monsieur Broenck,

D’abord, je tiens à vous remercier pour vos commentaires. Je ne prétends pas avoir le dernier mot sur un sujet aussi délicat, mais prendrai le temps d’élaborer ma conception de la liberté. Non seulement je distingue la vie de la liberté, mais j’accorde une place plus importante à celle-ci qu’à celle-là. Ainsi, on peut toujours décourager, voire pour un temps empêcher un ami de se suicider, mais l’empêcher à répétition de commettre le geste n’a rien de libéral car c’est sa vie. Le noyau dur du libéralisme, à mon sens, n’est pas tant la vie à tout prix que la non-agression de l’autre.

Vous avez raison de dire que je considère l’enfant à naître comme une extension de la mère, mais de cette position vous ne pouvez pas conclure que je considère le foetus comme étant moins qu’un être humain. Dans ma perspective, la question n’est pas de savoir si ce foetus est un enfant ou s’il doit naître ou non, mais plutôt de savoir qui forcera la mère à accoucher.

Forcer une femme à accoucher est une agression envers cette femme. Cela exige qu’une tierce personne agresse cette femme. Il s’agit d’une violation de son corps et de sa conscience par un autre. Il m’apparaît beaucoup plus défendable de limiter l’agression à ce que la mère porteuse peut se faire à elle-même. Si elle veut tuer l’enfant qu’elle porte, libre à elle. C’est la femme qui donne la vie et elle seule peut l’enlever. Cette décision est sienne tant et aussi longtemps qu’elle porte l’enfant.

La nature nous a ainsi fait que seule la femme peut donner naissance. Vous pouvez toujours lui suggérer fortement d’accoucher afin que vous ou un autre puissiez vous occuper de l’enfant, mais je ne vois pas comment obliger une femme à accoucher peut être qualifié de libéral. Un libéral place la liberté en premier et, par conséquent, la vie. Dans cette perspective, on ne peut pas agresser l’autre, même pas au nom de la vie. Si vous voulez vous battre pour la vie, je crois que la bataille à livrer est contre l’État, pas contre la femme qui désire avorter.

Bien sûr, les libertariens ne sont pas en faveur du droit à l’avortement, contrairement aux anarcho-socialistes et à l’anarcho-pragmatisme, mais ils sont en général en faveur du droit de se payer un avortement. De plus, le débat sur l’avortement ne fait pas l’unanimité chez les libertariens. Plusieurs libertariens, dont Marc Grunert, considèrent que l’avortement est un crime qui viole le principe de non-agression appliqué au foetus.

Ce qui devrait être fait dans le contexte étatiste actuel

Dans le contexte actuel, où l’État nous vole énormément et s’occupe des soins de santé et qu’il y a un nombre délirant d’environ 30 000 avortements par année au Culbec, même avec le tas de méthodes de contraception disponibles, l’État doit se porter garant du droit à l’avortement.

AJOUT: Après réflexion, je me prononce en faveur du droit à l’avortement gratuit, sans condition. Mais tout de même, il faudra réfléchir sur les raisons qui font en sorte qu’il y ait autant d’avortements au Culbec, avec tous les moyens contraceptifs disponibles. Tout de même, cette question peut toujours se débattre mais le moyen que je proposais était trop bureaucratique pour être efficace.

Mais à mon avis (la question est discutable, il s’agit d’un point de vue personnel mais qui se base sur la première attitude anarcho-pragmatiste essentielle d’assumer ses choix), on devrait ne permettre qu’un seul avortement dû à une grossesse accidentelle gratuit par femme. Des accidents peuvent survenir mais il ne faut pas que cela soit de manière répétée. De plus, l’avortement serait toujours gratuit si:

1) La mère est mineure.

2) La grossesse est vraisemblablement (pas toujours prouvable) le résultat d’un viol (si le viol est prouvé, faire payer l’agresseur).

3) Le foetus a une grave maladie.

4) La grossesse survient malgré une prise régulière et prouvée de contraceptifs comme la pilule et le Depo-Provera. (Merci Noisette!)

5) La vie de la mère est en danger ou son intégrité physique ou mentale est sérieusement compromise.

Mais à partir du deuxième avortement non convert par 1), 2), 3), 4), ou 5) à moins d’une situation de pauvreté extrême, c’est au couple père-mère de payer (père et mère 50%, ou selon entente mutuelle). Une telle mesure aurait certainement un effet plus contraceptif et ferait diminuer le nombre d’avortements.

Et parions que dans un monde anarchiste ou avec un État minimal, il y aurait encore moins d’avortements, car il n’y aurait pas la bureaucratisation honteuse actuelle de l’adoption au Culbec (avec la Direction de la Pseudo-Protection des Crisses de morveux) qui fait en sorte de rendre plus difficile l’adoption des enfants abandonnés, à un point tel que des couples sont prêts à aller jusqu’en Chine pour acheter des bébés de la part de trafiquants d’enfants.

Un peu d’éducation sexuelle à la sauce Davidg!

Pour terminer, une touche personnelle. Les gars, ne vous fiez jamais à une femme pour la contraception. La contraception féminine (qui est souvent très fiable pour les femmes) n’est pas fiable pour les hommes. Sauf si vous avez subi une vasectomie (et même là vous savez fort bien le risque, qui vous dit que votre partenaire n’a pas de ITS?), portez toujours un condom lors d’une pénétration vaginale et jeter le condom dans la toilette après usage, car les spermatozoïdes ne sont pas tous tués. Je sais très bien que ce n’est pas du tout écologique, mais cela vous évitera bien des problèmes.

Note: L’utilisation du terme SPM est une moquerie pour tenter de trouver une explication logique aux délires de ces fémi-fascistes. Évidemment, je le sais fort bien que ces délires ne sont pas causés par le SPM. Mes excuses aux dames que j’ai pu froisser et qui sont prises avec les méfaits du SPM à chaque mois.

Précision: JE SUIS POUR LE DROIT À L’AVORTEMENT ET JE TROUVE LA LOI C-484 STUPIDE.